L’éthique, les principes de l’IA et la pratique au coeur de la Conférence de l’UNESCO “Youth voices and the future of Artificial Intelligence”

L’éthique, les principes de l’IA et la pratique au coeur de la Conférence de l’UNESCO R
Actu IA

Dans le cadre de l’engagement de l’UNESCO à faire participer les jeunes à la prise de décision sur leur avenir, la UNESCO’s intersectoral AI task team a organisé l’événement “Youth Voices and the Future of Artificial Intelligence” en parallèle de la 40e Conférence générale de l’UNESCO.

L’événement a rassemblé des représentants de haut niveau, dont l’UNESCO, l’OCDE, l’Union africaine, l’ISESCO, l’IEEE et le UN High Level Panel on Digital Cooperation pour engager un dialogue avec les jeunes sur le développement de principes éthiques pour l’intelligence artificielle, et ce qui est nécessaire pour mettre ces principes en pratique pour une IA au service du développement durable.

Moez Chakchouk, Assistant Directeur-General du secteur de la communication et de l’information, a ouvert l’événement en rappelant que le potentiel de l’IA à révolutionner tous les aspects de notre vie, soulignant que son caractère transformateur rend impératif de relever les défis éthiques liés à son développement et à son déploiement.

Le premier panel s’est intéressé à l’élaboration de principes pour l’intelligence artificielle. Le panel était animé par Delfina Belli, une jeune étudiante, qui a introduit le sujet en exprimant ses préoccupations quant à l’inégalité des sexes et aux préjugés en matière d’IA. Dans son introduction, elle a souligné l’importance de créer des principes afin que l’IA puisse être exploitée comme un outil permettant aux femmes de s’émanciper. Tous les intervenants se sont accordés sur l’importance d’élaborer des principes éthiques quant à l’IA, étant donné son potentiel pour atteindre les objectifs de développement durable fixés et les défis éventuels que cela pose dans le domaine des droits de l’homme.

Amani Abou-Zeid, commissaire aux infrastructures et à l’énergie de l’Union africaine (UA), et Salim M. Al-Malik, directeur général de l’Organisation islamique pour l’éducation, la science et la culture (ISESCO), ont souligné l’importance de l’intelligence artificielle dans la région africaine et réaffirmé l’engagement de leurs organisations à utiliser l’IA pour l’Agenda 2063 de l’Union africaine. Le Dr Abou-Zeid a souligné que « nous voulons nous assurer que nous partageons des valeurs, des principes communs et que nous travaillons ensemble à travers le continent, mais également entre le continent et le reste du monde ». Le Directeur général Al-Malik a également réaffirmé l’engagement de l’ISESCO à adopter des cadres éthiques pour l’IA dans ses États membres.

Angel Gurria, secrétaire général de l’OCDE, et Marc-Antoine Dilhac, directeur de la Déclaration de Montréal pour le développement responsable de l’intelligence artificielle, ont commenté et considéré positivement la prolifération de différents principes et cadres éthiques. Tandis que Angel Gurria a noté que les différentes entités développant des cadres d’IA pourraient tous apprendre les unes des autres, Marc-Antoine Dilhac a remarqué que les différents cadres étaient ancrés dans des domaines de compétence distincts et donc complémentaires et nécessaires. Du point de vue de la communauté technique, Clara Neppel, directrice à l’IEEE a souligné que « la communauté des ingénieurs a la responsabilité de concevoir des systèmes pour la société ».

Tous les intervenants ont constamment souligné l’importance du multipartisme et de l’inclusion dans le développement de l’IA et de cadres éthiques pertinents. Le secrétaire général Angel Gurria a souligné que « le multi-stakeholderism n’est pas un moyen, mais le seul moyen », tandis que la commissaire Abou-Zeid a souligné qu’« aucune organisation ne peut le faire seule ». Évoquant la nécessité de participer activement dans le cadre de l’élaboration de ces principes, Marc-Antoine Dilhac a souligné que des initiatives pourraient s’inspirer de l’expérience acquise lors de l’élaboration de la Déclaration de Montréal, qui prenait en compte différents points de vue en organisant des ateliers sur place et en sollicitant des réactions en ligne.

Le deuxième panel, consacré à la transition des principes de l’intelligence artificielle à la pratique, a exploré le lien entre l’élaboration de directives éthiques et la mise en œuvre de politiques. Animée par Imane Bello, chargée de cours sur la politique et l’éthique des systèmes d’intelligence artificielle, elle a présenté le sujet en soulignant certaines des limitations techniques de l’IA qui entraînent des biais algorithmiques, des erreurs de classification et même une discrimination, en particulier entre le Nord et le Sud.

Interrogés sur les mesures à prendre pour que les cadres éthiques aient des impacts concrets, les orateurs ont présenté différentes perspectives.

Amandeep Singh Gill, ancien directeur exécutif du secrétariat High Level Panel on Digital Cooperation, a déclaré que « la découverte de principes doit être guidée par la pratique ». Il a expliqué que la plupart des organisations étaient d’accord pour dire que l’IA devrait être centrée sur l’homme et juste, mais divergeaient dans la pratique sur les mesures à prendre pour atteindre ce type d’IA. Exprimant des sentiments similaires, Nicolas Miailhe, président de la Future Society, a souligné la nécessité d’une boucle de rétroaction continue entre les principes et la pratique. Adriana Eufrosina Bora, jeune chercheuse chez Global Data Commons, a également souligné la nécessité d’investir dans le renforcement des capacités : « Il est essentiel de donner aux jeunes les compétences nécessaires pour faire face aux incertitudes que l’IA va entraîner dans la société et sur le marché du travail », a-t-elle souligné.

Peter-Paul Verbeek, président de la Commission de l’éthique des connaissances scientifiques et des technologies (COMEST) de l’UNESCO, a souligné trois aspects à prendre en compte lors de la traduction des principes en pratique : veiller à ce que la conception de l’IA soit éthique, que les utilisateurs finaux des la technologie la comprenne et que les gouvernements garantissent des cadres pour l’utilisation de cette technologie. Eva-Marie Muller-Stuler, responsable de la recherche en informatique chez IBM MEA, a souligné l’importance d’impliquer le secteur privé dès le début dans les discussions sur l’éthique de l’IA, plutôt que de simplement élaborer des directives et de demander à l’industrie de les mettre en œuvre.

En conclusion, l’UNESCO a souligné que, à l’avenir, l’Organisation continuerait à mettre en place des plates-formes multi-stakeholder pour les discussions sur les dimensions éthiques de l’IA, à développer des outils de renforcement des capacités dans ce domaine et à fournir des conseils en matière de normalisation et de politique générale pour s’assure que l’intelligence est mise au service du développement durable. Le Internet Universality Framework et la R.O.A.M approach, adoptés lors de la Conférence générale de l’UNESCO en 2015, ont été soulignés en tant que cadre pour guider les travaux de développement d’une intelligence artificielle éthique basée sur les droits de l’homme, l’ouverture, l’accessibilité et le multi-stakeholderism.

Cet événement parallèle précède l’examen par les États membres, dans le cadre de la Conférence générale du 21 novembre, du lancement d’un processus visant à développer un instrument normatif dans le domaine de l’éthique de l’intelligence artificielle. Plus de 280 participants ont participé à cet événement, avec plus de 10 000 personnes participant à distance via les canaux de réseaux sociaux de l’UNESCO.