CLAIRE : l’appel à une action européenne en matière d’intelligence artificielle continue de prendre de l’ampleur

CLAIRE : l’appel à une action européenne en matière d’intelligence artificielle continue de pre
Actu IA
CLAIRE

Le 18 juin dernier, près de 660 experts en intelligence artificielle publiaient une lettre ouverte appelant aux dirigeants nationaux à augmenter considérablement leur soutien à l’excellence de la recherche et l’innovation en matière d’intelligence artificielle. Plus de deux semaines après, leur initiative, baptisée CLAIRE, a déjà attiré plus de 1757 signataires à ce jour, répartis dans toute l’Europe et souhaitant établir terrain d’entente avec l’initiative ELLIS, qui vise à renforcer la recherche fondamentale de pointe et gratuite dans le domaine du machine learning. (CP)

Cette très longue liste des meilleurs chercheurs européens en intelligence artificielle appelle à une confédération des laboratoires de recherche en intelligence artificielle en Europe (CLAIRE). Parmi eux on retrouve Michèle Sebag, membre de l’Académie française des technologies et directrice du LRI à l’Université Paris-Sud, ou encore Marc Schoenauer, Directeur de Recherche Les à l’INRIA Saclay – Île-de-France et membre de la récente mission Villani sur la stratégie de l’IA française :

“Nous saluons l’avènement d’une communauté unifiée de chercheurs européens sous la large bannière de l’IA. C’est une initiative qui commence avec, mais n’est pas limitée, au machine learning, et qui met les valeurs humaines en avant. Nous soutenons fortement la création de CLAIRE.”

L’Europe doit se mettre en avant

L’intelligence artificielle changera fondamentalement notre façon de vivre et de travailler dans le futur. L’initiative CLAIRE appelle donc l’Europe à prendre le contrôle d’une partie vitale de son avenir.

“L’Europe a toujours joué un rôle majeur dans l’IA, mais maintenant le danger que nous soyons laissés pour compte existe”, explique Ramon Lopez de Mantaras, Fellow d’EurAI et directeur de l’Artificial Intelligence Research Institute en Espagne. “Cette initiative est donc véritablement nécessaire. Nous devons stimuler l’IA en Europe en effectuant des recherches de pointe sur l’IA centrées sur l’humain dans l’ensemble des domaines de l’IA et dans toute l’Europe”.

L’Europe doit placer les gens au centre

En en faisantl’un de ses trois principes clés, l’initiative CLAIRE souligne que le développement et l’utilisation de l’IA la technologie doit mettre l’humain au centre – un point de vue partagé par la Commission Européenne. Frank van Harmelen, membre de l’Académie royale néerlandaise des arts et des sciences et professeur à Vrije Universiteit Amsterdam, aux Pays-Bas, explique :

“Les techniques de l’IA doivent être centrées sur l’humain, et l’Europe peut apporter cela à la révolution actuelle de l’IA. Des machines IA qui collaborent avec les gens au lieu de les remplacer, des programmes IA qui peuvent expliquer leurs conclusions, et qui respectent des valeurs importantes telles que la transparence et l’équité sont cruciales pour l’utilisation bénéfique de cette technologie pour la société”.

L’Europe a besoin de toute l’IA

L’Europe a déjà reçu un appel à l’investissement dans la recherche en machine learning, connu sous le nom de l’initiative ELLIS. CLAIRE soutient fortement le machine learning, mais affirme que l’IA c’est beaucoup plus.

“Notre mission est de renforcer la recherche en IA en Europe, de retenir et de développer les talents”, explique Holger Hoos, Professeur de Machine Learning à l’Université de Leiden et l’un des initiateurs de CLAIRE.

“Le machine learning est un domaine clé au sein de l’IA, et une priorité majeure au sein de notre initiative CLAIRE. Donc, naturellement, nous soutenons fortement ce que demande ELLIS. En fait, nous considérons leur initiative comme une partie fondamentale d’un effort qui implique toute la communauté européenne de l’IA”, explique-t-il, “en particulier car le machine learning est généralement plus efficace lorsqu’il est combiné avec des techniques issues d’autres domaines de l’IA. De telles combinaisons permettront le prochain bond en avant dans l’IA”.

“Nous sommes très heureux d’avoir tout juste convenu avec les principaux partisans d’ELLIS d’établir une infrastructure commune, incluant des ressources de données significatives, de l’informatique et des réseaux important”, indique Philipp Slusallek, directeur scientifique du Centre de recherche allemand pour Intelligence artificielle (DFKI) et co-initiateur de CLAIRE, “Une infrastructure à l’échelle de Google est nécessaire pour faire des recherches de pointe dans tous les domaines de l’IA, en particulier en machine learning, et nous aimerions que le hub CLAIRE – l’installation centrale similaire au CERN que nous proposons de créer – puisse fournir cela.

Francesca Rossi, membre du groupe d’experts de haut niveau sur l’IA, leader mondial d’IBM pour l’éthique de l’IA et professeur à l’Université de Padoue, ajoute :

“Le machine learning donne une perception incroyable des possibilités qu’offre l’IA. Mais seule une combinaison de capacités axées sur les données et les capacités de raisonnement, associée à une analyse minutieuse du comportement éthique et de l’impact de l’IA, réalisée dans un environnement multidisciplinaire, multi-acteurs et multi-culturel, peut considérablement faire progresser cette puissante technologie et la rendre bénéfique pour l’humanité”.

“C’est pourquoi il est si important que les initiatives CLAIRE et ELLIS poursuivent conjointement leur but”, explique Holger Hoos, “et c’est incroyable de voir autant d’experts européens travailler ensemble sur ce sujet”.

Plus d’informations sur l’initiative CLAIRE sur le site claire-ai.org.