Prochain numéro du magazine ActuIA le 15 octobre
Actualité Alsace : Le dispositif DeepEst sélectionné par Bpifrance pour accélérer les startups...

Pour approfondir le sujet

Google annonce la création d’une division pour l’intelligence artificielle

A l'occasion de la conférence annuelle des développeurs Google I/O, Sundar Pichai et son équipe ont fait d'importantes annonces concernant le futur de la...

Ignite 2018 : Des annonces importantes sur l’intelligence artificielle chez Microsoft

Hier a débuté la conférence Ignite 2018 qui se tiendra jusqu'à ce vendredi 28 septembre à Orlando, aux États-Unis. Au programme des présentations de...

Logistique : Le groupe BMW, en collaboration avec NVIDIA, développe des robots autonomes avec une capacité de coordination avancée

Le Groupe BMW a annoncé développer à l'avenir davantage l'utilisation de la technologie informatique de haute performance, en particulier l'intelligence artificielle, en ce qui...

“Intelligence artificielle et cognition : Apprentissage naturel et artificiel” : la conférence Olivier Legrain se tiendra à l’ENS les 5 et 6 juillet

Les 5 et 6 juillet prochain, l'intelligence artificielle sera au coeur de la conférence Olivier Legrain organisée à l'ENS. Intitulé "Intelligence artificielle et cognition...

Alsace : Le dispositif DeepEst sélectionné par Bpifrance pour accélérer les startups Deeptech

Bpifrance a annoncé la sélection du dispositif DeepEst dans le cadre de l’Appel à Projet national « Action Intégration SATT-Incubateur-Accélérateur ». Créé et porté par l’incubateur SEMIA, incubateur de la région Grand Est, la SATT CONECTUS et le Pôle de compétitivité BioValley France, il est doté d’un montant de 1,2 M€. Son objectif est de permettre le déploiement sur les deux prochaines années de 6 nouvelles actions pour accélérer l’émergence et la croissance des startups Deeptech implantées en Alsace et accompagnées par SEMIA, notamment dans le domaine de l’innovation-santé.

Le dispositif DeepEst, porté par l’incubateur SEMIA en partenariat étroit avec la SATT CONECTUS et le Pôle de compétitivité BioValley France, prouve une nouvelle fois la forte mobilisation de l’Alsace en matière d’entrepreneuriat technologique.

Stéphane CHAUFFRIAT, Directeur général de l’incubateur d’entreprises innovantes SEMIA et chef de file du projet DeepEst, se félicite de cette nouvelle victoire collective qui va offrir de nouveaux outils pour améliorer la performance de la chaîne d’accompagnement des startups Deeptech :

« En moins de deux ans, SEMIA est devenu un acteur majeur de l’accompagnement de startups Deeptech, capitalisant sur l’expertise de son équipe et son approche complètement repensée, avec désormais plus de 50 projets Deeptech en cours d’incubation issus du territoire local, mais également d’autres régions et pays (États-Unis, Suisse, Israël,…).

Ce dispositif nouveau vient renforcer l’incubateur dans son action, élargissant ainsi son champ d’intervention, et est le fruit d’une analyse collective menée avec le Pôle BioValley France et la SATT Conectus. L’objectif étant de lever tous les freins possibles au développement des startups technologiques, SEMIA sera encore plus armé pour faire progresser ses startups, les faire se développer, et animera ce nouvel outil d’attractivité pour l’ensemble de l’écosystème, qui sera complémentaire des initiatives collectives déjà initiées comme French Tech Seed ».

167 projets de création de startups sont actuellement en cours d’incubation sur l’intégralité du réseau SEMIA, dont 99 sur le seul territoire Alsacien. Parmi eux, 54 pourraient bénéficier du futur dispositif DeepEst. Il s’agit de startups Deeptech accompagnées par les 4 incubateurs du réseau, SEMIA (Strasbourg – Mulhouse), Innovact (Reims), Rimbaud’Tech (Charleville-Mézières) et The Pool (Metz), en création ou en devenir, ancrées sur des innovations technologiques prometteuses, issues notamment des laboratoires de la recherche publique.

Marco PINTORE, Directeur général du Pôle de compétitivité BioValley France, tient à souligner :

« L’entrepreneuriat et les innovations en santé font partie de l’ADN de notre territoire. De nombreux talents s’y trouvent et nous avons la chance de les soutenir à chaque étape de leurs projets. Quand une startup souhaite se lancer dans l’innovation santé, elle doit se préparer à se confronter à un chemin long et difficile. Si l’idée de départ est souvent excellente et novatrice, arriver à une mise sur le marché est quant à elle beaucoup plus difficile.

Le dispositif DeepEst va apporter de nouveaux moyens pour que nous puissions accélérer les mises sur le marché en gagnant du temps sur la consolidation des fondations d’une startup, étape qui est certes primordiale mais également très énergivore. En d’autres termes, avec le dispositif DeepEst, nous avons les moyens de nous focaliser sur la singularité de chaque startup. »

Le nombre de projets incubés liés à la recherche publique est passé de 12 en 2017 à 30 en 2019, preuve de la forte dynamique des équipes de recherche du territoire. Sachant que plus de 70 % de ces startups relèvent du seul domaine de l’innovation-Santé (7 projets Biotech, 20 projets Medtech et 13 projets e-Santé).

