Des chercheurs proposent la création d’un centre européen pour l’apprentissage et les systèmes intelligents

Des chercheurs proposent la création d’un centre européen pour l’apprentissage et les systèmes
Actu IA

Un groupe de chercheurs réputés présente une lettre ouverte projetant la création d’un institut européen multinational consacré à la recherche de pointe sur l’intelligence artificielle. Baptisé ELLIS pour European Lab for Learning and Intelligent Systems, ce laboratoire comprendrait plusieurs centres européens et aurait pour objectif de booster la compétitivité européenne en IA et de motiver les scientifiques à rester en Europe.

Le journal The Guardian dans un article dévoilait ce matin en exclusivité le message adressé par ces éminents chercheurs afin de créer un hub européen d’intelligence artificielle capable notamment de rivaliser avec les États-Unis et la Chine. Dans leur lettre ouverte, ils indiquent que la création du ELLIS Institute est fondamentale en particulier pour éviter la fuite des cerveaux vers les géants de la technologie.

“Le machine learning est au centre de la révolution de l’intelligence artificielle technologique et sociétale impliquant de nombreuses disciplines proches, avec de grandes implications pour le futur de la compétitivité de l’Europe.

L’Europe ne suit pas : la plupart des meilleurs laboratoires, ainsi que les meilleures places pour faire un doctorat, sont situés en Amérique du nord ; de plus, les investissements en IA de la Chine et de l’Amérique du Nord sont nettement plus importants qu’en Europe.

La distinction entre la recherche académique et les laboratoires industriels est en train de disparaître, avec une partie importante de la recherche fondamentale se faisant dans l’industrie (avec une certaine liberté de recherche et des salaires plus élevés), une commercialisation rapide des résultats et des institutions académiques partout dans le monde qui luttent pour garder leurs meilleurs scientifiques (avec des implications négatives non seulement pour la recherche mais aussi pour l’éducation des futurs talents). Cela affaiblit encore davantage l’Europe puisque toutes les entreprises qui mènent des recherches de pointe dans ce domaine sont contrôlées depuis les États-Unis (ou la Chine) – de nombreuses entreprises dont les activités futures dépendent de façon cruciale de l’IA ne sont pas perçues comme compétitives.”

Bien qu’ils y aient quelques centres de recherche importants en Europe, capables de jouer un rôle sur la scène internationale, il y a, selon les signataires de cette lettre ouverte, un véritable besoin de renforcer la position du continent, de voir plus loin et “d’avoir le courage d’essayer de nouveaux modèles”.

“La mission de ELLIS est de bénéficier à l’Europe de deux manières :

– Nous voulons que la meilleure recherche fondamentale soit réalisée en Europe, pour permettre à l’Europe de façonner comment le machine learning et l’IA moderne change le monde et,

– nous voulons avoir un impact économique et créer des emplois en Europe, et nous croyons cela possible grâce à de la recherche fondamentale exceptionnelle et gratuite, indépendante des intérêts de l’industrie.”

Le ELLIS Institute aurait des “centres importants dans plusieurs pays européens, qui emploieraient chacun des centaines d’ingénieurs en informatique, de mathématiciens et d’autres scientifiques avec l’objectif de maintenir l’Europe sur le devant de la scène en matière de recherche en intelligence artificielle”. Il gérerait également un programme pour des chercheurs invités (académiques ou industriels), des workshops, des summer schools ainsi qu’un programme européens de doctorats et de MSc en coopération avec les universités associées au projet.

La lettre ouverte, que vous pouvez consulter sur ce site, a été signée par des spécialistes français, allemands, suisses, hollandais, israéliens ou encore anglais. Ils demandent à ce que ce nouvel institut soit mis en place courant 2018 en tant qu’organisation intergouvernementale et financé par les pays participants. La France et l’Allemagne (le CNRS/INRIA et Max Planck) pourraient être au centre de cette initiative au départ mais l’intérêt d’autres chercheurs dans d’autre pays permettrait d’élargir rapidement la liste des partenaires.

Les signataires :

  • Francis Bach, Inria, Paris
  • Matthias Bethge, Université de Tübingen
  • Zoubin Ghahramani, Université de Cambridge
  • Thomas Hofmann, ETH Zürich
  • Andreas Krause, ETH Zürich
  • Cordelia Schmid, Inria, Grenoble
  • Bernhard Schölkopf, Max Planck Institute for Intelligent Systems, Tübingen / Stuttgart
  • Yair Weiss, Hebrew University, Jerusalem
  • Max Welling, Université d’Amsterdam

D’autres scientifiques ont également participé aux discussions concernant la création du Ellis Institute et sont présents sur la lettre ouverte :

  • Michael Black (Cyber Valley et Max Planck Institute for Intelligent Systems, Tübingen / Stuttgart)
  • Joachim Buhmann (Liaison ETH, Zürich)
  • Jean Ponce (Inria et liaison PRAIRIE, Paris)
  • Andrew Blake (consultant en IA)
  • Olivier Bousquet (Google, Zürich)
  • Lino Guzzella (Président ETH Zurich)
  • Ralf Herbrich (Amazon, Berlin)
  • Marc Schoenauer (École Polytechnique, Paris)
  • Francois Sillion (Président, INRIA)
  • Martin Stratmann (Président, Max Planck Society)
  • Cédric Villani (en charge de la commission française IA)
  • Richard Zemel (Directeur de recherche, Vector Institute, Toronto)