Intelligence artificielle Google souhaite vaincre les problèmes dermatologiques à l'aide de l'intelligence artificielle

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Logistique médicale : un système prend en compte l’environnement pour se déplacer dans des situations d’urgence

Plusieurs chercheurs de l'Université de Californie à San Diego ont développé un algorithme d'intelligence artificielle qui peut être implémenté sur des robots. Ce code...

DELPHI : un framework du MIT utilisant le machine learning pour estimer l’impact d’un article scientifique

Deux chercheurs du Massachussets Institue of Technology (MIT) ont développé un framework grâce à l'intelligence artificielle. Basée sur le machine learning, cette infrastructure logicielle...

Intelligence artificielle, oncologie et immunologie : AP-HP et Owkin présentent leurs résultats

Assistance Publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) et Owkin, start-up technologique spécialisée dans l'IA et dans l'apprentissage fédéré (federated learning) pour la recherche et...

Un modèle de deep learning permet de classer avec précision six types de tumeurs intracrâniennes

Classer une tumeur cérébrale dans l'un des six types courants à l'aide d'une seule IRM 3D : c'est le défi que s'est lancé une...

Google souhaite vaincre les problèmes dermatologiques à l’aide de l’intelligence artificielle

Il y a quelques années, L’Université de Waterloo exploitait l’intelligence artificielle pour faciliter la détection des cancers de la peau. Dans le même esprit, Google a présenté ses travaux qui ont permis la conception d’une application permettant de détecter les maladies de peau. Les experts ont mis au point une application pour smartphone utilisant la caméra pour que l’IA puisse visualiser directement le problème dermatologique. 

Une application pour aider les utilisateurs de Google à mieux comprendre leurs problèmes de peau

L’ensemble de ces travaux ont pour point de départ un constat réalisé par la firme de Mountain View : près de dix milliards de recherche autour des problèmes et maladies de peau sont réalisées chaque année sur leur moteur de recherche. Il faut ajouter à cela que près de deux milliards d’individus dans le monde souffrent de problèmes dermatologiques. Google précise également que ses utilisateurs n’hésitent pas à le questionner vis-à-vis de ces soucis, mais que la description faite du problème n’est pas souvent pertinente.

C’est ainsi que la multinationale s’est lancée dans la conception d’un outil d’assistance dermatologique basé sur l’IA qui vise à aider les utilisateurs à comprendre les potentiels problèmes de peaux qu’ils peuvent avoir. Afin d’exploiter cet outil, le patient doit utiliser son téléphone portable et l’appareil photo inclus dans celui-ci.

Cas d’usage : un outil de dermatologie basé sur l’intelligence artificielle

L’application proposée par le groupe technologique exploite l’appareil photo d’un smartphone : l’utilisateur prend trois photographies de la zone de la peau, des cheveux ou des ongles où elle considère avoir un problème dermatologique. Après cela, l’usager sera amené à répondre à plusieurs questions sur son type de peau, autour du problème en lui-même (douleurs, autres symptômes, depuis comment de temps le problème persiste, etc.).

Le modèle d’IA conçu par les équipes de Google analyse l’ensemble des informations et s’appuie sur ses connaissances pour proposer une ou plusieurs des 288 possibilités qu’il connait pour que l’utilisateur puisse ensuite approfondir ses recherches. Pour chaque possibilité, l’outil affichera des précisions apportées par des dermatologues ainsi que des réponses aux questions les plus fréquemment posées sur la pathologie.

Google précise qu’il ne s’agit pas d’un outil pour fournir un diagnostic ou pour se substituer à un avis médical puisque de nombreuses possibilités proposées par l’application nécessitent un examen par un spécialiste ou alors des tests supplémentaires. Le système n’étant là que pour donner accès à un savoir supplémentaire faisant autorité pour que l’usager puisse prendre une décision éclairée comme celui de l’examen par un dermatologue.

Développement du modèle d’IA à l’aide du deep learning

Le développement de ce modèle d’IA a fait l’objet d’une publication mettant à contribution plus d’une vingtaine de spécialistes de l’intelligence artificielle et de la santé. Cet outil est l’aboutissement de plus de trois années de recherche en matière de machine learning, de deep learning et de développement de produits.

Le système d’IA présenté ci-dessus a été testé et pourrait atteindre une précision comparable à celle des dermatologues américains certifiés. C’est ce que montre cette équipe dans un second article où pour améliorer leur capacité à interpréter les infections cutanées, les médecins non spécialistes peuvent utiliser des outils basés sur l’IA.

Le modèle proposé par les chercheurs a été développé et affiné à l’aide d’environ 65 000 images et données de cas différents tous diagnostiqués, de millions d’images de problèmes de peau et des milliers d’exemples de peau sainte, et ce, dans différents endroits du monde pour prendre compte les facteurs de l’âge, du sexe, de l’ethnie et des différents types de peau.

Le système qui alimente l’application a passé la validation clinique et l’outil a été étiqueté CE en tant que dispositif médical de classe I dans l’Union européenne. Dans les prochains mois, les experts souhaitent que leur application puisse être utilisée par davantage de personnes afin de répondre aux questions sur les problèmes de peau courants.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Zacharie Tazrout

Partager l'article

Le groupe Manutan investit dans la Robotic Process Automatisation pour dynamiser son département Finances

Manutan, fournisseur européen de produits et services aux entreprises et aux collectivités et spécialiste du e-commerce BtoB, investit dans la Robotic Process Automatisation (RPA)...

Spice AI veut faciliter l’intégration de l’intelligence artificielle dans les applications

Spice AI, startup basée à Seattle, a pour objectif de faciliter le travail des développeurs lors du développement d'applications intelligentes. Bien que l'IA ait...

Podcast : L’université Paris Dauphine-PSL dévoile le premier épisode de « EX MACHINA, l’ère des algorithmes »

"IA : qui sont les humains derrière la machine ?", c'est le titre du tout premier podcast d'EX MACHINE, lancé par l'université Paris Dauphine-PSL....

Les startups Manitty, PaIRe et Beyond Aero récompensées lors de la 11e édition du prix Jean-Louis Gerondeau – Safran

Manitty, PaIRe et Beyond Aero sont les startups lauréates du prix Jean-Louis Gerondeau - Safran 2021. Leurs innovations dans les domaines de l’aéronautique, des...