Intelligence artificielle DeepMind développe une intelligence artificielle capable de diagnostiquer des maladies des yeux

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Focus sur trois projets de recherches pour mieux comprendre le comportement animal

Les projets impliquant l'intelligence artificielle et les animaux semblent se développer progressivement. Que ce soit pour lutter contre l'extinction des éléphants d'Afrique, reconnaitre les...

Comment Google Maps parvient à être aussi précis pour prédire l’heure d’arrivée de ses usagers ?

Google Maps, le service de cartographie en ligne de la firme de Mountain View, propose une fonctionnalité permettant d'en savoir plus sur l'ETA :...

MoveNet pour TensorFlow.js : un modèle de deep learning analysant la posture du corps humain depuis le navigateur

Ronny Votel et Na Li de Google Research ont annoncé sur le blog Tensorflow la publication d'un nouveau modèle de détection de postures intitulé...

Google souhaite vaincre les problèmes dermatologiques à l’aide de l’intelligence artificielle

Il y a quelques années, L’Université de Waterloo exploitait l'intelligence artificielle pour faciliter la détection des cancers de la peau. Dans le même esprit,...

DeepMind développe une intelligence artificielle capable de diagnostiquer des maladies des yeux

DeepMind et Moorfields Eye Hospital ont fait part de leurs recherches concernant les maladies des yeux. Le partenariat entre les deux entités leur a permis de développer un algorithme d’intelligence artificielle permettant de diagnostiquer ces pathologies oculaires.

Le machine learning pour analyser les données collectées

Le partenariat entre DeepMind et Moorfields Eye Hospital s’est focalisé sur l’analyse de scans de rétine pour identification des maladies des yeux telles que le glaucome, la dégénération maculaire liée à l’âgée (DMLA) ou encore la rétinopathie diabétique. Les recherches, publiées dans une revue médicale, ont été commentées par des chercheurs des deux organismes au Financial Times, dont Dominic King de DeepMind Health :

“Dans des secteurs spécifiques comme l’imagerie médicale, vous pouvez constater que nous allons réaliser d’énormes progrès dans les prochaines années avec l’intelligence artificielle. Le machine learning pourrait avoir un rôle très important pour collecter les données de façon plus précise que ce qui se fait aujourd’hui”.

Pour développer cet algorithme, DeepMind a analysé plus d’un million de scans oculaires anonymes montrant l’évolution des cas afin de pouvoir apprendre des diagnostics établis par des professionnels de la santé. Ces millions de pixels d’informations de scans de rétine 3D lui ont permis de savoir identifier un glaucome ou une dégénération maculaire. Ce type d’utilisation de l’intelligence artificielle devrait se généraliser dans le secteur de la santé.

IA et santé

DeepMind développe d’autres applications de ses algorithmes, notamment dans le cadre de son partenariat avec les University College London Hospitals en matière d’analyse de scans de radiothérapie, et avec l’Imperial College London pour les mammographies. L’intelligence artificielle permettrait de faciliter la détection des pathologies et de gagner un temps précieux pour les patients tout en limitant les examens auxquels ils sont soumis.

Le domaine de la santé semble appelé à se moderniser grâce aux nouveaux outils permettant d’appliquer des technologies de pointe au diagnostic et au traitement de nombreuses maladies. Acquis en 2014 par Google, DeepMind s’intéresse fortement à ce secteur et voit ses équipe se développer. Les observateurs alertent cependant sur les problèmes éthiques que ces systèmes posent à l’heure actuelle. DeepMind, critiqué il y a quelques mois pour l’utilisation des données de près de 2 millions de patients britanniques pour son app de diagnostic médical Streams, a en ce sens créé une unité de recherche baptisée Ethics & Society, pour travailler sur ce qu’implique ses outils IA. Le docteur King précisait au Financial Times :

“(L’IA) doit être implémentée et évaluée aussi rigoureusement dirais-je qu’un nouveau dispositif médical pharmaceutique, de sorte que nous ayons des preuves permettant d’ensuite passer à l’échelle d’un système de santé”.

 
Thomas Calvi

Partager l'article

Découvrez ActuIA n°8, le nouveau numéro du magazine de l’intelligence artificielle

L’été est bien là et c’est déjà l’heure du nouveau numéro d’ActuIA, votre magazine de l’intelligence artificielle ! Pour ce n°8 d’ActuIA, disponible dès...

Victor Schmidt, doctorant sous la direction de Yoshua Bengio, est le lauréat de la 6ème bourse Antidote en TAL

Druide informatique a annoncé fin mai la nomination du lauréat de la 6e Bourse Antidote en traitement automatique de la langue (TAL). Victor Schmidt,...

Retour sur le lauréat du Prix CNIL-INRIA pour la protection de la vie privée

Fin mai, François Pelligrini et Mathieu Cunche, co-présidents du Jury du Prix CNIL-Inria, ont remis le prix pour la protection de la vie privée...

La Lufthansa s’appuie sur le logiciel « Virtual Aviation Training » de NMY pour former ses équipes de cabine

La pandémie a fortement impacté les compagnies aériennes. Depuis la levée des restrictions sanitaires, elles doivent affronter un autre problème : malgré une forte...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci