Waymo transforme ses robotaxis en stations météorologiques mobiles

Le minivan Chrysler Pacifica Hybride à conduite autonome de Waymo

Une mauvaise météo peut avoir un impact sur un système de conduite autonome. Pour améliorer sa technologie, Waymo, filiale du groupe Alphabet, a décidé de faire du Waymo Driver une station météorologique mobile. Dans un blog, le 14 novembre dernier, la société a annoncé avoir conçu une nouvelle « métrique quantitative sur la visibilité météorologique » que Waymo Driver peut utiliser pour générer des estimations sur les conditions météorologiques et environnementales actuelles à Phoenix et à San Francisco, villes où ses robots-taxis opèrent.

Les systèmes de conduite autonome peuvent se trouver en difficulté en cas de mauvaise météo : les reflets des routes mouillées peuvent gêner les caméras, la condensation, le brouillard, la brume et la pluie, peuvent encrasser les surfaces des capteurs et altérer leurs données. Pour pallier à ce dernier problème, les ingénieurs de Waymo ont d’ailleurs construit un système de nettoyage.

Le Waymo Driver de 5éme génération composé de caméras, radar et lidar, utilise les gouttes de pluie sur les vitres de la voiture, ou leur absence, pour classer diverses conditions météorologiques. Waymo a ajouté des capteurs de visibilité météorologique, des dispositifs en forme de corne placés sur le toit de la voiture qui collectent des données de réalité terrain sur le brouillard, la densité des gouttelettes…

Des simulations météorologiques réalistes, allant du niveau du capteur au niveau du système, lui permettent d’améliorer les performances de Waymo Driver dans des conditions météorologiques difficiles. En combinant les deux sources de données, la société a pu générer une métrique quantitative sur la visibilité météorologique, ce qui lui permet de créer une carte de brouillard en temps réel pour San Francisco et Phoenix où circule ses robotaxis.

Waymo et San Francisco

Les conditions météorologiques évoluent très rapidement à San Francisco, elles diffèrent même d’un quartier à l’autre. Les données des stations, satellites et radars météorologiques, manquent souvent de précision et de spécificité pour refléter les conditions de conduite réelles de nos véhicules.

Il est d’autant plus important pour Waymo de faire progresser la conduite de Waymo Driver dans cette ville que la société a reçu, le 18 novembre dernier, l’autorisation de la California Public Utilities Commission (CPUC) de participer à son programme Driverless Pilot, accueillant des passagers dans un véhicule autonome d’essai qui fonctionne sans conducteur dans le véhicule. Elle y a d’ailleurs rejoint l’entreprise Cruise, qui tout comme elle, n’est cependant pas autorisée à faire circuler ses véhicules en cas de brouillard ou de forte pluie.

L’objectif pour Waymo est bien sûr de faire progresser Waymo Driver avec une compréhension détaillée de la météo et de ses impacts sur cette technologie pour plus de sécurité, mais aussi de faire évoluer la législation avant de l’exploiter dans d’autres villes, pour lesquelles elle compte bien créer des cartes météorologiques similaires.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
EXTRACT par RECITAL

Capturez des données dans tous vos documents, qu'ils soient simples ou complexes, structurés ou non structurés … automatisez vos processus de capture ...

 
Partager l'article
Abonnez-vous à ActuIA, la revue professionnelle de l'intelligence artificielle magazine intelligence artificielle Découvrez la revue professionnelle de l'intelligence artificielle
intelligence artificielle
À PROPOS DE NOUS
Le portail francophone consacré à l'intelligence artificielle et à la datascience, à destination des chercheurs, étudiants, professionnels et passionnés.