Intelligence artificielle La Commission européenne publie ses recommandations de politique et d'investissement pour une...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Quels sont les contours de la législation UE envisagée par les députés autour de l’intelligence artificielle ?

Les députés européens travaillent actuellement sur la législation qui sera adoptée autour de l'intelligence artificielle (IA). Innovation, accès aux données, protection des citoyens, éthique,...

Utilisation de l’IA dans les médias : La commission de la culture demande à la Commission européenne un cadre éthique clair

Suite à la publication de son livre blanc sur l'IA, la Commission européenne travaille sur un cadre législatif pour une IA fiable qui devrait...

Le parlement européen adopte une résolution autour de l’IA dans la culture, l’éducation et l’audiovisuel

Le 19 mai dernier, le parlement européen a adopté une résolution autour de l'intelligence artificielle. En parallèle de l'annonce de la toute nouvelle réglementation...

Le Conseil de l’Europe préconise une réglementation stricte pour la reconnaissance faciale

Fin janvier, le Conseil de l'Europe a fait part de ses préconisations concernant la reconnaissance faciale, un sujet central. Face à l’utilisation croissante des...

La Commission européenne publie ses recommandations de politique et d’investissement pour une IA de confiance

Le High-Level Expert Group on Artificial Intelligence (HLEG) a dévoilé le 26 juin dernier ses recommandations en matière de politique et d’investissement pour la mise en place d’une intelligence artificielle de confiance. Le document publié par la Commission européenne s’intitule Policy and Investment Recommendations for Trustworthy AI et comprend 33 recommandations. Elles ont été formulées pour paver la voie à une intelligence artificielle de confiance en matière de durabilité, de croissance, de compétitivité et d’inclusion, tout en autonomisant et en protégeant les citoyens.

Le rapport du HLEG est disponible dans son intégralité sur le site internet de la Commission européenne. L’Europe met ainsi de nouveau en avant une approche de l’intelligence artificielle centrée sur l’humain. Dans le premier document remis par le HLEG, les Ethics Guidelines for Trustworthy AI, ce concept était reflété dans la notion de Trustworthy AI ou Intelligence artificielle de confiance, qui était caractérisée en trois composantes – légale, éthique et solide – d’une part et conforme aux principes fondamentaux de l’Union européenne d’autre part.

Les directives en matière d’éthique pour des IA dignes de confiance ont donc constitué une première étape cruciale dans la définition du type d’IA que l’Union européenne souhaite promouvoir. Cependant, comme l’indiquent ces nouvelles recommandation, une telle délimitation est certes nécessaire, mais elle ne suffit toutefois pas à faire en sorte que l’Europe puisse également concrétiser l’impact bénéfique que l’IA peut générer. C’est donc en ce sens qu’un ensemble de recommandations de politique et d’investissement a été fait. Il s’agit d’expliquer comment une IA de confiance peut être mise en place, déployée, encouragée et étendue à toute l’Europe en profitant au maximum de ses bénéfices tout en minimisant et en prévenant ses risques.

Les experts du groupe créé par la Commission européenne ont rappelé que selon eux l’IA de confiance n’était pas une fin en soi, mais plutôt un moyen d’améliorer le bien-être individuel et social. Il convient en effet de chercher à préserver l’environnement social pour les générations à venir mais également de miser sur la croissance et la compétitivité pour sécuriser les opportunités d’emploi et générer des progrès bénéfiques. En parallèle cela nécessite l’inclusion, pour permettre à chacun d’en bénéficier. Comme l’indique le rapport, la technologie est un moteur essentiel de l’innovation et de la productivité, et l’IA est l’une des technologies les plus transformatrices de notre époque.

Les 33 recommandations concrètes adressées aux institutions européennes et aux États membres vont dans ce sens. Celles-ci se concentrent sur quatre domaines principaux dans lesquels une IA digne de confiance peut avoir un impact bénéfique, en commençant par les humains et la société en général, puis en se concentrant ensuite sur le secteur privé, le secteur public, la recherche et les universités européennes.

Dans le même temps, les principaux outils nécessaires pour faciliter ces impacts ont été examinés, en fonction de la disponibilité des données et de l’infrastructure, des compétences et de l’éducation, d’une gouvernance et d’une réglementation appropriées, ainsi que du financement et des investissements.

Retrouvez l’intégralité des Policy and Investment Recommendations for Trustworthy AI sur le site de la Commission européenne.

 
Thomas Calvi

Partager l'article

Atos annonce le lancement d’« Atos Business Outcomes-as-a-service » développé en collaboration avec Dell Technologies

Début mai, Atos a annoncé le lancement d’Atos Business Outcomes-as-a-Service ( Atos BOaaS ), une offre 5G, Edge et IoT développée conjointement avec Dell...

Auvergne-Rhône-Alpes : Minalogic et Visiativ annoncent un partenariat pour l’innovation et la transformation digitale des entreprises

Minalogic, pôle de compétitivité des technologies du numérique de la région Auvergne-Rhône-Alpes, et Visiativ, spécialiste de la transformation numérique et de l'innovation pour les...

Une équipe de l’Université de Columbia a développé un algorithme d’IA pour lutter contre les microphones indiscrets

Il arrive que nous recevions des publicités sur un produit ou un service alors que nous en avons discuté peu de temps avant avec...

Qualcomm a dévoilé la plateforme Qualcomm Robotics RB6 et la conception de référence Qualcomm RB5 AMR lors du « 5G Summit » 2022

C'est lors de son évènement annuel « 5G Summit » qui s'est déroulé à San Diego, en Californie, que Qualcomm a dévoilé une feuille...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci