Intelligence artificielle Semi-conducteurs : l'European Chips Act sera présenté début 2022 pour une Europe...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Lancement du projet AI4EU coordonné par Thales : 79 partenaires de 21 pays pour développer une plate-forme d’IA à la demande

Ce jeudi 10 janvier avait lieu à Barcelone le lancement du projet AI4EU (Artificial Intelligence for European Union) porté par la Commission Européenne. Le...

Scientifiques et innovateurs publient 10 recommandations pour un partenariat européen public-privé sur l’intelligence artificielle

La Commission européenne a annoncé sa volonté de créer un partenariat public-privé dans le domaine de l'intelligence artificielle. Dans ce contexte, et forts de...

Recevez le magazine de l’intelligence artificielle ActuIA N°3

Le magazine de l'intelligence artificielle, ActuIA N°3 du 15 février 2021, paraîtra très prochainement. En ce contexte de pandémie, nous vous recommandons fortement de...

La France et l’Allemagne annoncent un projet d’infrastructure des données sécurisée européenne

À l'occasion du Digital Gipfel19, le sommet allemand sur le numérique, le ministre fédéral Peter Altmaier a présenté un projet d'infrastructure des données sécurisée...

Semi-conducteurs : l’European Chips Act sera présenté début 2022 pour une Europe autonome

La nécessité de retrouver une politique de souveraineté pour les infrastructures critiques au niveau européen et de mener une politique d’indépendance économique et numérique commune est l’une des priorités françaises. Face aux difficultés d’approvisionnement de puces et aux menaces sur la technologie soulignées par la crise, Bruxelles présentera début 2022 le projet de loi sur les semi-conducteurs “European Chips Act” pour défendre cette souveraineté européenne. Le texte inclura “un mécanisme de préférence européenne en cas de crise”, a indiqué le commissaire européen Thierry Breton dans une interview.

Les puces électroniques sont des outils à la base de toute l’informatique moderne. On les retrouve dans les smartphones, les véhicules, les machines à laver. Leur pénurie depuis quelques mois met de nombreuses entreprises en grande difficulté, les chaînes de fabrication tournent au ralenti ou s’arrêtent même en raison du manque de ces composants.

C’est pourquoi, lors de son discours du 15 septembre dernier, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a insisté sur la nécessité d’instaurer une loi européenne sur les semi-conducteurs pour que l’Union gagne en autonomie. Elle a déclaré :

“Il n’y a pas de numérique sans puces. Pendant que nous parlons, des chaînes de production entières fonctionnent déjà à vitesse réduite, malgré une demande croissante, en raison d’une pénurie de semi-conducteurs sans précédent”.

Elle avait ensuite souligné :

“Nous sommes dépendants des microprocesseurs les plus avancés fabriqués en Asie. Il ne s’agit donc pas seulement de notre compétitivité. L’enjeu est aussi notre souveraineté technologique ainsi que la conquête de “nouveaux marchés pour des technologies européennes novatrices.”

Alors que la demande  de semi-conducteurs est exponentielle, l’Europe dépend de l’Asie et ne produit que 10% de ses semi-conducteurs mondiaux. L’European Chips Act mis en place pour résoudre la pénurie de puces et soutenir l’ambition de l’UE de devenir une puissance numérique sera donc présenté début 2022. Thierry Breton, commissaire européen a déclaré lors d’une interview :

“Dans le cadre du +chips act+ que je présenterai début 2022, l’Europe supportera les investissements, notamment de rupture, et plus largement l’ensemble du secteur en assouplissant les règles de concurrence relatives aux aides d’Etats. En contrepartie de ce soutien public, nous instaurerons un mécanisme de préférence européenne en cas de crise.”

Il a ajouté :

“C’est, je le rappelle, ce que les Américains ont fait à propos des vaccins produits sur leur sol. Nous devons retenir la leçon. Les semi-conducteurs sont aussi un enjeu d’équilibre des pouvoirs. Ce n’est pas du protectionnisme mais de la souveraineté géopolitique.”

Le marché mondial des semi-conducteurs est estimé à 440 milliard d’euros. En mars dernier, l’UE a annoncé son objectif de doubler les capacités de production de puces en Europe d’ici à 2030 pour parvenir à produire 20% des semi-conducteurs dans le monde et vise également à attirer les investissements étrangers. Thierry Breton s’est montré confiant, estimant que :

“l’Europe a des atouts majeurs à faire valoir: la qualité et la robustesse de sa production électrique”, ses machines qui “tournent 24 heures sur 24” dans l’industrie des puces ou encore son “excellent vivier de talents et de compétences dans un secteur où les difficultés de recrutement sont aujourd’hui le plus grand frein au développement”.

 
Pierre-yves Gerlat

Partager l'article

Etude du Centre Hubertine Auclert sur « Les freins à l’accès des filles aux filières informatiques et numériques »

De nombreuses études sont menées tout au long de la scolarité des élèves, certaines se rapportent à la réussite scolaire des filles et leurs...

Le Conseil de l’UE invite les Etats Membres à poursuivre leurs efforts dans la lutte contre le terrorisme

Début juin, le Conseil de l'UE a adopté des conclusions sur les actions accomplies et les prochaines étapes à franchir pour assurer la protection...

Village by CA Paris dévoile les duos lauréats des « Village Awards 2022 »

Le 30 juin dernier, le Village by CA Paris a organisé la cinquième édition des Village Awards en collaboration avec Les Echos Entrepreneurs et...

Focus sur les recommandations de la CNCDH visant à promouvoir un encadrement juridique ambitieux de l’IA

Le 21 avril 2021, la Commission Européenne présentait son projet de réglementation de l'IA. Plus récemment, en décembre dernier, la Slovénie qui assurait alors...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci