Intelligence artificielle Intelligence artificielle et sport : les protège-dents sont de plus en plus...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Docaposte annonce la création d’un pôle en data et intelligence artificielle

Docaposte, filiale numérique du groupe La Poste, ambitionne de devenir le référent français des solutions de confiance numérique. Dans cet objectif, elle a annoncé,...

PariSanté Campus dévoile les soixante start-ups de sa première promotion

Le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, le Ministère des Solidarités et de la Santé, l’Inserm, l’Université PSL (Paris Sciences...

Canada : L’Intelligence Artificielle au service de l’éducation pour améliorer la réussite scolaire

Le lundi 14 mars dernier, le ministre canadien de l'Éducation, Jean-François Roberge, et Éric Caire, ministre de la Cybersécurité et du Numérique, ont annoncé...

Elections Présidentielles : L’Intelligence Artificielle pour l’analyse des discours des candidats

ACADYS a annoncé ce 3 mars que, via sa Business unit baptisée Beyond Data Sciences dédiée à l'intelligence de la donnée, il délivrera chaque...

Intelligence artificielle et sport : les protège-dents sont de plus en plus connectés

Les protège-dents, qui ont pour rôle d’empêcher une fermeture brusque des mâchoires lors d’un impact violent, ne se contentent pas de protéger les dents, ils atténuent aussi les risques de fracture de la mâchoire, de commotion cérébrale, de lésions des vertèbres cervicales ou de perte de conscience. Plusieurs modèles de protège-dents intelligents ont été testés dans le milieu du rugby, l’IBA (International Boxing Association) annonce une nouvelle technologie offrant une meilleure protection des athlètes mais qui pourrait également apporter un soutien aux juges dans leurs prises de décisions.

Intelligence artificielle et sport

L’intelligence artificielle est de plus en plus employée pour mesurer les performances sportives, les montres connectées rencontrent un grand succès auprès du grand public. Les bases de données et les algorithmes permettent aux joueurs de haut niveau et aux clubs de football, de rugby… d’analyser les stratégies de leurs adversaires, leur propre jeu pour l’améliorer mais aussi pour prévenir les blessures.

Pour les prochains jeux olympiques de 2024, à Paris, le gouvernement a lui aussi misé sur l’IA et le deep learning et lancé le Programme Prioritaire de Recherche (PPR) « Sport de très haute performance » (STHP), doté de 20 millions d’euros, financé par le PIA et piloté scientifiquement par le CNRS. L’appel à manifestation d’intérêt avait été lancé en février 2019.

Les protège-dents innovants

En 2014, Anthony Gonzales et Bob Merriman ont conçu FITGuard (Force Impact Technologies Guard), un protège-dents connecté pour éviter les commotions cérébrales. En effet, les sportifs dans le jeu de l’action ne mesurent pas forcément la violence du coup reçu. C’est justement ce pourquoi est prévu FITGuard : une lampe à LED placée devant ce protège-dents s’éclaire de couleurs différentes suivant la violence du choc, le rouge indiquant un risque de commotion, les données sont envoyées sur smartphone.

Plusieurs protège-dents beaucoup plus innovants sont actuellement mis à l’étude par World Rugby. Ainsi, l’ASM Clermont Auvergne a été choisie pour tester au niveau professionnel ceux de la société américaine Prevent Biometrics qui mesurent en fréquence et en intensité les chocs reçus lors des entrainements et des matches. Les mâchoires des joueurs sont scannées pour réaliser ces protège-dents sur mesure où l’on intègre une puce qui transfère les données recueillies par l’accéléromètre qui les équipe lui aussi.

D’autre part, plusieurs équipes de Premiership testent PROTECHT, un autre système connecté, prévu pour lutter contre les commotions.

Le protège-dents de l’IBA

L’association internationale de boxe a annoncé le test réussi d’un nouveau protège-dents qui offrirait une meilleure protection aux boxeurs mais aussi un jugement plus précis. Il intègre un accéléromètre, un gyroscope et un émetteur.

Lors des Championnats junior de boxe 2022 qui ont eu lieu récemment à Sofia, des sportifs l’ont porté, les données collectées sont traitées de façon anonyme. Elles sont accessibles en temps réel aux médecins présents lors des combats, ce qui leur permet de mieux estimer les risques de traumatisme.

Les juges peuvent eux aussi utiliser ces données pour évaluer les combats mais, selon l’IBA, même lorsqu’elle sera tout a fait finalisée, cette technologie n’a pas pour but de les remplacer.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Marie-Claude Benoit

Partager l'article

Découvrez ActuIA n°8, le nouveau numéro du magazine de l’intelligence artificielle

L’été est bien là et c’est déjà l’heure du nouveau numéro d’ActuIA, votre magazine de l’intelligence artificielle ! Pour ce n°8 d’ActuIA, disponible dès...

Victor Schmidt, doctorant sous la direction de Yoshua Bengio, est le lauréat de la 6ème bourse Antidote en TAL

Druide informatique a annoncé fin mai la nomination du lauréat de la 6e Bourse Antidote en traitement automatique de la langue (TAL). Victor Schmidt,...

Retour sur le lauréat du Prix CNIL-INRIA pour la protection de la vie privée

Fin mai, François Pelligrini et Mathieu Cunche, co-présidents du Jury du Prix CNIL-Inria, ont remis le prix pour la protection de la vie privée...

La Lufthansa s’appuie sur le logiciel « Virtual Aviation Training » de NMY pour former ses équipes de cabine

La pandémie a fortement impacté les compagnies aériennes. Depuis la levée des restrictions sanitaires, elles doivent affronter un autre problème : malgré une forte...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci