Intelligence artificielle L'Ecole Polytechnique fédérale de Lausanne conçoit de nouveaux nanocapteurs basés sur l'IA

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Appel à candidatures pour la septième édition du programme d’accélération de HPE France

Hewlett Packard Enterprise (HPE) a officiellement lancé en ce mois d'avril la septième édition de son programme d'accélération de start-up. L'appel à candidatures est...

Microsoft présente BioMed Search, un outil permettant d’effectuer des recherches d’informations dans la littérature biomédicale

Microsoft a présenté en ce mois de mars Microsoft Biomedical Search, un outil aux chercheurs permettant d'effectuer des recherches dans toute la littérature biomédicale...

L’Institut Polytechnique de Paris et Inria s’unissent pour renforcer leur leadership en l’IA et dans le numérique

Inria et l’Institut Polytechnique de Paris ont annoncé le mois dernier la signature d'un protocole d’accord visant à la création d'un partenariat renforcé, incarné...

La France et l’Allemagne lancent un appel à projets pour des projets sur l’intelligence artificielle

La France et l'Allemagne ont lancé la semaine dernière un appel à projets commun. Centré sur des projets d'innovation sur l'intelligence artificielle, il est...

L’Ecole Polytechnique fédérale de Lausanne conçoit de nouveaux nanocapteurs basés sur l’IA

Des chercheurs de l’École Polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ont conçu un nouveau type de nanocapteurs. Cette solution, basée sur l’intelligence artificielle, sera mise à contribution dans la conception de médicaments spécifiques pour soigner des maladies ou des pathologies. 

Aurelian John‐Herpin, Deepthy Kavungal, Lea von Mücke et Hatice Altug, directrice du laboratoire de systèmes bionanophotoniques de la faculté des sciences et techniques de l’ingénieur, ont publié le résultat de leurs recherches afin de présenter leur solution. Ces nanocapteurs seront capables, grâce à leur intelligence artificielle intégrée, d’identifier différentes catégories de biomolécules sans altérer leur fonction. Aurélian John-Herpin, assistant doctorant au sein du laboratoire de systèmes bionanophotoniques, a déclaré à ce propos :

“On peut concevoir que chaque molécule possède sa propre “mélodie” caractéristique si l’on imagine des fréquences audio au lieu des fréquences infrarouges. Cependant, il est très difficile d’écouter ces mélodies, car, sans amplification, elles ne sont que des chuchotements dans une mer de sons. Pour aggraver les choses, leurs mélodies peuvent présenter des motifs très similaires, ce qui rend difficile de les distinguer les unes des autres”

Pour tenter de surveiller les principales classes de biomolécules du nanomonde sans le perturber, plusieurs outils ont été utilisés dans la conception de ces nanocapteurs.

  • Le premier outil est la lumière infrarouge. Les molécules vibrant à des fréquences situées principalement dans la gamme de fréquences infrarouges, l’utilisation de lumières infrarouges permet aux nanocapteurs de travailler à la même fréquence que les molécules et donc, de ne pas les perturber.
  • Les métasurfaces constituent le second outil utilisé : fabriqués par l’Homme, elles permettent de “manipuler” la lumière à l’échelle nanométrique, elles sont associées à la lumière infrarouge des nanocapteurs.
  • Le dernier outil, et non des moindres, est l’utilisation de l’intelligence artificielle : l’ensemble des fréquences des molécules est compilée dans cette intelligence artificielle, qui reconnait ensuite la molécule en comparant sa base de données à la fréquence qu’émet la molécule.

Ces nanocapteurs sont le fruit d’un travail symbiotique entre les nanotechnologies, les métasurfaces, la lumière infrarouge et l’intelligence artificielle, favorisant les recherches dans le domaine des bionanomolécules afin de contribuer à la recherche médicale.

 
Zacharie Tazrout

Partager l'article

Quel rôle l’intelligence artificielle joue-t-elle dans la lutte contre les incendies de forêt ?

Le Maroc, l'Espagne et la France connaissent actuellement une vague de chaleur très importante qui surprend les météorologues car elle arrive précocement. Avec le...

L’UMONS introduit 40 portefeuilles projets FEDER-FSE+ pour un budget de plus de 280 millions d’euros

Le FEDER (Fonds Européen de Développement Régional) et le FSE (Fonds Social Européen Plus) ont pour objectif de renforcer la cohésion sociale et économique...

Yoshua Bengio fait son entrée dans le dictionnaire Larousse

Nouveau signe de la popularisation de l'intelligence artificielle, le directeur scientifique de Mila et professeur à l’Université de Montréal, Yoshua Bengio, intègre le Petit...

METAFORA biosystems lance METAflow, logiciel cloud d’analyse numérique de cytométrie en flux

METAFORA Biosystems, une société qui a développé une plateforme de cytométrie en flux alimentée par l'IA pour générer des diagnostics in vitro (DIV) plus...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci