Intelligence artificielle Le ministère des Solidarités et de la Santé poursuit ses actions dans...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Datasulting présente le premier Observatoire 2021 de la Maturité Data des Entreprises en Île-de-France

L'Observatoire de la Maturité Data des Entreprises vise à permettre aux entreprises et acteurs publics de mieux comprendre les enjeux, thèmes et problématiques qui...

UE : nouvelles mesures pour accélérer la numérisation des systèmes judiciaires et la formation des professionnels

Cette semaine la Commission européenne a adopté un ensemble d'initiatives visant à moderniser les systèmes judiciaires de l'Union européenne (UE). La communication sur la...

Un an après l’annonce officielle de GAIA-X : où en est le projet d’infrastructure de données européenne ?

Il y a presque un an, la France et l'Allemagne annonçaient le lancement officiel de GAIA-X : un projet ayant vu le jour en...

Cybersécurité : 22 lauréats sélectionnés dans le cadre de l’appel à projets de la Commission européenne

L'appel à projets "2020 CEF Telecom Call - Cybersecurity", autour des enjeux liés à la cybersécurité et dans le cadre du mécanisme pour l'interconnexion...

Le ministère des Solidarités et de la Santé poursuit ses actions dans le cadre du projet IA & Santé

En 2019, le contrat stratégique de la filière des industries et technologies de santé fut signé par plusieurs ministères : Santé, Enseignement supérieur, Économie & Finances, ainsi que par plusieurs acteurs du secteur de l’industrie et des technologies de santé : CFDT, FO et comité stratégique de filière (CSF) ITS. Le 8 juin 2021, un avenant a été signé par les mêmes acteurs pour mettre à jour certains des points évoqués dans le contrat. Le projet IA & Santé en fait notamment partie. 

Un avenant pour mettre à jour le contrat stratégique de la filière des industries et technologies de santé

Cet avenant s’inscrit dans les objectifs du plan France Relance qui accompagne financièrement plusieurs projets structurants du CSF, que cela soit le soutien à l’innovation, le développement de l’emploi, des formations et des PME. Plusieurs projets ont été restructurés, tandis que d’autres ont été ajoutés dans le contrat.

Parmi les nouveaux projets structurants, on retrouve :

  • Le Projet Relocalisation de principes actifs, intermédiaires ou médicaments essentiels
  • Le Projet Imagerie médicale qui s’appuie sur plusieurs cas d’usages technologiques : Echostéthoscope d’Echopen, AI DReaM de GE Healthcare, Nemoxis de Thalès et radiothérapie FLASH de Thalès et de l’Institut Curie
  • Le Projet Diagnostic in vitro
  • Le Projet Transformation numérique qui a pour objectif de favoriser la compétitivité des entreprises dans le secteur de l’industrie et des technologies de santé tout en accélérant leur transition numérique. Un outil d’auto-évaluation de la maturité numérique des entreprises va être conçu pour valoriser les meilleurs cas d’usage et encourager la transformation.

Poursuite du projet IA & Santé et ajout de nouvelles missions

Avec la signature de cet avenant, trois projets déjà inscrits dans le contrat signé en 2019 vont être poursuivis : c’est le cas des projets Lutte contre l’antibiorésistance, Accompagnement au développement des PME, Formation et développement de compétences et enfin Déploiement international poursuivront les travaux engagés. Deux autres projets vont bénéficier de nouvelles missions : c’est par exemple le cas des missions du projet Bioproduction qui vont être étendues autour de cinq nouveaux axes stratégiques.

Le Projet IA & Santé va être également se poursuivre sur ses axes initiaux : cas d’usage IA & Cancer, valorisation/modèle économique des données partagées du Health data Hub et déploiement des recommandations relatives à l’usage des données en vie réelle dans la prise de décision. Grâce à l’avenant, la mission “Parcours de santé” va être mise en place. L’objectif sera d’optimiser le service rendu au patient à l’aide d’un parcours efficient et coordonné impliquant de nouveaux acteurs. Un nouveau cas d’usage IA & Maladies rares a également été introduit dans le but de réduire l’errance diagnostique et l’impasse thérapeutique grâce à un accès plus facile aux données, à un déploiement d’algorithmes et à l’identification de nouvelles cibles thérapeutiques.

Le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran,  s’est exprimé autour de la signature de cet avenant :

“Je salue les avancées de ce comité stratégique de filière qui permet la prise compte des préoccupations de notre industrie de santé. La crise nous démontre combien ce sujet était crucial. Cet avenant permet de renforcer l’accès aux principes actifs essentiels et intermédiaires pour les Français. Il soutient considérablement les projets initiaux en poursuivant notamment le projet de lutte contre l’antibiorésistance et préparer les antibiotiques de demain.”


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Zacharie Tazrout

Partager l'article

Bruxelles : Améliorer les services publics grâce à l’IA et FARI

FARI, institut bruxellois pour l'intelligence artificielle, mis en place l'an passé dans le cadre du plan de relance, a pour objectif de relier les...

L’IA axe majeur du nouveau plan de travail INPI-IPOS

Début janvier 2022, Pascal Faure, directeur général de l’INPI et Madame Rena Lee, son homologue de l’office de propriété intellectuelle à Singapour (IPOS) ont...

Robots tueurs : les Nations Unies peinent à poser un cadre juridique à l’emploi des armes létales autonomes

Dès 2013, les Systèmes d'Armes Létales Autonomes (SALA) ont fait l'objet de discussions lors de la Convention des Nations Unies portant sur les Armes...

XXII lance une charte éthique pour l’édition de logiciels d’IA

L'Intelligence Artificielle est en plein essor et les technologies qu'elle a permis de développer, en évolution constante. Les problèmes éthiques que peuvent poser leur...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci