Intelligence artificielle Des chercheurs français développent une synapse artificielle, le memristor

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Google s’attaque au problème de l’oubli catastrophique, fondamental en intelligence artificielle

La société DeepMind, rachetée par Google en 2014, est parvenue à réaliser une avancée fondamentale dans le développement de l'intelligence artificielle. Les chercheurs se...

La Méthode scientifique invite Yann LeCun pour son émission “Y a-t-il un cerveau dans la machine ?”

"Y a-t-il un cerveau dans la machine ?" C'est la question que s'est posée La Méthode scientifique dans son émission du 30 août dernier. La...

Le marché de la reconnaissance vocale en pleine croissance

Research and Markets vient de publier son étude intitulée "Speech and Voice Recognition Market - Global Forecast to 2023" et s'intéresse au marché de la...

Petite histoire de l’Intelligence Artificielle, Partie 2

A partir des années 80, l'intelligence artificielle connait un boom. Les grandes firmes s'intéressent de près aux développements en matière d'intelligence artificielle et commencent...

Des chercheurs français développent une synapse artificielle, le memristor

Des scientifiques des laboratoires du CNRS, de Thales ainsi que des Universités de Bordeaux, de Paris-Sud, et d’Evry sont parvenus à créer une synapse artificielle, capable d’apprendre de façon totalement autonome et à la modéliser sur une puce électronique. Cela va permettre de créer des circuits plus complexes, pouvant reproduire des réseaux de neurones. Ces travaux de biomimétique ont été publiés par la revue Nature Communications le 3 avril dernier.
Décrit pour la première fois en 1971, le memristor (ou memristance) est un composant électronique passif, au même titre que le condensateur ou la résistance. Ce composant, constitué d’une couche ferroélectrique enserrée par deux électrodes, intéresse depuis quelques années les chercheurs pour ses capacités à imiter les neurones et synapses des cerveaux biologiques.

En se basant sur le fonctionnement du cerveau humain, le memristor désormais modélisé par l’équipe française va pouvoir permettre une amélioration des processus d’apprentissage et le développement de systèmes complexes à partir de réseaux neuronales. Il va également être particulièrement utile pour réduire la puissance informatique jusqu’à présent nécessaire pour réaliser des travaux en matière d’intelligence artificielle.

Le modèle physique de memristor créé par le groupe de chercheurs intéresse déjà beaucoup le monde de l’intelligence artificielle et va être exploité par le projet de recherche collaboratif européen ULPEC H2020 qui travaille sur une caméra doté d’une reconnaissance visuelle des formes optimale.

Référence : Sören Boyn, Julie Grollier, Gwendal Lecerf, Bin Xu, Nicolas Locatelli, Stéphane Fusil, Stéphanie Girod, Cécile Carrétéro, Karin Garcia, Stéphane Xavier, Jean Tomas, Laurent Bellaiche, Manuel Bibes, Agnès Barthélémy, Sylvain Saïghi, Vincent Garcia. Learning through ferroelectric domain dynamics in solid-state synapses. Nature Communications, 2017; 8: 14736 DOI: 10.1038/NCOMMS14736

Image de couverture (c) Sören Boyn/CNRS/Thales physics joint research unit


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
OutSystems - Developpement Low code par DYNACENTRIX

Depuis mars 2022, dynacentrix est partenaire intégrateur de la solution de développement low-code visuel, à base de modèles assistés par une ia de la ...

 
Johanna Diaz

Partager l'article

Trois pionniers du monde quantique récompensés par le prix Nobel de physique

Le prix Nobel de physique a eu lieu ce mardi 4 octobre. Il distingue les figures scientifiques qui ont rendu de grands services à...

Découvrez le nouveau numéro d’ActuIA : Sécurité, IA & Industrie, données synthétiques…

C’est l’automne, et le magazine de référence de l’intelligence artificielle est de retour ! Découvrez de nouveaux contenus exclusifs axés recherche, business et impact...

Prédire les maladies cardiovasculaires grâce à l’intelligence artificielle

La variabilité de la fréquence cardiaque est un indicateur de la santé cardiaque. Les travaux de recherche de Mohammad Moshawrab s'y consacrant ont reçu...

Selon une étude de BlueWeave Consulting, la taille de l’IA dans le marché de la fintech devrait exploser d’ici 2028

Le marché mondial de la fintech se développe à un taux de croissance soutenu au niveau mondial. Dans une récente étude, BlueWeave Consulting, une...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci