Une équipe internationale crée la première modélisation de la psychologie humaine

Une équipe internationale crée la première modélisation de la psychologie humaine
Actu IA
Couv

Depuis plus de 10 ans, une équipe internationale travaille sur le premier modèle mathématique de la psychologie humaine. Cette modélisation, dont les résultats ont été publiés dans le Journal of Theoretical Biology, permettra de prédire mais également d’analyser le comportement humain.

Un travail de recherche international

Dirigée par le professeur David Rudrauf de la Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’Université de Genève, cette équipe est composée de chercheurs en provenance du Texas, de Paris 7 ou encore du University College de Londres.

Depuis plus de 10 ans, ils travaillent sur une théorie psychologique fonctionnant sur le modèle développé par les sciences dures. Leurs recherches ont mêlé plusieurs disciplines, dont les neurosciences, les mathématiques, la psychologie, l’ingénierie, l’informatique mais également la philosophie.

Le premier modèle mathématique de la conscience incarnée

De très nombreux paramètres émotionnels et motivationnels, mais également les dimensions temporelle et spatiale, entrent en jeu à l’heure de définir la psychologie humaine. Les prises de décisions et les actions humaines dépendent en effet d’éléments conscients et inconscients.

Le ‘Modèle de Conscience Projective’ développé par l’équipe de chercheurs permet “justement de reproduire une prise de décision en fonction du moment, du cadre et des perceptions réelles et imaginaires qui y sont liées”, comme l’explique le professeur David Rudrauf.

L’analyse des comportements possibles en fonction des événements

Les recherches de l’équipe internationale ont mené à la création de ce modèle. Il se base sur une synthèse des phénomènes psychologiques. Ils y ont inclus des phénomènes de base et ont pu ainsi sélectionner un modèle mathématique permettant de modéliser cette perception, tout comme l’imaginaire s’y attachant.

Les chercheurs ont également utilisé le concept d’énergie libre afin de quantifier les valeurs individuelles et les préférences. Le professeur Daniel Bennequin du Département de mathématiques de l’Université de Paris 7 indique:

“La perception, l’imagination et l’action sont soutenues par des mécanismes inconscients et nous avons découvert que la conscience les intègre à travers une géométrie spécifique: la géométrie projective”.

Des composantes théoriques permettant de faire des prédictions et des analyses

Les composantes théoriques définies ont ensuite pu être intégrées aux programmes informatiques afin de les coupler avec de la réalité virtuelle. Comme l’indique le professeur David Rudrauf, il s’agissait de “reproduire un environnement spatial, temporel et affectif aussi proche que possible du nôtre”.

L’algorithme ainsi développé a permis de réaliser des prédictions de comportements au plus près de la conscience humaine. Pour cela, les chercheurs ont joué avec les mécanismes du modèle pour pouvoir prédire efficacement les mécanismes du comportement humain.

“Nous avons également pour objectif d’orienter progressivement la recherche vers des modèles de psychopathologie.

Nous avons par exemple découvert que si nous privons le modèle d’imagination, il se comporte comme une personne atteinte d’autisme, ce qui nous permet d’orienter la recherche sur l’importance de l’imagination et de ses mécanismes spécifiques dans la prise en charge de cette maladie”.

Cette modélisation intégrant les émotions, la temporalité et la spatialisation est un premier pas vers de nombreuses applications, notamment en intelligence artificielle ou en robotique. Les chercheurs développent en effet une extension de leur algorithme. Celui-ci devrait pouvoir s’adapter aux réactions des interlocuteurs sur le principe de la réciprocité empathique.