L’Université d’été de la e-santé accueillera plus de 900 participants du 3 au 5 juillet 2018

L’Université d’été de la e-santé accueillera plus de 900 participants du 3 au 5 juillet 2018
Actu IA
logos-UEES-FR-2018-1200×384

Rendez-vous incontournable des professionnels de santé, des industriels offreurs de solutions, des chercheurs, des réseaux de patients, l’Université d’été de la e-santé se tiendra du 3 au 5 juillet 2018 à Castres. Plus de 900 participants, acteurs et décideurs du secteur santé /social et de l’innovation technologique seront présents pour débattre des usages des TIC dans le domaine de la santé et du bien-être.

3 jours pour s’immerger en santé connectée

Pour faciliter les mises en relation avec chacun de ces acteurs, l’Université d’été de la e-santé a mis en place un dispositif global dédié aux rencontres professionnelles avec :

  • La convention d’affaires internationale « e-Health Connection » qui est le lieu de rendez-vous en face-à-face pour convaincre et séduire industriels, professionnels de santé, financeurs… et construire des partenariats,
  • « Invest’e-santé » pour rencontrer les financeurs et investisseurs européens spécialisés en santé numérique,
  • Les « Rendez-vous juridiques » qui permettent de bénéficier gratuitement de conseils juridiques par des experts de la règlementation de la e-santé, de la santé, des données personnelles, …
  • Les « chambres patients connectées » : l’opportunité pour chaque entreprise de mettre en avant ses innovations les plus pertinentes en répondant à l’appel à projets de l’hôpital de Castres,
  • Les Trophées de la e-santé, compétition internationale qui s’organise autour de 9 catégories dont 2 nouveautés 2018 : e-Santé animale et serious game santé.

Organisée par le Centre Européen d’Entreprises et d’Innovation Castres Mazamet Technopole qui développe une expertise et soutient l’innovation dans les domaines du numérique, de la chimie fine et de la santé avec une spécialisation forte en e-santé, l’université d’été de la e-santé a donc pour ambition de :

  • Dresser l’état des lieux des avancées dans le domaine du numérique et de la santé,
  • Échanger autour de solutions innovantes pour la santé et l’autonomie,
  • Analyser les leviers qui vont, demain, structurer ce secteur à fort potentiel,
  • Favoriser le croisement des compétences entre les métiers pour faire émerger des projets,
  • Améliorer les collaborations au niveau national et international

Un partenariat privilégié

L’école d’ingénieurs ISIS, le laboratoire d’idées pour faire du numérique un levier au service de notre système santé et de ses usagers.

Cette année encore cet événement se tient dans les locaux de l’école d’ingénieurs ISIS (Informatique et Systèmes d’Information pour la Santé) à Castres. Précurseur dans le domaine des systèmes d’information de santé et adossée à une équipe de recherche pluridisciplinaire qui bénéficie d’un living lab unique en France : le Connected Health Lab, l’école d’ingénieurs ISIS a été créée pour répondre à la forte demande de l’industrie pour des ingénieurs informaticiens spécialistes des systèmes d’information, ayant une bonne connaissance de la diversité et de la complexité du secteur de la santé et imprégnés des pratiques et usages des différents professionnels de ce domaine.

Un programme riche

L’intelligence artificielle appliquée à la santé sera bien évidemment au coeur de l’événement avec plusieurs sessions permettant d’en savoir plus sur le sujet.

Intelligence artificielle – Les impacts réels en médecine

Session animée par Martin Venzal, rédacteur en Chef de Touleco

L’application de l’Intelligence Artificielle à la médecine offre une perspective essentielle à l’essor de ces nouvelles technologies. L’innovation tend ici vers un seul et unique objet : combattre la mort et la maladie.

Keynotes speakers

1. « IA : les possibilités pour le service de santé »

Pet Atle BAKKEVOLL, conseiller principal au centre Norvégien de recherche en e-santé

Le Centre norvégien de recherche en e-santé a préparé un rapport à ce sujet. L’objectif de ce rapport est de décrire et expliquer les différents concepts liés à l’IA. Cette présentation abordera ces différents concepts et expliquera le potentiel de l’IA pour le service de santé d’aujourd’hui.

