Intelligence artificielle Arménie : annonce d'une stratégie nationale d'intelligence artificielle pour s'affirmer dans le...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Conférence Think 2021 de IBM : des innovations dans le cloud hybride et l’intelligence artificielle

Dans le cadre de la conférence Think de la compagnie IBM, la firme a annoncé ses avancées dans le domaine de l'intelligence artificielle. Le cloud...

Machine learning : L’Université d’Oxford et Atos installeront le plus grand super calculateur du Royaume-Uni

Atos et l'Université d'Oxford ont signé un contrat de quatre ans et d'une valeur de 5 millions de livres sterling pour un nouveau supercalculateur de...

Données, intelligence artificielle et edge computing : Orange et Google Cloud annoncent un partenariat stratégique

Orange souhaite accélérer sa transformation digitale et annonce avoir signé un partenariat stratégique avec Google Cloud. Cet accord permettra notamment au groupe de développer...

Cybersécurité : 22 lauréats sélectionnés dans le cadre de l’appel à projets de la Commission européenne

L'appel à projets "2020 CEF Telecom Call - Cybersecurity", autour des enjeux liés à la cybersécurité et dans le cadre du mécanisme pour l'interconnexion...

Arménie : annonce d’une stratégie nationale d’intelligence artificielle pour s’affirmer dans le secteur

Au début du mois de juin, le Premier ministre arménien, Tigran Avinyan, a évoqué la stratégie d’intelligence artificielle que l’Arménie souhaite mettre en place. Plusieurs thématiques furent abordées : recherche fondamentale, recherche appliquée, infrastructures, secteur public, secteur privé, formations ou financements. Du côté d’Erevan, on souhaite désormais donner la priorité à l’IA afin de rejoindre, sur le long terme, les pays déjà bien avancés dans le secteur. 

Potentielles perspectives en matière d’intelligence artificielle en Arménie

Dans l’état des lieux évoqué par le Premier ministre d’Arménie, celui-ci souhaite axer sa stratégie sur la recherche fondamentale, qui serait, selon lui, le point demandant le moins d’investissements : une connexion internet stable et des superordinateurs peuvent suffire pour réaliser des recherches ou une formation sur les réseaux de neurones artificiels. Le gouvernement souhaite également s’appuyer sur ses forces en mathématiques et en sciences expérimentales et naturelles. En partant de ce constat, le pays considère qu’il est assez bien placé pour devenir une plaque tournante en matière de recherche fondamentale.

Néanmoins, les bases de l’Arménie en matière de mathématiques, d’ingénierie ou de technologies ne sont pas assez exploitées pour développer l’IA dans le pays. La formation en IA en est encore à ses débuts malgré le fait qu’il existe des cursus de licence ou de master ainsi que plusieurs programmes universitaires liés à ce domaine, et ce depuis plusieurs années.

L’Arménie souhaite également se pencher sur l’ingénierie et l’IA avec l’application d’algorithmes développés grâce à la recherche fondamentale qui permettront de résoudre plusieurs problématiques. Le gouvernement sera sollicité pour collecter et numériser des données du monde réel afin de concevoir des ensembles de données que les chercheurs pourront exploiter pour entrainer les modèles d’IA qu’ils élaboreront.

Une stratégie nationale d’intelligence artificielle

Pour l’Arménie, la mise en place d’une stratégie nationale en matière d’IA doit être une priorité. Toutefois, le pays ne souhaite pas proposer un rapport ou un plan rigoureux, mais plutôt une vision à long terme pour le développement de l’IA couplé à plusieurs mesures spécifiques. L’objectif est de créer plusieurs liens étroits entre le gouvernement, les chercheurs et le secteur privé.

Ainsi, plusieurs axes ont été privilégiés :

  • Introduire des programmes doctoraux et postdoctoraux et étendre le rôle de l’intelligence artificielle dans les universités et les centres de formation dans le domaine des TIC.
  • Utiliser l’énorme capital humain et social de la diaspora arménienne pour mettre en place des laboratoires de recherche en coopération avec des institutions internationales de premier plan.
  • Attirer des chercheurs hautement qualifiés en proposant des aménagements spécifiques.
  • La création d’un fonds de capital-risque spécial basé sur le modèle du partenariat public-privé, qui devrait investir dans des startups prometteuses en IA.
  • Assurer la collecte, la numérisation et la large disponibilité des données générées dans le pays, mettre en œuvre une politique coordonnée et unifiée par les différentes agences gouvernementales, construire les infrastructures nécessaires, etc.

 

 
Zacharie Tazrout

Partager l'article

META AI dévoile BlenderBot 3, un projet de recherche sur l’IA conversationnelle

Après avoir présenté BlenderBot en 2020, la mouture BlenderBot 2.0 en 2021, META a dévoilé BlenderBot 3 le 5 août dernier. Comme pour ses...

Reconnaissance faciale : la plateforme « From Numbers to Name » aide à identifier les victimes de l’Holocauste

Le deep learning est aujourd'hui utilisé dans de nombreux domaines, il l'est de plus en plus dans celui de l'histoire. Daniel Patt, un ingénieur...

Lancement de l’appel à candidatures de la phase V des pôles de compétitivité

Alors que la phase IV (2019-2022) des pôles de compétitivité prendra fin en décembre 2022, Bruno Le Maire, Ministre de l’Economie, des Finances et...

Focus sur SMART, programme de l’IARPA visant à identifier et surveiller les constructions à grande échelle grâce au machine learning

L'IARPA (Intelligence Advanced Research Projects Activity), la branche de recherche de la communauté du renseignement aux Etats-Unis, a lancé le programme SMART (Space-based Machine...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci