Télécom ParisTech lance sa nouvelle chaire de recherche et d’enseignement « Data Science & Artificial Intelligence for Digitalized Industry & Services »

Télécom ParisTech lance sa nouvelle chaire de recherche et d’enseignement « Data Science & Artifici
Actu IA
Chaire-DSAIDIS

Le 31 janvier dernier, Télécom ParisTech a annoncé le lancement de sa nouvelle chaire de recherche et d’enseignement dans le domaine de l’intelligence artificielle, portée par Florence d’Alché-Buc. Créée avec le soutien de la Fondation Mines-Télécom, elle réunit Airbus Defence & Space, ENGIE, IDEMIA, Safran et Valeo.

L’accès à des bases de données massives, conjugué à une puissance de calcul sans cesse croissante, a ouvert la voie au développement de nouveaux outils d’Intelligence Artificielle (IA), à l’origine d’une révolution dans l’industrie et dans les services. Au cœur de l’IA, l’apprentissage statistique, dynamisé par l’internet des objets, peut maintenant s’appliquer à la quasi-totalité des processus industriels, de la conception d’un produit à son utilisation et aux services qui lui sont associés.

Après l’ère du big data analytics, de nouvelles attentes entrent désormais en jeu. Télécom ParisTech, avec le soutien de la Fondation Mines-Télécom, a réuni cinq grandes entreprises au sein de sa nouvelle chaire de recherche et d’enseignement « Data Science & Artificial Intelligence for Digitalized Industry & Services » (DSAIDIS) : Airbus Defence & Space, ENGIE, IDEMIA, Safran et Valeo.

Signée pour une durée de 5 ans, cette chaire bénéficiera d’un budget total sur la période de près de 7 millions d’euros, constitué pour partie de l’apport en nature de l’école et pour partie de l’apport financier des partenaires industriels.

Qu’ils soient destinés à l’aide à la décision dans des domaines sensibles (défense, santé, transport, etc.) ou simplement à garantir la confiance dans une technologie avant son adoption, les systèmes d’intelligence artificielle doivent être capables de justifier leurs décisions, de prouver leur robustesse face aux attaques et aux erreurs, de conserver une trace de leur apprentissage et de permettre que leurs décisions puissent être interprétées.

Par ailleurs, lorsqu’ils sont embarqués dans un environnement mobile, les systèmes d’IA doivent pouvoir communiquer avec cet environnement, connaître leurs propres points faibles et continuer à s’améliorer au moyen d’interactions pertinentes. Pour les équipes de recherche de Télécom ParisTech, il s’agit là d’un ensemble de défis passionnants à relever, dont la résolution conditionnera l’utilisation pérenne de la science des données et des outils d’IA. Au sein de cette nouvelle chaire, ces travaux de recherche seront conduits selon quatre grands axes :

  • Axe 1 : Développement d’une analyse prévisionnelle des séries temporelles et des flux de données
  • Axe 2 : Exploitation à grande échelle de données partiellement étiquetées et hétérogènes
  • Axe 3 : L’apprentissage statistique au service d’une prise de décision fiable et rigoureuse
  • Axe 4 : Un apprentissage qui dialogue avec son environnement

Portée par Florence d’Alché-Buc, professeure à Télécom ParisTech en informatique et mathématiques appliquées, la chaire DSAIDIS a pour objectif de conduire une recherche académique de pointe pour répondre aux nouvelles questions posées par une généralisation de l’IA pour les industriels et les sociétés de services. Elle assurera également la formation des futurs professionnels de l’intelligence artificielle grâce à deux cursus conçus en collaboration avec l’ENSTA ParisTech.