Travailler moins grâce à l’IA ?

Travailler moins grâce à l’IA ?
Actu IA
etude_bcom

b<>com dévoile un sondage sur la vision des Français quant aux impacts de l’intelligence artificielle dans le travail : 80% des interrogés pensent que l’IA aura une influence positive sur leur emploi et 30% d’entre eux pensent qu’elle va permettre de moins travailler.

Intelligence Artificielle. Deux mots qui enflamment les débats médiatiques, animent la communauté scientifique et sont la source de bien des fantasmes pour le grand public. Dans le cadre de travaux de prospective, b<>com dévoile les résultats d’un sondage qui éclaire sur la vision des Français quant à l’impact de l’IA sur leur travail dans la prochaine décennie. Un regard neuf et neutre sur un sujet brûlant.

Anticiper les scénarios, ne pas prédire l’IA sous l’angle exclusivement technologique, mais plutôt en s’intéressant aux impacts et à l’Humain, telle est l’ambition de b<>com. L’Institut de recherche technologique a conduit une étude en ligne sur la perception des Français, qu’ils soient experts de la question ou novices, sur l’impact de l’intelligence artificielle dans le monde du travail en 2031.
Façonné par une équipe de chercheurs en sciences cognitives, le sondage ne nécessitait pas de connaissances spécifiques sur l’intelligence artificielle et s’adressait à tous. Il a rencontré un franc succès et recueilli plus de 850 réponses sur le premier trimestre 2019, pour un résultat riche d’enseignements.

Aujourd’hui, l’image de l’IA, c’est quoi ?

Premier enseignement qui éclaire plus largement sur le regard que portent les Français sur l’IA, à la question « Donnez 3 termes/expressions qui vous viennent à l’esprit lorsque vous pensez à l’IA » les réponses, variées, illustrent à la fois les craintes et les espoirs suscités par l’IA.

ia_top10

Entre méfiance et confiance, les potentialités de l’IA
tiraillent les sondés

A l’étude des résultats, un constat émerge : les répondants ont une vision paradoxale, pleine de contradictions quant aux impacts de l’intelligence artificielle sur le travail. Ainsi, 65% des sondés déclarent se méfier des résultats que son utilisation pourrait engendrer. Une défiance plus marquée chez les non-experts, qui sont seulement 36% à faire confiance à l’IA, contre 62% des experts. Notre imaginaire collectif façonné par les œuvres de Science-Fiction qui inventent des futurs dystopiques où les robots et autres intelligences
numériques ont pris le contrôle sur l’humain peuvent expliquer ces résultats.

Pour autant, 80% des interrogés pensent que l’IA aura une influence positive sur leur emploi. Quant aux promesses sur les performances de l’IA au travail, elles font apparaitre une vision plus nuancée des sondés puisque 50% d’entre eux, considèrent que les outils intégrant l’IA leur seront utiles dans leur travail et 40% prévoient d’utiliser les
technologies d’intelligence artificielle d’ici 2031.

Ici apparait une dichotomie de perception entre les experts et nonexperts, sur l’intention d’usage et l’impact de l’IA. 70% des experts du panel envisagent d’utiliser l’IA dans leur travail en 2031, contre uniquement 36% du panel non-expert. Notons également que seuls 11% des interrogés projettent une automatisation totale de leur travail. La complémentarité hommes-machines dans le travail semble donc être une suite logique pour la majorité du panel.

Une partie du panel étudié par les équipes de b<>com voit dans l’IA des promesses intéressantes : 80% estiment que l’IA n’aura pas d’impact négatif sur leur salaire, 30% des
sondés pensent que l’IA va permettre de moins travailler et 20% estiment que l’IA va créer plus d’emplois qu’en détruire.

Quant à l’avenir de l’IA, 1 répondant sur 10 pense qu’elle sera dotée d’une « conscience générale » dans la décennie 2031.

Dans le cadre de son étude, b<>com a choisi d’observer l’évolution de classement de ces
mêmes compétences. On voit ainsi se distinguer la « capacité de jugement et prise de
décision » comme compétence principale plutôt que la « résolution de problèmes
complexes » précédemment. La « flexibilité cognitive » passe également de la dixième place à la cinquième. La révolution technologique devra s’accompagner d’une révolution managériale.

bcom_decennies

Prospective 2031, une approche scientifique inédite pour comprendre le monde du travail de demain

Initiative originale lancée par b<>com et ses partenaires, Prospective <2031> aspire à étudier les impacts de l’intelligence artificielle sur le travail à horizon 2031.

L’approche consiste à explorer les futurs technologiques possibles afin d’identifier les enjeux de demain en s’intéressant à des problématiques : sociales, économiques, sociétales, éthiques, juridiques…

Prospective <2031> réunit de manière inédite des méthodologies et des expertises inhérentes à l’ingénierie, aux sciences humaines et sociales et au design. Les résultats sont attendus d’ici juin 2020 et feront l’objet d’une diffusion auprès du grand public.

  • Lire plus d'actus IA sur
  • Créé fin 2012, l’Institut de Recherche Technologique bcom est un fournisseur de technologies, accélérateur d’innovations pour les entreprises...

    Voir les actualités de bcom