Intelligence artificielle Un artiste numérique utilise le machine learning pour identifier les politiciens distraits...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Irlande : Comment le gouvernement utilise l’intelligence artificielle pour faciliter des tâches administratives

Le ministère irlandais de l'Agriculture, de l'Alimentation et de la Marine (DAFM) est l'organisme chargé de développer et de réglementer le secteur agroalimentaire en...

BeachBot, le robot autonome qui lutte contre la pollution des plages en ramassant les mégots de cigarettes

En août, nombreux et nombreuses sont ceux et celles qui prennent le chemin de la plage pour passer de bonnes vacances. L'eau salée, l'air...

L’intelligence artificielle au service de la lutte contre l’exploitation sexuelle sur internet

Les travaux autour de la conception d'outils d'IA pour limiter les cas de harcèlements ou de trafics en ligne tendent à se multiplier à...

Intelligence artificielle pour le contrôle et la gestion des frontières : Focus sur le rapport de Frontex

Frontex, l'agence européenne de gardes-frontières et de gardes-côtes, est en charge du contrôle et de la gestion des frontières extérieures de l'espace Schengen. Dans...

Un artiste numérique utilise le machine learning pour identifier les politiciens distraits par leur smartphone

Au sein des deux hémicycles parlementaires français, l’Assemblée nationale et le Sénat, les représentants font et défont les lois de la France. Deux tâches, qui au premier abord, semblent nécessiter une concentration totale. Pourtant, il est tout à fait possible de voir des députés ou des sénateurs utilisant leurs smartphones durant une session plénière tandis qu’une ou plusieurs personnes s’expriment. En Belgique, le problème est similaire au sein du gouvernement flamand, et pour remédier à ça, une intelligence artificielle du nom de “Flemish Scrollers” veille pour éviter cela.

Un artiste numérique à l’origine de cet outil de “surveillance” des députés

Flemish Scrollers, c’est l’idée de Dries Depoorter, un artiste numérique habitant à Gand, en Belgique et qui utilise toutes les spécificités des dispositifs technologiques, numériques, informatiques, etc. afin d’en réaliser une œuvre d’art avec des attraits humoristiques. Dries Depoorter crée des œuvres sur la surveillance, la confidentialité, les médias sociaux et le machine learning.

Ce dernier est parti d’un constat : chaque réunion du gouvernement flamand en Belgique est diffusée en direct sur YouTube. Une “aubaine” pour l’expert des technologies qui y voit la possibilité d’exploiter les images qui seraient utilisées comme données pour un outil pour le moins étonnant : il répète et identifie les membres du gouvernement qui sont distraits par leur smartphone.

Ce projet intervient près de deux ans après la polémique entourant le ministre-président flamand Jan Jambon. Celui-ci jouait au célèbre jeu vidéo Angry Birds pendant une discussion politique importante, ce qui avait provoqué de vives réactions de l’opinion publique belge.

Un outil qui exploite le machine learning afin de fonctionner

Le logiciel Flemish Scrollers est codé en Python et utilise le machine learning pour détecter les téléphones et la reconnaissance faciale pour identifier le politicien. Le logiciel a commencé à fonctionner le 5 juillet 2021 et analyse en direct les vidéos des séances plénières du gouvernement belge en Flandre. S’il n’y a pas de réunion en direct, le logiciel vérifiera les anciennes vidéos téléchargées sur la chaîne YouTube pour vérifier si par le passé, quelqu’un a déjà été distrait par son téléphone.

L’application possède également un compte Twitter @FlemishScroller et un compte Instagram @TheFlemishScrollers sur lesquels sont postés et identifiés les représentants du gouvernement ciblés par l’outil exploitant le machine learning. Ainsi, Jan Jambon s’est fait reprendre une nouvelle fois par Flemish Scrollers tout comme Ben Weyts, vice(ministre-président flamand et ministre flamand de l’Enseignement, du Bien-être animal et du Sport.

Parmi les autres outils/oeuvre d’art numérique qu’il propose, Dries Depoorter a proposé son application de chat “Die with me”, utilisable dès lors que la batterie de son téléphone est à moins de 5% de batterie, ou encore l’appareil “ShortLife” qui indique approximativement le pourcentage de vie déjà parcourue en fonction de son espérance de vie personnelle.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Zacharie Tazrout

Partager l'article

Levée de fonds de 6 millions d’euros de la fintech lyonnaise Mon Petit Placement

Mon Petit Placement, start-up lancée en 2017, a bouclé en ce mois de novembre sa troisième levée de fonds pour un montant de 6...

Lutte contre la cybercriminalité : l’exemple du défi IA lancé par le gouvernement canadien aux petites entreprises

Comme les autres organismes de police canadiens, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) peine à accéder aux données chiffrées saisies lors d'enquêtes criminelles. C'est...

Continuity annonce une levée de fonds de 5 millions d’euros auprès d’Elaia Partners, Bpifrance et Kamet Ventures

Continuity a levé 5 millions d’euros en Seed auprès d'Elaia Partners, Bpifrance et Kamet Ventures a annoncé la jeune pousse cette semaine. La start-up...

ADAM9, un gène potentiellement impliqué dans les formes graves de Covid-19 identifié par l’intelligence artificielle

Pourquoi certains patients atteints de Covid-19 sont-ils asymptomatiques alors que d'autres développent des formes graves, notamment le SDRA (syndrome de détresse respiratoire aigüe) ?...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci