Intelligence artificielle Alphabet part à la recherche de nouveaux médicaments grâce à l'intelligence artificielle...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Google promet des feux rouges plus intelligents et plus écologiques

Attendre à un feu tricolore parce qu'il est au rouge alors qu'aucune voiture n'est en vue peut sembler stupide mais le conducteur doit bien...

La start-up française Bio Logbook, lauréate de l’appel à projets européen COVID-X

Bio Logbook, une start-up spécialisée dans la médecine de précision, a remporté l'appel à projets européen COVID-X. La jeune pousse va être subventionnée à...

Des chercheurs ont mis au point un algorithme de prédiction des maladies dues à des régimes spécifiques

Les consultations auprès de nutritionnistes ont considérablement augmenté ces dernières années. Grâce aux progrès scientifiques, les régimes se sont améliorés et sont beaucoup plus...

Eagle Eye, un modèle de machine learning pour lutter contre les féminicides

Une initiative présentée à Saint-Domingue a été lancée pour tenter de prévenir les féminicides en République dominicaine. Cette plateforme baptisée Eagle Eye utilise l'intelligence artificielle pour...

Alphabet part à la recherche de nouveaux médicaments grâce à l’intelligence artificielle avec Isomorphic Labs

Alphabet a annoncé ce mois-ci la création d’une nouvelle filière, Isomorphic Labs, qui sera un laboratoire de recherche pharmaceutique s’appuyant sur l’intelligence artificielle de DeepMind, société du groupe. Demis Hassabis, cofondateur et directeur général de DeepMind, en assurera également la direction. Ce laboratoire ne devrait pas développer de médicaments mais construirait des modèles capables de prédire les interactions entre les futurs médicaments et nos organismes.

Fondée en 2010 par Denis Hassabis, Mustafa Suleyman et Shane Legg, DeepMind été rachetée par Google en 2014 pour plus de 628 millions de dollars et assure poursuivre des recherches pour trouver “les meilleures techniques de l’apprentissage automatique et des neurosciences des systèmes pour de puissants algorithmes d’apprentissage généraliste”.

L’entreprise s’est imposée comme l’une des plus réputées du domaine grâce à ses nombreuses publications, mais aussi et surtout à AlphaGo. Ce dernier, développé à partir de l’algorithme de Monte-Carlo et des réseaux de neurones est parvenu à battre plusieurs champions de Go depuis 2015 avant de remporter une victoire définitive sur le numéro 1 mondial en 2017.

La société a également récemment publié les formes prédites de plus de 350 000 protéines et ainsi établi une carte des protéines humaines très précise grâce au logiciel Alphafold (qui pourrait jouer un rôle important dans la découverte de médicaments). Des chercheurs indépendants ont utilisé ces données pour accélérer la recherche biologique, y compris pour comprendre le coronavirus.

D’autres sociétés du groupe Alphabet se consacrent déjà au domaine de la santé, notamment Verily qui est partenaire de nombreux projets, et Calico qui cherche à lutter contre le vieillissement et les maladies qu’il engendre. Isomorphic Labs vient donc les rejoindre mais se consacrera aux nouvelles technologies qui permettent de développer de nouveaux médicaments après leur découverte.
Demis Hassabis a déclaré :

“Je crois que nous sommes à l’aube d’une nouvelle ère incroyable de recherche biologique et médicale. Alphafold2 a été reconnue comme une solution au défi de repliement de la protéine, capable de prédire la structure 3D d’une protéine directement à partir de sa séquence d’ acides aminés de précision au niveau atomique. Cela a été un moment décisif pour les méthodes de calcul et d’IA pour la biologie.

Fort de cette avancée, je suis ravi d’annoncer aujourd’hui la création d’une nouvelle société Alphabet – Isomorphic Labs – une entreprise commerciale ayant pour mission de réinventer l’ensemble du processus de découverte de médicaments à partir des premiers principes avec une approche axée sur l’IA et, finalement, capable de modéliser et comprendre certains des mécanismes fondamentaux de la vie.”

Selon le PDG d’Isomorphic labs, la biologie peut être envisagée comme un système de traitement de l’information, dynamique mais complexe. À partir de cette hypothèse, il pourrait y avoir une structure sous-jacente commune entre la biologie et les sciences de l’information (une cartographie “isomorphe” entre les deux) d’où le nom de l’entreprise.

Denis Hassabis n’a pas vraiment explicité les objectifs d’Isomorphic Labs qui ne devrait pas développer ses propres médicaments mais plutôt élaborer des modèles capables de prédire comment les futurs médicaments vont interagir avec nos organismes. La société pourra ensuite les commercialiser auprès de sociétés pharmaceutiques. Il a déclaré :

“Ce n’est que le début de ce que nous espérons devenir, une nouvelle approche radicale de la découverte de médicaments, et je suis incroyablement enthousiaste à l’idée de lancer cette nouvelle entreprise commerciale ambitieuse et de m’associer à des sociétés pharmaceutiques et biomédicales. Je servirai de PDG pour la phase initiale d’Isomorphic, tout en restant PDG de DeepMind, en partie pour faciliter la collaboration entre les deux sociétés, le cas échéant, et pour définir la stratégie, la vision et la culture de la nouvelle société”.

Isomorphic Labs désire constituer une équipe multidisciplinaire de classe mondiale, dotée d’une expertise approfondie dans des domaines tels que l’IA, la biologie, la chimie médicinale, la biophysique et l’ingénierie, réunie dans un environnement hautement collaboratif et innovant et recrute.

Selon Denis Hassabis :

 “La mission d’Isomorphic ne pourrait pas être plus importante : utiliser l’IA pour accélérer la découverte de médicaments et, finalement, trouver des remèdes à certaines des maladies les plus dévastatrices de l’humanité.”

Une technologie semblable est explorée dans d’autres laboratoires de recherches reconnus, par exemple par une équipe de l’université de Washington. De nombreuses start-up essaient d’utiliser une intelligence artificielle pour découvrir de nouveaux médicaments.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Thomas Calvi

Partager l'article

Levée de fonds de 6 millions d’euros de la fintech lyonnaise Mon Petit Placement

Mon Petit Placement, start-up lancée en 2017, a bouclé en ce mois de novembre sa troisième levée de fonds pour un montant de 6...

Lutte contre la cybercriminalité : l’exemple du défi IA lancé par le gouvernement canadien aux petites entreprises

Comme les autres organismes de police canadiens, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) peine à accéder aux données chiffrées saisies lors d'enquêtes criminelles. C'est...

Continuity annonce une levée de fonds de 5 millions d’euros auprès d’Elaia Partners, Bpifrance et Kamet Ventures

Continuity a levé 5 millions d’euros en Seed auprès d'Elaia Partners, Bpifrance et Kamet Ventures a annoncé la jeune pousse cette semaine. La start-up...

ADAM9, un gène potentiellement impliqué dans les formes graves de Covid-19 identifié par l’intelligence artificielle

Pourquoi certains patients atteints de Covid-19 sont-ils asymptomatiques alors que d'autres développent des formes graves, notamment le SDRA (syndrome de détresse respiratoire aigüe) ?...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci