Intelligence artificielle Un projet de recherche s’intéresse à l’IA pour la conception de fragments...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Transformation numérique et changements climatiques : le CNES et Capgemini renforcent leur collaboration

Jean-Yves Le Gall, Président du CNES et Aiman Ezzat, Directeur général du groupe Capgemini, se sont rencontrés au siège du CNES fin mars, pour...

Zoom sur les quatre nouveaux projets du Health Data Hub

Le Health Data Hub (HDH) a annoncé cette semaine la CNIL avait autorisé quatre nouveaux projets. Deep.Piste, DeepSarc, HUGO SHARE et Rexetris rejoignent donc...

Focus sur les quatre premiers Programmes et équipements prioritaires de recherche (PEPR) exploratoires

Les premiers Programmes et équipements prioritaires de recherche (PEPR) ont été dévoilés il y a quelques jours. Retenus dans le cadre de la première...

STREAMER : un programme permettant d’intégrer et de tester facilement des algorithmes de machine learning

Des chercheurs du CEA List (Université Paris-Saclay, CEA) et du laboratoire DAVID (Université Paris-Saclay, UVSQ) ont uni leurs forces dans le cadre du projet...

Un projet de recherche s’intéresse à l’IA pour la conception de fragments d’anticorps dans la contraception féminine

INRAE pilote un consortium composé de IN-CELL-ART, MabSilico et l’université italienne UNIMORE dont les recherches porteront sur la conception de produits biologiques à base de fragments d’anticorps capables de bloquer l’ovulation et donc de constituer un contraceptif non-hormonal présentant moins d’effets secondaires. Ce projet de recherche doté d’un budget de 1,8 millions de dollars a démarré dans le cadre de l’un des programmes « Grands défis » lancé par la Fondation Bill & Melinda Gates et axé sur la découverte des contraceptifs non-hormonaux humains.

La Fondation Bill & Melinda Gates a lancé des programmes « Grands défis » dont l’un d’entre eux portant sur le sujet des contraceptifs non-hormonaux humains. Le projet rassemble INRAE, IN-CELL-ART, société française spécialisée dans les technologies de nanotransporteurs, la start-up MabSilico issue d’INRAE proposant un logiciel basé sur des technologies d’intelligence artificielle pour le développement d’anticorps et l’université italienne UNIMORE. Il a démarré avec pour objectif le développement d’un contraceptif non-hormonal présentant moins d’effets secondaires grâce à des fragments d’anticorps. ont pour objectif de créer des produits contraceptifs biologiques, non-hormonaux, donc moins dangereux. Eric Reiter, Vincent Puard, Bruno Pitard et Livio Casarini font partie de l’équipe de recherche de ce projet collaboratif.

L’équipe de recherche d’INRAE, spécialisée dans l’étude des récepteurs membranaires qui contrôlent la reproduction, s’intéresse particulièrement au mécanisme contraceptif de blocage des régulateurs moléculaires de l’ovulation. Les fragments d’anticorps, qui ciblent des récepteurs présents dans les cellules ovariennes, peuvent moduler de manière très sélective les effets des hormones naturelles au sein de ces cellules. Les études viseront à développer des fragments d’anticorps qui peuvent bloquer sélectivement l’ovulation sans perturber la production endogène d’hormones stéroïdes. Ces fragments d’anticorps seront ensuite modifiés de façon à produire des effets de durée suffisante pour garantir un effet contraceptif, tout en assurant la réversibilité du blocage de l’ovulation lorsque le traitement sera arrêté.

La plateforme logicielle développée par MAbSilico est utilisée pour la sélection, la caractérisation et l’optimisation des fragments d’anticorps ciblant des régulateurs de l’ovulation. La technologie de cette TechBio, basée sur l’intelligence artificielle, permet une digitalisation de la découverte d’anticorps en accélérant et sécurisant cette étape critique.

Les meilleurs anticorps seront sélectionnés in vitro par UNIMORE, où ils seront testés sur des cellules ovariennes humaines. Cette étape est essentielle pour assurer la fonctionnalité des anticorps chez l’humain et s’appuie sur l’expertise de son Unité d’Endocrinologie en matière de régulation hormonale des fonctions reproductives.

Les fragments d’anticorps ainsi optimisés seront alors testés in vivo chez la souris par délivrance synthétique non-inflammatoire d’ARNm codant pour cette nouvelle classe d’agents biologiques. Cela entraînera la production des fragments d’anticorps par les fibres musculaires de l’individu, leur sécrétion dans le sang et enfin leur action sur l’ovaire. Cette technologie, baptisée NANOTAXI®, permettra de contourner ainsi l’étape de bioproduction des fragments d’anticorps qui est fastidieuse, coûteuse et longue. Les fragments d’anticorps les plus prometteurs seront ensuite testés de manière non invasive chez la brebis.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Thomas Calvi

Partager l'article

Laurent Félix devient Directeur Général France d’Ekimetrics

Ekimetrics, spécialiste européen en data science et intelligence artificielle au service des entreprises, a annoncé cette semaine la nomination de Laurent Félix au poste...

Forum de l’évaluation de l’intelligence artificielle : Créer la confiance et valider les performances, ou comment définir un environnement favorable au développement de...

Le Laboratoire national de métrologie et d’essais (LNE) organise le premier forum d'évaluation de l'intelligence artificielle (IA). Cet événement sera l'occasion d'échanger autour du développement de...

Zoom sur l’automatisation des rapports COVID-19 de Santé Publique France par Dynacentrix

L'agence Santé publique France, en charge de la surveillance épidémiologique du covid-19, pilote le système national de veille et d’alerte et de surveillance sanitaire...

Retour sur le lancement de MAESTRIA, plateforme numérique de diagnostic intégratif de la cardiomyopathie auriculaire

Le projet de recherche MAESTRIA (Machine Learning and Artificial Intelligence for Early Detection of Stroke and Atrial Fibrillation) a été officiellement lancé fin septembre....