Intelligence artificielle La Commission européenne publie ses recommandations de politique et d'investissement pour une...

Pour approfondir le sujet

Le bureau de l’industrie et de la sécurité U.S. envisage la régulation de l’exportation de l’intelligence artificielle

Le BIS (Bureau de l'industrie et de la sécurité) des Etats-Unis a publié une proposition de classification des technologies émergentes sensibles afin d'en contrôler...

Elon Musk appelle à une vraie régulation de l’intelligence artificielle

Elon Musk, CEO de Tesla et de SpaceX, avait exprimé sa préoccupation quant à l'intelligence artificielle dès 2015. La semaine dernière, à l'occasion d'une...

Consultation publique “Ethique et protection des données dans l’intelligence artificielle” jusqu’au 25 janvier 2019

À l'occasion de la 40e Conférence internationale des commissaires à la protection des données et de la vie privée, a été adoptée le 23 octobre,...

Numérique & Santé 2018 s’intéresse à la place des données dans la médecine du futur

Rendez-vous le mardi 24 avril prochain à Lorient pour la journée thématique Numérique et Santé 2018 "Quelle place pour les données dans la médecine...

La Commission européenne publie ses recommandations de politique et d’investissement pour une IA de confiance

Le High-Level Expert Group on Artificial Intelligence (HLEG) a dévoilé le 26 juin dernier ses recommandations en matière de politique et d’investissement pour la mise en place d’une intelligence artificielle de confiance. Le document publié par la Commission européenne s’intitule Policy and Investment Recommendations for Trustworthy AI et comprend 33 recommandations. Elles ont été formulées pour paver la voie à une intelligence artificielle de confiance en matière de durabilité, de croissance, de compétitivité et d’inclusion, tout en autonomisant et en protégeant les citoyens.

Le rapport du HLEG est disponible dans son intégralité sur le site internet de la Commission européenne. L’Europe met ainsi de nouveau en avant une approche de l’intelligence artificielle centrée sur l’humain. Dans le premier document remis par le HLEG, les Ethics Guidelines for Trustworthy AI, ce concept était reflété dans la notion de Trustworthy AI ou Intelligence artificielle de confiance, qui était caractérisée en trois composantes – légale, éthique et solide – d’une part et conforme aux principes fondamentaux de l’Union européenne d’autre part.

Les directives en matière d’éthique pour des IA dignes de confiance ont donc constitué une première étape cruciale dans la définition du type d’IA que l’Union européenne souhaite promouvoir. Cependant, comme l’indiquent ces nouvelles recommandation, une telle délimitation est certes nécessaire, mais elle ne suffit toutefois pas à faire en sorte que l’Europe puisse également concrétiser l’impact bénéfique que l’IA peut générer. C’est donc en ce sens qu’un ensemble de recommandations de politique et d’investissement a été fait. Il s’agit d’expliquer comment une IA de confiance peut être mise en place, déployée, encouragée et étendue à toute l’Europe en profitant au maximum de ses bénéfices tout en minimisant et en prévenant ses risques.

Les experts du groupe créé par la Commission européenne ont rappelé que selon eux l’IA de confiance n’était pas une fin en soi, mais plutôt un moyen d’améliorer le bien-être individuel et social. Il convient en effet de chercher à préserver l’environnement social pour les générations à venir mais également de miser sur la croissance et la compétitivité pour sécuriser les opportunités d’emploi et générer des progrès bénéfiques. En parallèle cela nécessite l’inclusion, pour permettre à chacun d’en bénéficier. Comme l’indique le rapport, la technologie est un moteur essentiel de l’innovation et de la productivité, et l’IA est l’une des technologies les plus transformatrices de notre époque.

Les 33 recommandations concrètes adressées aux institutions européennes et aux États membres vont dans ce sens. Celles-ci se concentrent sur quatre domaines principaux dans lesquels une IA digne de confiance peut avoir un impact bénéfique, en commençant par les humains et la société en général, puis en se concentrant ensuite sur le secteur privé, le secteur public, la recherche et les universités européennes.

Dans le même temps, les principaux outils nécessaires pour faciliter ces impacts ont été examinés, en fonction de la disponibilité des données et de l’infrastructure, des compétences et de l’éducation, d’une gouvernance et d’une réglementation appropriées, ainsi que du financement et des investissements.

Retrouvez l’intégralité des Policy and Investment Recommendations for Trustworthy AI sur le site de la Commission européenne.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Thomas Calvi

Partager l'article

Skoda ouvre son laboratoire dédié à l’intelligence artificielle pour améliorer sa production de véhicules électriques

Au sein de l'Université technique d'Ostrava, en République tchèque, le constructeur automobile Skoda a inauguré un laboratoire de production par intelligence artificielle (AIM.Lab). Cette...

Recevez le numéro 5 d’ActuIA, le magazine de l’intelligence artificielle

Le numéro 5 d’ActuIA, le magazine de l’intelligence artificielle, arrive en kiosques et en version numérique le 21 septembre 2021 ! Recevez-le directement chez...

Québec : création d’une chaire de recherche en numérique de la santé pour mieux soigner les maladies rares

Mieux comprendre les maladies rares afin de mieux les diagnostiquer et les traiter efficacement constitue un défi de taille en raison de la multiplicité...

Greenly lève 3 millions de dollars pour déployer sa solution de comptabilité carbone alimentée par l’IA

Greenly, une start-up technologique spécialisée dans l'aide aux organisations à réduire leurs émissions de dioxyde de carbone, a annoncé cette semaine une levée de...