Actualité Véhicule autonome : Waymo utilise la technique PBT pour entraîner ses réseaux...

Pour approfondir le sujet

Amazon lance DeepRacer, une mini-voiture autonome pour s’initier à l’apprentissage par renforcement

Amazon vient d'annoncer DeepRacer, une mini-voiture autonome à l'échelle 1/18e permettant de s'initier à l'apprentissage par renforcement. Amazon n'en est pas à son premier produit...

Avion sans pilote : Boeing dévoile le premier de ses Loyal Wingman

Début mai, une équipe australienne dirigée par Boeing a présenté le premier avion sans pilote Loyal Wingman à la Royal Australian Air...

Véhicule autonome : AnotherBrain lève 19 millions d’euros

C'est un très beau succès que vient d'annoncer la start-up parisienne de Bruno Maisonnier. AnotherBrain a en effet indiqué avoir levé 19 millions d'euros...

Le Deep Learning Summit débute à Montréal

Le Deep Learning summit vient de débuter à Montréal, vous pouvez le suivre en direct grâce au flux Periscope officiel de @Teamrework Aaron Courville from...

Véhicule autonome : Waymo utilise la technique PBT pour entraîner ses réseaux de neurones

Les voitures autonomes de Waymo testent actuellement la technique de Population-Based Training (PBT). Cette technique d’entrainement de réseaux de neurones, inspirée de la biologie, a été créée par DeepMind. Elle a pour objectif d’accélérer l’automatisation des algorithmes de deep learning.

Waymo, la filiale d’Alphabet, et DeepMind travaillent conjointement depuis plusieurs mois sur une technique de formation d’algorithme d’intelligence artificielle baptisée « Population Based Training » (PBT). L’objectif est de développer des pilotes autonomes optimisés plus rapidement comme l’indique la MIT Technology Review.

« Nos chercheurs passent beaucoup de temps à réfléchir à comment entraîner au mieux ces réseaux de neurones », a indiqué Yu-hsin Chen, ingénieure au sein Alphabet.

La technique PBT, actuellement en test chez Waymo, permet aux équipes d’entraîner plus vite leur réseaux de neurones en réduisant par deux la puissance de calcul nécessaire à cet entrainement. DeepMind avait auparavant utilisé cette même technique, inspirée de la biologie et de la théorie de l’évolution de Darwin, dans l’entraînement par reinforcement learning (ou apprentissage par renforcement) de son algorithme capable de jouer à StarCraft II.

Plus concrètement, PBT permet de supprimer les mauvaises expériences de façon automatique et d’optimiser le choix des hyperparamètres. Ce faisant, elle mêle la recherche aléatoire et le réglage manuel pour bénéficier des méthodes plus performantes pour l’exécution d’une tâche précise. Lors de l’entraînement de l’algorithme, les réseaux de neurones vont donc pouvoir procéder à plusieurs essais qui seront ensuite analysés par rapport au standard défini pour voir s’ils sont semblables ou non au résultat souhaité au départ.


Légende de l’illustration : L’entraînement PBT des réseaux de neurones commence comme une recherche aléatoire automatisée, mais permet aux chercheurs d’exploiter les résultats partiels d’autres chercheurs (réalisés par réglage manuel) et d’explorer de nouveaux hyperparamètres à mesure que l‘entraînement progresse. © DeepMind

Pierre-yves Gerlat

Partager l'article

Scikit-learn, SOFA, Coq, Pharo : Inria lance son Academy de formation continue dédiée aux logiciels libres

Inria a présenté fin juillet son nouveau dispositif de formation continue. Centré sur les logiciels libres cette structure permettra l’accès aux grands noms des...

Partenariat Life & Soft et CEA en bio-informatique, génomique, intelligence artificielle et technologies d’imagerie de pointe

Ce 4 août, Life & Soft et le CEA ont présenté officiellement leur accord de collaboration. Signé en avril 2020 pour une durée de...

Machine learning : L’Université d’Oxford et Atos installeront le plus grand super calculateur du Royaume-Uni

Atos et l'Université d'Oxford ont signé un contrat de quatre ans et d'une valeur de 5 millions de livres sterling pour un nouveau supercalculateur de...

Replay : Le “droit” des robots, réalité ou abus de langage ? avec Nathalie Nevejans et Serge Tisseron

Dans le cadre de son émission Matières à penser, Serge Tisseron avait reçu en 2018 Nathalie Nevejans, maîtresse de conférences en droit privé à...