Actualité Un artiste numérique utilise le machine learning pour identifier les politiciens distraits...

Pour approfondir le sujet

Espagne : un projet de centre européen pour l’intelligence artificielle pour rivaliser avec les infrastructures européennes

En Espagne, un projet ambitieux autour de l'IA tend à se mettre en place. Un groupe d'investisseurs privés, dirigé par les propriétaires du téléopérateur...

L’apprentissage supervisé et par renforcement pour aider les robots à s’adapter à tout type d’environnement

A travers Rapid Motor Adaptation (RMA), Facebook progresse dans l'adaptation des robots à leur environnement, afin de développer leur motricité. Adapter les robots à un...

Cinéma et Deepfake : zoom sur la synchronisation des lèvres avec le doublage en langue étrangère

Le deepfake est une technique reposant sur l'intelligence artificielle qui permet de superposer des fichiers audio ou vidéos sur d'autres fichiers déjà existants pour...

IA et Géopolitique : le comité AIDA du parlement européen propose son approche innovante sur le sujet

Le comité Artificial Intelligence in a Digital Age (AIDA) lié au parlement européen propose une étude sur l'intelligence artificielle et la diplomatie européenne. Intitulé...

Un artiste numérique utilise le machine learning pour identifier les politiciens distraits par leur smartphone

Au sein des deux hémicycles parlementaires français, l’Assemblée nationale et le Sénat, les représentants font et défont les lois de la France. Deux tâches, qui au premier abord, semblent nécessiter une concentration totale. Pourtant, il est tout à fait possible de voir des députés ou des sénateurs utilisant leurs smartphones durant une session plénière tandis qu’une ou plusieurs personnes s’expriment. En Belgique, le problème est similaire au sein du gouvernement flamand, et pour remédier à ça, une intelligence artificielle du nom de “Flemish Scrollers” veille pour éviter cela.

Un artiste numérique à l’origine de cet outil de “surveillance” des députés

Flemish Scrollers, c’est l’idée de Dries Depoorter, un artiste numérique habitant à Gand, en Belgique et qui utilise toutes les spécificités des dispositifs technologiques, numériques, informatiques, etc. afin d’en réaliser une œuvre d’art avec des attraits humoristiques. Dries Depoorter crée des œuvres sur la surveillance, la confidentialité, les médias sociaux et le machine learning.

Ce dernier est parti d’un constat : chaque réunion du gouvernement flamand en Belgique est diffusée en direct sur YouTube. Une “aubaine” pour l’expert des technologies qui y voit la possibilité d’exploiter les images qui seraient utilisées comme données pour un outil pour le moins étonnant : il répète et identifie les membres du gouvernement qui sont distraits par leur smartphone.

Ce projet intervient près de deux ans après la polémique entourant le ministre-président flamand Jan Jambon. Celui-ci jouait au célèbre jeu vidéo Angry Birds pendant une discussion politique importante, ce qui avait provoqué de vives réactions de l’opinion publique belge.

Un outil qui exploite le machine learning afin de fonctionner

Le logiciel Flemish Scrollers est codé en Python et utilise le machine learning pour détecter les téléphones et la reconnaissance faciale pour identifier le politicien. Le logiciel a commencé à fonctionner le 5 juillet 2021 et analyse en direct les vidéos des séances plénières du gouvernement belge en Flandre. S’il n’y a pas de réunion en direct, le logiciel vérifiera les anciennes vidéos téléchargées sur la chaîne YouTube pour vérifier si par le passé, quelqu’un a déjà été distrait par son téléphone.

L’application possède également un compte Twitter @FlemishScroller et un compte Instagram @TheFlemishScrollers sur lesquels sont postés et identifiés les représentants du gouvernement ciblés par l’outil exploitant le machine learning. Ainsi, Jan Jambon s’est fait reprendre une nouvelle fois par Flemish Scrollers tout comme Ben Weyts, vice(ministre-président flamand et ministre flamand de l’Enseignement, du Bien-être animal et du Sport.

Parmi les autres outils/oeuvre d’art numérique qu’il propose, Dries Depoorter a proposé son application de chat “Die with me”, utilisable dès lors que la batterie de son téléphone est à moins de 5% de batterie, ou encore l’appareil “ShortLife” qui indique approximativement le pourcentage de vie déjà parcourue en fonction de son espérance de vie personnelle.

Zacharie Tazrout

Partager l'article

Espagne : un projet de centre européen pour l’intelligence artificielle pour rivaliser avec les infrastructures européennes

En Espagne, un projet ambitieux autour de l'IA tend à se mettre en place. Un groupe d'investisseurs privés, dirigé par les propriétaires du téléopérateur...

L’apprentissage supervisé et par renforcement pour aider les robots à s’adapter à tout type d’environnement

A travers Rapid Motor Adaptation (RMA), Facebook progresse dans l'adaptation des robots à leur environnement, afin de développer leur motricité. Adapter les robots à un...

Cinéma et Deepfake : zoom sur la synchronisation des lèvres avec le doublage en langue étrangère

Le deepfake est une technique reposant sur l'intelligence artificielle qui permet de superposer des fichiers audio ou vidéos sur d'autres fichiers déjà existants pour...

IA et Géopolitique : le comité AIDA du parlement européen propose son approche innovante sur le sujet

Le comité Artificial Intelligence in a Digital Age (AIDA) lié au parlement européen propose une étude sur l'intelligence artificielle et la diplomatie européenne. Intitulé...