Actualité Un projet de recherche s’intéresse à l’IA pour la conception de fragments...

Pour approfondir le sujet

Espagne : un projet de centre européen pour l’intelligence artificielle pour rivaliser avec les infrastructures européennes

En Espagne, un projet ambitieux autour de l'IA tend à se mettre en place. Un groupe d'investisseurs privés, dirigé par les propriétaires du téléopérateur...

L’apprentissage supervisé et par renforcement pour aider les robots à s’adapter à tout type d’environnement

A travers Rapid Motor Adaptation (RMA), Facebook progresse dans l'adaptation des robots à leur environnement, afin de développer leur motricité. Adapter les robots à un...

Cinéma et Deepfake : zoom sur la synchronisation des lèvres avec le doublage en langue étrangère

Le deepfake est une technique reposant sur l'intelligence artificielle qui permet de superposer des fichiers audio ou vidéos sur d'autres fichiers déjà existants pour...

IA et Géopolitique : le comité AIDA du parlement européen propose son approche innovante sur le sujet

Le comité Artificial Intelligence in a Digital Age (AIDA) lié au parlement européen propose une étude sur l'intelligence artificielle et la diplomatie européenne. Intitulé...

Un projet de recherche s’intéresse à l’IA pour la conception de fragments d’anticorps dans la contraception féminine

INRAE pilote un consortium composé de IN-CELL-ART, MabSilico et l’université italienne UNIMORE dont les recherches porteront sur la conception de produits biologiques à base de fragments d’anticorps capables de bloquer l’ovulation et donc de constituer un contraceptif non-hormonal présentant moins d’effets secondaires. Ce projet de recherche doté d’un budget de 1,8 millions de dollars a démarré dans le cadre de l’un des programmes « Grands défis » lancé par la Fondation Bill & Melinda Gates et axé sur la découverte des contraceptifs non-hormonaux humains.

La Fondation Bill & Melinda Gates a lancé des programmes « Grands défis » dont l’un d’entre eux portant sur le sujet des contraceptifs non-hormonaux humains. Le projet rassemble INRAE, IN-CELL-ART, société française spécialisée dans les technologies de nanotransporteurs, la start-up MabSilico issue d’INRAE proposant un logiciel basé sur des technologies d’intelligence artificielle pour le développement d’anticorps et l’université italienne UNIMORE. Il a démarré avec pour objectif le développement d’un contraceptif non-hormonal présentant moins d’effets secondaires grâce à des fragments d’anticorps. ont pour objectif de créer des produits contraceptifs biologiques, non-hormonaux, donc moins dangereux. Eric Reiter, Vincent Puard, Bruno Pitard et Livio Casarini font partie de l’équipe de recherche de ce projet collaboratif.

L’équipe de recherche d’INRAE, spécialisée dans l’étude des récepteurs membranaires qui contrôlent la reproduction, s’intéresse particulièrement au mécanisme contraceptif de blocage des régulateurs moléculaires de l’ovulation. Les fragments d’anticorps, qui ciblent des récepteurs présents dans les cellules ovariennes, peuvent moduler de manière très sélective les effets des hormones naturelles au sein de ces cellules. Les études viseront à développer des fragments d’anticorps qui peuvent bloquer sélectivement l’ovulation sans perturber la production endogène d’hormones stéroïdes. Ces fragments d’anticorps seront ensuite modifiés de façon à produire des effets de durée suffisante pour garantir un effet contraceptif, tout en assurant la réversibilité du blocage de l’ovulation lorsque le traitement sera arrêté.

La plateforme logicielle développée par MAbSilico est utilisée pour la sélection, la caractérisation et l’optimisation des fragments d’anticorps ciblant des régulateurs de l’ovulation. La technologie de cette TechBio, basée sur l’intelligence artificielle, permet une digitalisation de la découverte d’anticorps en accélérant et sécurisant cette étape critique.

Les meilleurs anticorps seront sélectionnés in vitro par UNIMORE, où ils seront testés sur des cellules ovariennes humaines. Cette étape est essentielle pour assurer la fonctionnalité des anticorps chez l’humain et s’appuie sur l’expertise de son Unité d’Endocrinologie en matière de régulation hormonale des fonctions reproductives.

Les fragments d’anticorps ainsi optimisés seront alors testés in vivo chez la souris par délivrance synthétique non-inflammatoire d’ARNm codant pour cette nouvelle classe d’agents biologiques. Cela entraînera la production des fragments d’anticorps par les fibres musculaires de l’individu, leur sécrétion dans le sang et enfin leur action sur l’ovaire. Cette technologie, baptisée NANOTAXI®, permettra de contourner ainsi l’étape de bioproduction des fragments d’anticorps qui est fastidieuse, coûteuse et longue. Les fragments d’anticorps les plus prometteurs seront ensuite testés de manière non invasive chez la brebis.

Thomas Calvi

Partager l'article

Espagne : un projet de centre européen pour l’intelligence artificielle pour rivaliser avec les infrastructures européennes

En Espagne, un projet ambitieux autour de l'IA tend à se mettre en place. Un groupe d'investisseurs privés, dirigé par les propriétaires du téléopérateur...

L’apprentissage supervisé et par renforcement pour aider les robots à s’adapter à tout type d’environnement

A travers Rapid Motor Adaptation (RMA), Facebook progresse dans l'adaptation des robots à leur environnement, afin de développer leur motricité. Adapter les robots à un...

Cinéma et Deepfake : zoom sur la synchronisation des lèvres avec le doublage en langue étrangère

Le deepfake est une technique reposant sur l'intelligence artificielle qui permet de superposer des fichiers audio ou vidéos sur d'autres fichiers déjà existants pour...

IA et Géopolitique : le comité AIDA du parlement européen propose son approche innovante sur le sujet

Le comité Artificial Intelligence in a Digital Age (AIDA) lié au parlement européen propose une étude sur l'intelligence artificielle et la diplomatie européenne. Intitulé...