2. « Small et Big Data pour la médecine personnalisée basée sur l’image »

Pr Adrien Depeursinge, professeur associé à la HES-Valais

Les images médicales ont incroyablement évolué pour devenir des données scientifiques extrêmement riches et complexes. Cependant, l’humain est sous optimal pour effectuer une analyse exhaustive et reproductible de ces données.

L’intelligence artificielle  est capable de fournir une analyse quantitative des images, révélant des correspondances entre les pixels et la manifestation d’une pathologie. La supériorité de l’IA a déjà été démontrée dans le contexte des dermopathies, pneumopathies et retinopathies, et en particulier lorsque de grands volumes de données, appelés “big data”, sont disponibles.
Cependant, outre l’importance de rassembler d’énormes collections de données de qualité, les modèles IA « big data » ont l’inconvénient d’être difficilement interprétables.
Ainsi, le “small data” dispose également d’un grand intérêt afin de redonner le contrôle aux professionnels de la santé en leur fournissant de l’intuition sur l’information utilisée par les modèles crées et leur limites.
Dans cet exposé, nous présenterons deux plateformes web « small data » et leur utilisation pour la recherche clinique.

3. « Le rôle de l’intelligence artificielle dans l’accompagnement thérapeutique »

Par Remy Choquet, directeur de l’Innovation et de la Prospective, Orange Healthcare

Alors que l’usage des smartphones est aujourd’hui majoritaire, que l’usage de nouveaux objets connectés se démocratise, que l’hôpital génère toujours plus de données et que de nouvelles méthodes d’analyses de données sont développées, nous continuons à imaginer de nouveaux outils de prévention, de diagnostic ou de suivi visant à optimiser la relation patient – système de soin. Depuis la détection de crises inflammatoires dans la polyarthrite rhumatoïde grâce à une expérimentation développée avec Sanoia dans le service de rhumatologie de l’Assistance Public des Hôpitaux de Paris, à l’accompagnement thérapeutique pour le cancer du sein grâce une étude pilotée au Centre Léon Bérard et en collaboration avec Biomouv. Orange Healthcare innove avec les acteurs du soin et de la recherche pour introduire ces nouvelles technologies dans les usages et accompagne les modifications organisationnelles du système de santé.

Intelligence artificielle : Sécurisation des établissements de santé et enjeux éthiques

 

Animé par Martin VENZAL, rédacteur en chef de Touleco

En collaboration avec IMS

Session 2 : Keynotes speakers

1. « Cybersécurité intelligente : l’intelligence artificielle pour la protection des systèmes d’information critiques »

Roberto PASQUA, docteur en Intelligence Artificielle – IMS Networks

En retraçant les étapes les plus marquantes de l’histoire de l’intelligence artificielle, nous allons vous donner un aperçu de la révolution technologique fascinante que nous vivons. Nous appréhenderons cette révolution au travers de la cybersécurité pour une protection plus efficace des systèmes d’information, notamment ceux critiques, dédiés à la santé.

L’évolution rapide de l’usage des technologies appliqué à la santé avec la multiplication des objets connectés et le traitement des données personnelles des patients, permet l’amélioration de la qualité des soins. Mais ces changements entrainent aussi un accroissement des surfaces d’attaques des systèmes de santé. La sécurisation des systèmes d’information des établissements de santé devient donc une préoccupation majeure.

Et si la cybersécurité intelligente permettait de rendre ces systèmes plus sûrs ?

2. « L’éthique au service de l’IA en santé »

Jérôme BERANGER, chercheur en éthique du numérique à l’unité Inserm de l’Université Paul Sabatier de Toulouse et cofondateur du label ADEL

L’Intelligence Artificielle (IA) apparaît comme une évolution essentielle dans le traitement de l’information numérique. Elle est porteuse de grandes espérances, mais également d’importantes inquiétudes, d’aléas et de dangers qu’il convient de corriger voire de supprimer afin d’en assurer un déploiement conforme au cadre légal, à des valeurs humaines et principes moraux, et au bien commun. Pour cela, il devient primordial de concevoir et d’intégrer des critères éthiques autour des projets digitaux relatifs à l’IA notamment dans le domaine de la santé.

Intelligence artificielle – Vieillissement et autonomie

Session animée par Martin Venzal, rédacteur en Chef de Touleco

1 Table ronde : « IHU « Healthy aging & rejuvenation » : une plongée dans le DataLake de jouvence »

Le vieillissement des populations est un enjeu majeur social, économique (« silver enonomy ») et médical des prochaines décennies :

Vivre plus nombreux, plus longtemps, mais avant tout vieillir sans perte de faculté et d’autonomie, voire retrouver les fonctions perdues ou dégradées avec l’âge.

Répondre à cet enjeu tant clinique que de recherche, demande une approche innovante : une approche interdisciplinaire, translationnelle et globale.

Cela passe par un décloisonnement :

  • Des spécialités médicales,
  • Des disciplines scientifiques : médicales, de biologie, de robotique etc.
  • De la santé et de l’environnement social, économique, climatologique, etc.

Traiter la masse d’informations moissonnées issues des disciplines décloisonnées est un enjeu numérique :

  • Constituer et alimenter un DataLake avec ces informations qu’elles viennent du médical (OMICS, imagerie, …), des objets connectés ou des réseaux sociaux,
  • Fournir les outils de traitement de masse accessibles aux spécialistes de santé, outils mathématiques, statistiques et d’intelligence artificielle,
  • Garantir la sécurité pour le patient (RGPD), pour les détenteurs des données et pour les découvreurs dont il faut protéger la propriété. L’IHU « Healthy aging & rejuvenation », c’est aussi l’opportunité pour la région Occitanie de faire rayonner son innovation à l’international.

L’innovation de l’IHU, c’est aussi de regrouper des acteurs de mondes différents de la recherche, autour du Gérontopole, labellisé par l’OMS, mais aussi des acteurs reconnus industriels du numérique, de l’économie, etc. dans une approche ouverte aux initiatives futures de recherche et favorisant l’émergence des champions de demain.

avec la participation de :

Jean-Christophe AYROLLES – Directeur Technique Régional Thales Services
Pierre GOURDY – PU PH CHU de Toulouse président du CRBSP

Présentation flash : « Intelligence Artificielle et autonomie : le projet 3pegass – une plateforme d’analyse prédictive de la perte d’autonomie pour personnes fragiles » – Yoanni MATSAKIS, président Télémédecine Technologies

Le IA Santé Challenge

Partenaire historique de l’Université d’été de la e-santé, le Groupe Pierre Fabre réitère son engagement en organisant pour la troisième année consécutive un hackathon, les 4 et 5 juillet prochains.

Après le succès incontesté de son Chabot challenge contre la Malaria et les carences en fer en Afrique en 2017, top trend Twitter France pendant plusieurs heures, c’est l’Intelligence Artificielle appliquée à la santé qui sera en compétition cette année.

En phase avec le thème de l’Université d’été de la e-santé 2018 dédié aux « Intelligences », le but n’est pas seulement de démontrer la capacité d’innovation du 2ème groupe pharmaceutique privé français via les nouvelles méthodes d’open innovation, mais de saisir l’opportunité de détecter des nouveaux talents, de nouer de futurs partenariats économiques avec des start-up et de « pousser» la transformation digitale de ses métiers.

Reprenant le principe de sa première édition lancée en novembre dernier pendant le Festival de la Communication Santé à Deauville, le Groupe Pierre Fabre poursuit sa quête de challenger les « IA » pendant un 24 heures-chrono intense. Microsoft mettra à disposition des candidats sa solution Azure, la puissance de calcul de son cloud ainsi que le mentoring de ses experts.

Des cas d’usages réels, tout droit sortis de sa R&D seront soumis aux candidats qui devront démontrer à la fois les capacités de leurs IA appliquées à la santé mais aussi faire preuve d’intelligence humaine indispensable dans cette compétition de haut niveau.