1,2 M€ pour accélérer et solidifier les premiers pas des startups Deeptech

Le projet DeepEst, c’est avant tout de nouveaux moyens qui seront déployés pour lancer 6 nouvelles actions au bénéfice d’une soixantaine de startups Deeptech du territoire :

  1. Construire une équipe managériale robuste : Mise à disposition au sein des startups de CEO ou Managers de transition expérimentés, capables de structurer et d’amorcer efficacement le projet de création d’entreprise. En effet, certains projets de startups Deeptech souffrent de trouver un porteur de projet : soit aucun porteur n’est prêt à se mobiliser dans une aventure entrepreneuriale, soit un porteur existe mais ne dispose pas forcément des compétences ou de la disponibilité requise pour se lancer efficacement dans une création d’entreprise.
  2. Former les équipes des startups pour réussir la croissance : Création d’une dizaine de modules de formations pour les startups, animés par des experts de haut niveau (national et international). Ces formations permettront aux équipes des startups de comprendre, d’anticiper et de résoudre au mieux les problématiques propres à chaque étape de leur développement, souvent complexes dans le domaine Deeptech (licensing, stratégie de propriété intellectuelle, CIR, data room, stratégie de financement, comprendre l’investisseur, études de marché…), et de travailler sur la mise en œuvre de solutions avec des consultants dédiés.
  3. Réussir son internationalisation : Accompagnement immersif de chaque startup pour identifier ses marchés-cibles à l’international et réussir leur implantation ou développement sur ces marchés. Cet accompagnement permettra de bâtir une stratégie marketing et de faciliter le déploiement à l’international de chaque startup, avec le concours d’incubateurs internationaux implantés dans différents pays cibles (accès à leurs experts, réseaux, formations, données marché et réglementaire, test-marché des produits, mise en relation avec des partenaires locaux…).
  4. S’appuyer sur l’intelligence artificielle (IA) : Organisation d’un Hackathon IA pour les startups en santé qui sont nombreuses à disposer de beaucoup de données et ont un fort besoin d’intégrer des solutions d’IA pour construire plus rapidement une offre efficace.
  5. Augmenter les synergies collaboratives entre les partenaires-fondateurs DeepEst : Organisation d’une rencontre annuelle de tous les collaborateurs en charge de l’accompagnement à la création de startups. L’objectif sera d’échanger les bonnes pratiques, d’acquérir de nouvelles visions et expertises.
  6. Disposer d’un outil de pilotage commun : Conception d’une plateforme logicielle collaborative inter-partenaires DeepEst pour organiser, gérer, superviser les projets de startups, en suivant leurs indicateurs et scoring d’avancée. Cet outil doit permettre de réagir à temps dès qu’une startup montre des signes de faiblesse ou de ralentissement dans son développement.

Le dispositif DeepEst sera déployé sur la période 2020-2022. Le 1er semestre 2020 sera consacré à la préparation et au montage des différentes actions envisagées. Les premières startups devraient pouvoir bénéficier concrètement de l’accompagnement DeepEst dès la rentrée 2020. Une centaine de prestations seront ainsi réalisées chaque année.

Au terme de cette première tranche de déploiement (fin 2022), le dispositif DeepEst a vocation à se pérenniser au-delà de 2022 grâce à un dispositif d’autofinancement et une probable campagne de mécénat.

Caroline DREYER, Présidente de la SATT CONECTUS, partage l’enthousiasme :

« Les laboratoires de recherche publics alsaciens fourmillent d’inventions très prometteuses qui ne demandent qu’à se concrétiser sur le marché grâce à d’ambitieuses startups Deeptech qui en assureront le développement technologique. Nous avions collectivement encore constaté des trous dans la raquette dans ce processus de création d’entreprise. Avec le dispositif DeepEst, et dans la continuité du label French Tech Seed, nous disposerons d’outils complémentaires pour monter en gamme en termes d’accompagnement et rendre nos startups toujours plus robustes et pérennes ».

Au total, les 3 partenaires-fondateurs du dispositif DeepEst ont déjà accompagné la création de 80 startups. Ce nouveau programme d’accompagnement DeepEst s’inscrit en parfaite cohérence du projet « Territoire de Santé de Demain » porté par l’Eurométropole de Strasbourg (Appel à Projet « Territoire d’Innovation »). Il vient également compléter d’autres dispositifs déjà déployés dans le Grand Est, comme par exemple le fonds French Tech Seed, qui offre de nouveaux guichets de financement aux startups Deeptech.

Thierry Maubant

Partager l'article

reciTAL, spécialiste du TAL, lève 3,5 M€ auprès de Breega

Paris, le 10 septembre 2020 - reciTAL, start-up IA spécialisée dans les solutions de Document Intelligence, effectue une première levée de fonds de 3,5 M€...

IA et Expérience client : Axys Consultants présente son offre Smart Customer Care Insight

Les centres de relation clients gèrent plusieurs millions d'appels par an et le téléphone reste le 1er moyen de contacter une entreprise (Enquête :...

Le magazine de l’IA nomme un comité scientifique

L'édition du 2ème numéro du magazine ActuIA qui paraîtra le 15 octobre a été l'occasion de constituer son comité scientifique. Composé de 9 femmes...

La vague VI du Concours Innovation – i-Nov ouvert aux PME et aux start-ups est lancée avec 8 thématiques

Financé par le Programme d’Investissements d’Avenir (PIA), l’appel à projets « Concours d’innovation - i-Nov » a pour vocation de sélectionner des projets d’innovation...