Actualité La réalité virtuelle au service de la rééducation de la tétraplégie

Pour approfondir le sujet

Accord entre Total et Google Cloud sur des solutions IA d’analyse des données du sous sol

Ce 24 avril 2018, Total et Google Cloud ont annoncé avoir signé un accord visant à établir conjointement des solutions basées sur l'intelligence artificielle....

Intelligence artificielle : prédiction de la fatigue après un cancer du sein

Le Dr Ines Vaz Luis, oncologue médicale à Gustave Roussy présente l'étude sur la prédiction de la fatigue après un cancer du sein dont les...

Industrie 4.0 : Partenariat entre Renault et Google Cloud sur la digitalisation des usines et de la chaîne logistique

Aller plus loin dans l'industrie 4.0 grâce au machine learning et à l'intelligence artificielle, c'est l'objectif du Groupe Renault. Pour ce faire, le constructeur...

La réalité virtuelle au service de la rééducation de la tétraplégie


Ces 13 et 14 juin 2019 se tenait l’édition 2019 de Futur(e)s à la manufacture des Gobelins. Un projet a particulièrement retenu notre attention : celui porté par Paul Monnier, fondateur de l’association Défis d’hommes, accompagné par le studio de réalité virtuelle ICEBERG dans la mise au point d’une solution d’aide à la rééducation de la tétraplégie.

Le projet, qui a d’ailleurs remporté le prix “Coup de coeur” du festival Futur(e)s utilise la réalité virtuelle afin d’activer la plasticité spinale. Alors que la plupart des projets de rééducation se focalisent sur la marche, celui-ci présente la particularité de se concentrer sur les membres supérieurs. Mais il présente une seconde particularité, et non des moindres : il est conçu avec des technologies abordables : Casque VR, Arduino, PC.

La portée éventuelle du projet est donc conséquente. D’autant plus que le centre de rééducation de Paul Monnier, qui utilise le système depuis un an à raison d’une heure par jour note “des changements très positifs” depuis le lancement du projet.

D’un point de vue conceptuel, le projet est relativement simple : l’utilisateur pose des capteurs sur son avant-bras. Ces capteurs ultra-sensibles sont capables de détecter des influx nerveux altérés par une lésion partielle de la moelle épinière, et donc, trop faibles pour déclencher le mouvement de la main. Les capteurs déclenchent alors le mouvement d’une main virtuelle, affichée par le biais d’un casque de réalité virtuelle qui vient tromper le cerveau en lui montrant la conséquence du stimuli perçu. La boucle étant bouclée, la connexion se “fortifie”.

L’objectif de Paul Monnier et ICEBERG est aujourd’hui de se rapprocher du corp médical et de trouver les fonds nécessaires à l’amélioration et à la généralisation du prototype.

Vincent Rieuf, qui nous a présenté le projet, nous a d’ailleurs confié que l’un des prochains défis était de mettre en oeuvre un algorithme de Machine Learning permettant l’autocalibration du système afin de permettre un placement simplifié des capteurs.

N’hésitez pas à contacter ICEBERG ou Paul Monnier via contact@actuia.com , nous nous ferons un plaisir de relayer vos messages.

NDLR : Toutes nos excuses pour la qualité audio de cette vidéo captée en environnement bruyant.

 

 

Stephane Nachez

Partager l'article

IoT Week by CITC : Bilan d’une 5ème édition réussie

Du 15 au 19 mars dernier a eu lieu la 5ème édition de l’IoT Week by CITC. Cet évènement organisé par le Centre d'Innovation...

Luc Julia, spécialiste français de l’intelligence artificielle, devient le directeur scientifique de Renault

Luc Julia, expert en intelligence artificielle et dans le domaine des interfaces Homme-machine vient d'être nommé par le directeur général de Renault, Luca de...

Comment la mairie de Barcelone souhaite favoriser une utilisation éthique de l’intelligence artificielle

La mairie de Barcelone souhaite mettre en œuvre vingt mesures pour garantir que les algorithmes d'intelligence artificielle utilisés par la ville et ceux qui...

Atos et DreamQuark lancent une plateforme numérique destinée aux assureurs et aux banques

Après son acquisition de trois sociétés annoncée cette semaine afin de développer son portefeuille technologique dans plusieurs domaines, Atos a dévoilé une plateforme digitale...