Actualité Ajustement à l'aide de l'intelligence artificielle du dosage des chimiothérapies

Pour approfondir le sujet

Projet Cap’FALC : l’outil numérique au service d’une société inclusive d’Inria, Facebook Artificial Intelligence Research et l’Unapei

Face à la crise sanitaire et économique actuelle, il est important que pouvoir transmettre à tous les citoyens les informations leur permettant de comprendre...

At Home lance le collectif Toulouse is AI

C'est dans le cadre de l'appel à projet "Écosystèmes Numériques" lancé par la région Occitanie que At Home annonce la création de ​Toulouse is...

La plate-forme Coursera lève 64 millions de dollars pour avancer sur l’usage de l’intelligence artificielle

Créée en 2012 par Daphne Koller et Andrew Ng, tous deux professeurs de l’Université de Stanford spécialisés en sciences informatiques, la plate-forme de cours...

IA et Agro-alimentaire : Focus sur le partenariat Microsoft France – InVivo

La semaine dernière, Microsoft France dévoilait sa feuille de route pour le premier semestre 2019. C'est dans le cadre de son plan IA que...

Ajustement à l’aide de l’intelligence artificielle du dosage des chimiothérapies

Des chercheurs proposent un algorithme destiné à ajuster les dosages de chimiothérapies. Les résultats de la recherche menée par Adrien Coulet, Nicolas Jay (Université de Lorraine, Inria, LORIA), Michel Dumontier (Université de Maastricht) en collaboration avec le Service d’Evaluation et d’Information Médicales du CHRU de Nancy et l’Université de Stanford mettent en avant l’efficacité de l’intelligence artificielle dans l’adaptation du dosage des médicaments aux patients.

La prescription de doses médicamenteuses non adaptées aux patients engendrerait à elle seule 280 000 admissions annuelles par an aux Etats-Unis. Au-delà de l’inconfort et de la souffrance générés par les effects secondaires, elles peuvent notamment engendrer des dysfonctions du système rénal, des intéractions médicamenteuses indésirables réduisant l’efficacité du traitement ou le rendant toxique.

Les chercheurs ont exploité des données anonymisées issues des hôpitaux universitaires de Stanford qui sont informatisées depuis des années et constituent donc une précieuse base de données d’informations pour la recherche médicale.

processus chimiotherapie
Processus suivi, de l’exploitation des données aux résultats

En mettant en oeuvre une méthode d’apprentissage de type Random Forest (forêt d’arbres aléatoires) sur des données de différentes natures (résultats d’analyses, notes et ordonnances..), les chercheurs ont pu prédire les ajustements nécessaires avec une fiabilité (AUC) allant de 0.70 à 0.95 pour 23 médicaments de 22 classes. La prédiction s’est révélée efficace dès la première prescription.

Les chercheurs souhaitent désormais pouvoir adapter cette méthode à l’environnement scientifique, social et légal des hôpitaux français.

Le détail de la recherche, publiée dans Nature Scientific Reports est disponible sur : https://www.nature.com/articles/s41598-018-33980-0

ActuIA

Partager l'article

Focus pays : Webinaire « L’intelligence artificielle, instrument de relance économique en Tunisie ? »

Le 29 juillet dernier, le ministère de l'industrie et des PME, en collaboration avec le projet Innov’i – EU4Innovation, a organisé un webinaire réunissant...

Le corpus d’articles arXiv est désormais disponible sur Kaggle

Le corpus d'articles arXiv permet depuis plus de 30 ans à la communauté de chercheurs et au public d'avoir accès aux articles scientifiques dans...

Scikit-learn, SOFA, Coq, Pharo : Inria lance son Academy de formation continue dédiée aux logiciels libres

Inria a présenté fin juillet son nouveau dispositif de formation continue. Centré sur les logiciels libres cette structure permettra l’accès aux grands noms des...

Partenariat Life & Soft et CEA en bio-informatique, génomique, intelligence artificielle et technologies d’imagerie de pointe

Ce 4 août, Life & Soft et le CEA ont présenté officiellement leur accord de collaboration. Signé en avril 2020 pour une durée de...