Intelligence artificielle L'OMS déploie un assistant virtuel intitulé Florence pour aider les fumeurs à...

Pour approfondir le sujet

  • Plus d'actualités sur
  • OMS

Skoda ouvre son laboratoire dédié à l’intelligence artificielle pour améliorer sa production de véhicules électriques

Au sein de l'Université technique d'Ostrava, en République tchèque, le constructeur automobile Skoda a inauguré un laboratoire de production par intelligence artificielle (AIM.Lab). Cette...

Recevez le numéro 5 d’ActuIA, le magazine de l’intelligence artificielle

Le numéro 5 d’ActuIA, le magazine de l’intelligence artificielle, arrive en kiosques et en version numérique le 21 septembre 2021 ! Recevez-le directement chez...

Québec : création d’une chaire de recherche en numérique de la santé pour mieux soigner les maladies rares

Mieux comprendre les maladies rares afin de mieux les diagnostiquer et les traiter efficacement constitue un défi de taille en raison de la multiplicité...

Greenly lève 3 millions de dollars pour déployer sa solution de comptabilité carbone alimentée par l’IA

Greenly, une start-up technologique spécialisée dans l'aide aux organisations à réduire leurs émissions de dioxyde de carbone, a annoncé cette semaine une levée de...

L’OMS déploie un assistant virtuel intitulé Florence pour aider les fumeurs à arrêter la cigarette

Dans le cadre de la journée mondiale sans tabac, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a multiplié les initiatives pour lutter contre le tabagisme. La diffusion d’outils numériques et exploitation de l’intelligence artificielle sont deux des aspects sur lesquelles l’OMS souhaite s’appuyer pour lutter contre le tabac. L’agence de l’ONU spécialisée dans la santé publique s’est associée avec WhatsApp, Facebook, Viber, Soul Machines et AI Company afin de proposer un assistant virtuel pour aider les consommateurs dans leur envie d’arrêter de fumer.

Une campagne menée par l’OMS dans l’optique d’aider les consommateurs de tabac à arrêter de fumer

La campagne “S’engager à arrêter” a été lancée par l’OMS afin de soutenir les consommateurs de tabac qui souhaitent arrêter de fumer, mais qui ont toutefois besoin d’aide pour y parvenir. Dans 29 pays ciblés, l’agence a convenu de la mise en place de certaines initiatives comme la mise en place de ‎campagnes nationales de sensibilisation, la diffusion de nouveaux outils numériques, la révision ‎des politiques, la mobilisation des jeunes, la formation des agents de santé, l’ouverture de ‎nouvelles cliniques de sevrage tabagique, le soutien aux thérapies de remplacement de la ‎nicotine par l’intermédiaire de partenaires de l’OMS, la mise en place de services gratuits d’aide ‎par téléphone et la mise à disposition de cours pour arrêter de fumer.

le Dr ‎Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS, s’est exprimé sur la mise en place de cette campagne :

“Les fumeurs courent un risque jusqu’à 50 % plus élevé de développer une forme grave de la ‎COVID-19 et d’en mourir, par conséquent cesser de fumer est la meilleure chose que les ‎fumeurs puissent faire pour réduire leur risque face à ce coronavirus, outre le risque de ‎développer des cancers, des cardiopathies et des maladies respiratoires. Nous appelons tous les pays à ‎jouer leur rôle en se joignant à la campagne de l’OMS et en créant des environnements sans ‎tabac qui donnent aux gens les informations, le soutien et les outils dont ils ont besoin pour ‎cesser de fumer, définitivement.”

Des outils numériques pour atteindre ce but

Une des initiatives lancées pendant cette campagne est le défi “J’arrête de fumer”. Les consommateurs souhaitant arrêter de fumer reçoivent, à l’aide d’un outil disponible sur WhatsApp, Viber, Facebook ‎Messenger et WeChat, plusieurs conseils et encouragements chaque jour, sur une période de maximum six mois. Le ‎Dr Rüdiger Krech, Directeur du Département Promotion de la santé à l’OMS, a évoqué la création d’un chatbot pour aider les fumeurs à stopper le tabac :

“Pour aider les consommateurs de tabac à s’engager à s’arrêter de fumer et à réussir à le faire, ‎nous utilisons des outils numériques qui permettront de lancer le chatbot de la campagne de ‎l’OMS pour cesser de fumer et de dialoguer, grâce à l’intelligence artificielle, avec Florence, une ‎conseillère en santé virtuelle, et de proposer du matériel de plaidoyer en 30 langues.”

Cette agente de santé numérique dotée d’une intelligence artificielle a pour objectif de dissiper les croyances – souvent fausses – autour du COVID-19 et du tabac et d’aider les consommateurs à élaborer gratuitement des plans personnalisés pour arrêter le tabac.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Zacharie Tazrout

Partager l'article

Skoda ouvre son laboratoire dédié à l’intelligence artificielle pour améliorer sa production de véhicules électriques

Au sein de l'Université technique d'Ostrava, en République tchèque, le constructeur automobile Skoda a inauguré un laboratoire de production par intelligence artificielle (AIM.Lab). Cette...

Recevez le numéro 5 d’ActuIA, le magazine de l’intelligence artificielle

Le numéro 5 d’ActuIA, le magazine de l’intelligence artificielle, arrive en kiosques et en version numérique le 21 septembre 2021 ! Recevez-le directement chez...

Québec : création d’une chaire de recherche en numérique de la santé pour mieux soigner les maladies rares

Mieux comprendre les maladies rares afin de mieux les diagnostiquer et les traiter efficacement constitue un défi de taille en raison de la multiplicité...

Greenly lève 3 millions de dollars pour déployer sa solution de comptabilité carbone alimentée par l’IA

Greenly, une start-up technologique spécialisée dans l'aide aux organisations à réduire leurs émissions de dioxyde de carbone, a annoncé cette semaine une levée de...