Prochain numéro du magazine ActuIA le 15 octobre
Actualité Une étude s'intéresse à la perception de l'intelligence artificielle par les Français

Pour approfondir le sujet

Un rapport de Capgemini dévoile que l’automatisation intelligente pourrait générer plus de 512 milliards de dollars d’ici 2020

Le Digital Transformation Institute de Capgemini vient de publié un nouveau rapport intitulé « Growth in the machine : How financial services can move intelligent...

Infographie Sparklane : Les entreprises françaises hésitent à s’engager dans l’intelligence artificielle

81% des entreprises françaises interrogées considèrent l’IA comme une technologie qui va devenir incontournable pourtant plus de 70% d’entre elles n’envisagent pas de se...

La perception des français de l’IA en quelques chiffres

Hier, 27 avril 2017 s'est tenu l'événement #GoogleIA au cours du quel des sondages très intéressants sur la perception que les français ont de...

Le MIT CSAIL cherche à appliquer le machine learning à la détection du cancer du sein

Plusieurs chercheurs du MIT CSAIL, de la Harvard Medical School et de l'Hôpital Général du Massachusetts travaillent sur l'intelligence artificielle appliquée à la détection...

Une étude s’intéresse à la perception de l’intelligence artificielle par les Français

Le cabinet Keley Consulting et l’institut YouGov France ont réalisé une étude publiée en septembre dernier sur la perception des Français sur l’intelligence artificielle. Ils se sont intéressés à des questions fondamentales telles que si la population française pense que l’IA améliorera leurs conditions de vie, s’ils attendent un impact sur l’emploi, la santé ou encore la sécurité. Et de façon plus générale, quelle place occupera l’IA dans leur quotidien.

L’intelligence artificielle ou la peur de l’inconnu

90% des personnes interrogées ont entendu parler de l’IA. En revanche, un quart de ces personnes (25%) avoue ne pas savoir de quoi il s’agit.

Intelligence-Artificielle
Keley Consulting

Parmi ces répondants qui s’estiment moins informés, seuls 43% considèrent l’IA comme une opportunité pour la France, contre 71% des personnes ayant une meilleure compréhension. Seulement 32% des personnes peu informées pensent que l’IA améliorera leur condition de vie lors des 10 prochaines années, contre 59% des personnes ayant une connaissance plus poussée de l’IA.

La connaissance de l’IA traduit un clivage social assez net :

  • 74% des CSP supérieures savent en quoi consiste l’IA, contre 63% pour les CSP populaires et 62% pour les inactifs.
  • Les étudiants sont 78% à comprendre ce qu’est l’IA et les travailleurs 70%, contre seulement 58% pour les sans-emploi.
  • Les Français n’ayant pas le baccalauréat sont 52% seulement à savoir en quoi consiste l’IA. Les titulaires du bac se considèrent informés à 66%, ceux qui ont fait des études supérieures à 75%.

Ces différences ont un fort impact sur l’optimisme ou le pessimisme ressenti par rapport à l’IA. Les inactifs, les sans emploi et les moins diplômés voient beaucoup moins les opportunités que peut offrir l’IA. Aussi, les plus diplômés sont 66% à considérer l’IA comme une opportunité pour la France, contre 56% des détenteurs du baccalauréat et 52% de ceux qui ne l’ont pas.

« Notre étude confirme que le niveau de compréhension de l’IA est très variable. Ce sujet est certainement complexe, mais il est aussi déformé par la fiction ou par des discours politiquement orientés. Les classes aisées connaissent mieux l’IA et se sentent moins menacées »

Le revenu universel plébiscité

Si l’intelligence artificielle est une menace pour certains emplois, elle peut aussi créer une richesse importante, ouvrant la porte au concept de revenu universel. Interrogés sur le sujet, près de 6 Français sur 10 (59%) se sont prononcés pour son utilité.

Les sans-emploi se sentent évidemment les plus concernés puisqu’ils sont 69% à juger que ce serait utile au plus grand nombre.

revenu-universel-IA
Keley Consulting

Une vision différentiée à propos des politiques publiques

La perception de l’impact de l’IA sur les services publics suit la même logique. Seuls 43% des moins diplômés pensent que l’IA peut améliorer le fonctionnement de l’administration, contre 57% des plus diplômés.

Intelligence-artificielle-étude
Keley Consulting

Lorsque l’on aborde la question des financements publics, les publics moins favorisés sont plus réticents à ce que l’État investisse dans l’IA. Les inactifs sont seulement 40% à juger l’augmentation des financements de l’État à destination de l’IA comme bénéfique, contre 50% des CSP supérieures. Les sans-emploi sont encore moins nombreux (39%), tout comme les moins diplômés (38% des non titulaires du baccalauréat Vs 49% des personnes ayant fait des études supérieures).

« Les inactifs et les publics peu diplômés ont des craintes sur le développement de l’IA par les pouvoirs publics. Il faudra ainsi leur apporter la preuve qu’une automatisation croissante des services publics par l’IA ne sera pas synonyme de dégradation du service et plus généralement de déshumanisation », complète Benjamin Hannache, Directeur associé de Keley Consulting.

Des effets positifs sur la santé et la sécurité

L’IA est considérée comme une opportunité en matière de santé et de sécurité, et ce sans qu’il existe de disparités notables entre les catégories de population. Seul le niveau de connaissance de l’IA influence véritablement les résultats. 55% des Français jugent que l’IA peut améliorer la prévention et les soins apportés (65% pour ceux qui savent en quoi consiste l’IA, 41% pour ceux qui ne savent pas).

55% des répondants pensent que l’IA peut améliorer la lutte contre le terrorisme via l’utilisation des données disponibles (62% pour ceux qui savent en quoi consiste l’IA, 47% pour ceux qui ne savent pas). Sur ce thème aussi, les différentes catégories sociaux-professionnelles sont quasiment toutes majoritairement favorables à l’utilisation de l’IA pour lutter contre le terrorisme.

Benjamin Hannache, Directeur associé de Keley Consulting, conclut :

« Le résultat de l’étude ressemble à un résultat de présidentielle en France. Environ 1 français sur 2 (48%) déclare que l’IA va améliorer ses conditions de vie dans les prochaines années. On observe un clivage important, essentiellement lié au niveau d’information sur le sujet et au degré de sécurité économique.

Deux discours opposés semblent modeler les opinions : un discours publicitaire, vantant les mérites de produits « intelligents », quasi magiques : des automobiles, aux téléphones mobiles en passant par les systèmes d’alarmes…

Et, en face, un discours presque dystopique politiquement engagé, voir technophobe, qui met en avant des risques inédits : déshumanisation des relations, chômage de masse, voire cataclysme fatale à l’humanité. Pour les professionnels et les pouvoirs publics, la pédagogie doit être une priorité. »

Thierry Maubant

Partager l'article

reciTAL, spécialiste du TAL, lève 3,5 M€ auprès de Breega

Paris, le 10 septembre 2020 - reciTAL, start-up IA spécialisée dans les solutions de Document Intelligence, effectue une première levée de fonds de 3,5 M€...

IA et Expérience client : Axys Consultants présente son offre Smart Customer Care Insight

Les centres de relation clients gèrent plusieurs millions d'appels par an et le téléphone reste le 1er moyen de contacter une entreprise (Enquête :...

Le magazine de l’IA nomme un comité scientifique

L'édition du 2ème numéro du magazine ActuIA qui paraîtra le 15 octobre a été l'occasion de constituer son comité scientifique. Composé de 9 femmes...

La vague VI du Concours Innovation – i-Nov ouvert aux PME et aux start-ups est lancée avec 8 thématiques

Financé par le Programme d’Investissements d’Avenir (PIA), l’appel à projets « Concours d’innovation - i-Nov » a pour vocation de sélectionner des projets d’innovation...