Intelligence artificielle Mettre l’intelligence artificielle au service des forces : au coeur du projet...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Innovation : Cédric 0 annonce 1,8 milliard d’euros de financements sur 4 ans pour la filière Cloud

Cédric O, secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications Électroniques, a présenté le 2 novembre un plan industriel de soutien à la...

Cybersécurité : 22 lauréats sélectionnés dans le cadre de l’appel à projets de la Commission européenne

L'appel à projets "2020 CEF Telecom Call - Cybersecurity", autour des enjeux liés à la cybersécurité et dans le cadre du mécanisme pour l'interconnexion...

Le projet RePAIR : aider les archéologues à restaurer les fresques du passé grâce à l’intelligence artificielle

Afin de faciliter le processus de reconstruction et de réhabilitation permettant de redonner une seconde vie aux œuvres d'art de l'antiquité et du moyen-âge,...

Amazon annonce la signature d’un contrat avec les services secrets britanniques autour de l’intelligence artificielle

Amazon a décroché un contrat, via sa plateforme Cloud AWS, estimé entre 500 millions et un milliard de livres (600 millions à 1,2 milliard...

Mettre l’intelligence artificielle au service des forces : au coeur du projet européen STARTLIGHT

Tous les pays européens sont concernés par le crime et le terrorisme. Pour mieux lutter contre ces défis de sécurité, 18 pays européens persuadés de la nécessité d’une utilisation durable de l’intelligence artificielle dans les organismes chargés de l’application de la loi (LEA), se sont réunis pour décider d’une collaboration. En octobre dernier était ainsi lancé STARTLIGHT (Sustainable Autonomy and Resilience for LEAs using AI against High priority Threats), un projet d’innovation qui vise à renforcer la souveraineté et l’autonomie stratégique dans le domaine de l’intelligence artificielle pour les forces de l’ordre européennes.

Le projet STARTLIGHT, coordonné par le CEA pour la France, réunit 52 partenaires représentant 18 pays européens, dont 15 forces de l’ordre issues de 13 pays de l’Union européenne. Il bénéficiera d’un budget global de 18 835 263,75 € dont 17 000 000 € de l’UE.

Pendant 4 ans, les partenaires travailleront au développement d’une nouvelle coopération durable et pluridisciplinaire. Ils mettront en oeuvre une stratégie apportant aux forces de l’ordre européennes des solutions d’IA interopérables et fiables, dans le cadre des valeurs éthiques et sociétales de l’UE, pour faire face à des menaces hautement prioritaires. STARTLIGHT a été créé pour renforcer les capacités en IA des forces de l’ordre mais aussi celles des organismes de recherche et de l’industrie qui les soutiennent.

Il améliorera la compréhension généralisée de l’IA dans les LEA pour booster leurs opérations d’enquête et de cybersécurité. STARTLIGHT garantira que les LEA peuvent protéger leurs propres systèmes d’IA, augmenter leur expertise et leur capacité dans la lutte contre le crime et le terrorisme grâce à l’IA. Le projet générera des ensembles de données de haute qualité, un cadre interopérable et standardisé et un hub d’IA pour renforcer l’autonomie stratégique de l’UE en matière d’IA.

Objectifs du projet

La complexité croissante des défis de sécurité ajoutée à l’accumulation de quantités importantes de données numériques exige une meilleure utilisation des capacités d’intelligence artificielle par les organismes chargés de l’application de la loi. L’IA peut apporter des avantages aux LEA à tous les niveaux, avec une compréhension, des outils, des données et une protection appropriés. En outre, une communauté qui rassemble les LEA, les chercheurs, l’industrie, les praticiens de la sécurité et d’autres acteurs de l’écosystème de la sécurité dans le cadre d’un effort coordonné et stratégique est essentielle pour la concrétisation de ces efforts en pratiques opérationnelles.

STARTLIGHT souhaite présenter une vision inclusive et durable pour accroître la sensibilisation, la capacité, l’adoption et l’impact à long terme de l’IA en Europe pour les LEA avec des objectifs stratégiques spécifiques :

  •  Améliorer la compréhension généralisée de l’IA dans les LEA pour renforcer leurs opérations d’enquête et de cybersécurité dans le respect des valeurs juridiques, éthiques et sociétales ;
  •  Offrir aux LEA des opportunités d’exploiter des outils et des solutions d’IA dans leur travail opérationnel qui sont dignes de confiance, transparents et centrés sur l’humain.
  • Veiller à ce que les LEA puissent protéger leurs propres systèmes d’IA grâce à des approches de confidentialité et de sécurité dès la conception, de meilleurs outils et connaissances en matière de cybersécurité.
  •  Augmenter l’expertise et la capacité des LEA à combattre l’utilisation abusive de la criminalité et du terrorisme soutenus par l’IA.
  • Dynamiser l’AI pour les LEA en Europe grâce à des ensembles de données de haute qualité, un cadre interopérable et standardisé pour la durabilité à long terme des solutions,
  • Créer un hub d’IA pour les LEA qui soutienne une l’IA forte et renforce l’autonomie stratégique de l’UE en matière d’IA.

L’UE escompte que le projet STARTLIGHT permettra aux forces de l’ordre de prendre conscience du fait que l’IA peut renforcer leurs capacités opérationnelles et de cybersécurité de façon efficace et qu’elle génèrera la création d’un environnement multipartite et collaboratif pour l’utilisation analytique de l’IA.

STARTLIGHT a pour objectif de garantir que les LEA européennes ouvrent la voie en matière d’innovation, d’autonomie et de résilience de l’IA, en relevant les défis d’aujourd’hui et de demain, en donnant la priorité à la sûreté et à la sécurité de l’Europe pour tous.

 
Marie-Claude Benoit

Partager l'article

La finale de « Ma thèse en 180 secondes » aura lieu à Lyon le 31 mai prochain

« Ma thèse en 180 secondes » concours qui s'inspire de « Three minute Thesis », conçu à l'Université du Queensland, en Australie, est...

CentraleSupélec et SystemX lancent l’Alliance CircularIT pour mettre le numérique au service de l’économie circulaire

Le 10 mai dernier, CentraleSupélec et l’IRT SystemX ont annoncé la création d'« Alliance CircularIT » afin de « mettre la puissance du numérique...

Le Val de Marne mise sur l’intelligence artificielle pour améliorer son réseau d’assainissement

En novembre 2020, l’agence de l’eau Seine-Normandie lançait l'appel à projets innovation pour la gestion de l’eau, « Transition numérique et économie circulaire »...

RAFAEL vise à devenir la plateforme dédiée au post-Covid de référence en francophonie

La Haute Autorité de Santé, à la date du 19 novembre 2021, déclarait que 10% des malades du Covid-19 développent un covid long, syndrome...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci