Intelligence artificielle Morpho Labs, société de logiciels blockchain open-source, a réalisé une levée de...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Levée de fonds de 6 millions d’euros de la fintech lyonnaise Mon Petit Placement

Mon Petit Placement, start-up lancée en 2017, a bouclé en ce mois de novembre sa troisième levée de fonds pour un montant de 6...

Start-up : 100 millions de dollars pour la levée de fonds d’H2O.ai

H2O.ai est une start-up qui a pour but de démocratiser l'intelligence artificielle. Cette solution IA est tournée vers la valeur ajoutée pour les entreprises,...

Continuity annonce une levée de fonds de 5 millions d’euros auprès d’Elaia Partners, Bpifrance et Kamet Ventures

Continuity a levé 5 millions d’euros en Seed auprès d'Elaia Partners, Bpifrance et Kamet Ventures a annoncé la jeune pousse cette semaine. La start-up...

Afrique : la fintech Pngme lève 15 millions de dollars afin de poursuivre son développement sur le continent africain

La fintech africaine PNGme vient d'annoncer une levée de fonds de quinze millions de dollars menée par le fonds d'investissement londonien Octopus Ventures. Ce...

Morpho Labs, société de logiciels blockchain open-source, a réalisé une levée de fonds de 1,2 millions d’euros

La start-up parisienne Morpho Labs a réalisé fin 2021 une levée de fonds de 1,2 millions d’euros pour accélérer sa croissance. Cette jeune société dénombre plus de trente investisseurs au niveau mondial, outre des Business Angels, Semantic Ventures et Nascent ont participé à ce tour de table. Le financement permettra à Morpho Labs de développer son protocole Morpho de finance décentralisée à but non lucratif.

Paul Frambot, étudiant en Blockchain à Telecom Paris et Polytechnique, suivait les cours de Vincent Danos, directeur de recherche au CNRS. Il a assisté à un cours expliquant comment la blockchain pouvait supprimer les intermédiaires dans le domaine de la finance, élève et professeur ont ensuite échangé pendant des mois avant de lancer le projet Morpho. Pour porter ce projet dans lequel Vincent Danos ne pouvait s’engager, Paul Frambot a créé l’été dernier Morpho Labs, société de développement de logiciels blockchain open-source et innovants, en s’entourant de Hugo Danet (HEC-Telecom Paris), Mathis Gontier-Delaunay (Telecom Sud Paris) et Merlin Egalité (Centrale Supélec).

La finance décentralisée ou DeFi

Morpho offre des services financiers mais est innovant dans le sens où il est non-lucratif et profite avant tout à l’utilisateur. Grâce à la blockchain, il est autonome, transparent et décentralisé.

Le protocole n’appartient à personne, chacun peut y contribuer et être récompensé pour sa participation. Morpho Labs contribue au protocole Morpho et sera donc rémunéré par la communauté de ce dernier. Il permet de générer des intérêts sur ces actifs numériques et d’en emprunter, en payant des intérêts. Une plateforme DeFi comme Morpho est hébergée sur une blockchain, dirigée par ses utilisateurs et cherche avant tout à servir leurs intérêts : un nouveau modèle qui tranche avec la finance traditionnelle.

La blockchain

Le protocole Morpho repose sur l’utilisation d’une Blockchain telle que Ethereum, qui permet la création par les utilisateurs de contrats intelligents facilement vérifiables et permet à chacun de gagner des intérêts et d’emprunter des actifs numériques efficacement sans avoir à se reposer sur un intermédiaire de confiance. Merlin Egalité, chargé de la programmation des contrats explique :

“Une fois déployé sur la blockchain, le code écrit par Morpho Labs, visible par tous, ne dépend plus de nous. Même si nous voulions le supprimer ou le modifier, nous ne pourrions pas. De fait, un utilisateur est assuré de voir ses transactions financières se réaliser comme prévu, sans l’intervention d’un tiers de confiance.”

Le protocole Morpho est conçu comme un bien commun aux utilisateurs et leur apporte les meilleurs taux d’intérêt pour épargner des actifs numériques. Comme tout système logiciel, il a besoin de trésorerie pour maintenir et actualiser son algorithme mais ne peut pas vraiment faire de bénéfices. Ses utilisateurs ont l’option d’utiliser la trésorerie pour améliorer le protocole ou assurer certains frais et demander alors à Morpho Labs d’effectuer des prestations de services. Aujourd’hui, déjà quatre sociétés dans le monde contribuent au protocole Morpho et de nombreuses autres devraient rejoindre l’aventure. Paul Frambot a déclaré :

“Il s’agit d’un changement radical de business model par rapport à la finance traditionnelle. Les contributeurs tels que Morpho Labs ne sont pas rémunérés pour opérer un service financier mais pour contribuer à l’améliorer. Les vertus sociales de la blockchain sont encore très méconnues mais elles sont immenses”

Morpho Labs a développé plusieurs prototypes fonctionnels de Morpho depuis sa création. Cette levée de fonds lui permettra de sortir une première version complète de Morpho, notamment avec l’audition de son code par différentes entreprises de sécurité informatiques ou le recrutement de nouveaux développeurs.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Thomas Calvi

Partager l'article

La plateforme miniature de chirurgie assistée par robot MIRA devrait rejoindre l’ISS en 2024

En collaboration avec Virtual Incision, une société de robotique, des ingénieurs de l'Université du Nebraska ont développé MIRA, un petit robot chirurgien télécommandé qui...

France 2030 : le gouvernement dévoile les 66 premiers lauréats de l’appel à manifestations « Compétences et métiers d’avenir »

Le plan France 2030 vise à soutenir l’émergence de talents et accélérer l’adaptation des formations aux besoins de compétences des nouvelles filières et des...

Allemagne : T-Systems s’associe à Envision Digital pour réduire les émissions de carbone

Le 4 août dernier, Deutsche Telekom, un des leaders mondiaux des télécommunications intégrées, a annoncé que sa filiale T-Systems s’associera à la société  chinoise...

Enquête Premier emploi 2022 de Telecom Paris : des ingénieurs recherchés et bien rémunérés

Télécom Paris, école de l'Institut Mines-Télécom et membre fondateur de l'Institut Polytechnique de Paris, forme des ingénieurs généralistes du numérique. Elle a récemment publié...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci