Intelligence artificielle Ukraine : Clearview AI met sa technologie de reconnaissance faciale à disposition...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Un groupe de recherche de l’institut Idiap améliore la reconnaissance faciale dans les voitures

Les constructeurs automobiles cherchent à améliorer la sécurité de leurs voitures et s'intéressent de plus en plus à la reconnaissance faciale. Au CES 2019,...

Canada : Un nouveau fonds dédié à l’intelligence artificielle pour accélérer la capacité de recherche appliquée

La Fondation de l'Innovation du Nouveau-Brunswick, province canadienne, (FNIB) est une société de financement indépendante. En janvier dernier, Jeff White, son PDG, Ginette Petitpas...

Belgique : La start-up liégeoise OSIMIS annonce une nouvelle levée de fonds de 1,6 million d’euros

Trois ans après une levée de fonds de 2,3 millions d'euros, Osimis, start-up liégeoise qui propose des solutions pour les équipes cliniques et les...

Canada : BrainBox AI, start-up gagnante du Défi «Tech For Our Planet» 2021, passe un accord de distribution mondiale avec le groupe ABB

BrainBox AI, start-up canadienne basée à Montréal, pionnière de la technologie prédictive et auto-adaptative pour les bâtiments commerciaux, a annoncé fin janvier dernier un...

Ukraine : Clearview AI met sa technologie de reconnaissance faciale à disposition de Kiev

Selon une déclaration de Hoan Ton-That, directeur général de Clearview AI à Reuters, le ministère ukrainien de la Défense a commencé le samedi 12 mars dernier à utiliser la technologie de reconnaissance faciale de sa société. En effet, la startup américaine a proposé à l’Ukraine de découvrir les assaillants russes, de lutter contre la désinformation, de réunir les familles de réfugiés et d’identifier les morts grâce à sa technologie qu’elle met d’ailleurs gratuitement à sa disposition. Clearview AI précise qu’elle n’a pas fait de même pour la Russie.

La société américaine Clearview AI a développé un logiciel de reconnaissance faciale dont la base de données repose sur l’aspiration de photographies et de vidéos publiquement accessibles sur internet qui lui aurait ainsi permis de récolter plus de 10 milliards de photos « sans base légale ».

En mai 2021, un groupe d’ONG mené par Privacy International avait porté plainte contre Clearview AI en France, en Grèce, en Autriche, en Italie et au Royaume-Uni et la CNIL l’a mise en demeure de se conformer au RGPD. L’Italie et le Royaume-Uni lui ont infligé des amendes tandis que la Suède et l’Australie l’ont interdite.

Clearview AI en Ukraine

Toujours selon les déclarations du directeur général de Clearview AI à Reuters, lorsque les hostilités ont débuté avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie, il aurait écrit à Kiev pour lui proposer son aide. Il a ajouté que sa société dispose de plus de 2 milliards d’images provenant du service du réseau social russe VKontakte, sur une base de données de plus de 10 milliards de photos au total. Lee Wolosky, conseiller de Clearview et ancien diplomate sous les présidents américains Barack Obama et Joe Biden, a précisé :

« L’Ukraine reçoit un accès gratuit au puissant moteur de recherche de visages de Clearview AI, permettant aux autorités de contrôler éventuellement les personnes d’intérêt aux points de contrôle, entre autres utilisations. »

Hoan Ton-That a déclaré :

« Cette base de données peut aider l’Ukraine à identifier les morts plus facilement que d’essayer de faire correspondre les empreintes digitales, et fonctionne même s’il y a des dommages au visage. »

Il a également indiqué que la technologie de reconnaissance faciale pourra être utilisée pour réunir les réfugiés séparés de leur famille, identifier les agents russes et combattre les fausses informations. L’Ukraine a commencé à se former à cette technologie mais pour quel usage ?

Une technologie dangereuse

Aucune technologie de reconnaissance faciale existante n’est fiable à 100%, l’utilisation de Clearview AI par les forces de l’ordre américaine l’a démontré. Les experts et les observateurs s’interrogent sur le bien-fondé de son utilisation pour identifier les agents russes. Albert Fox Cahn, directeur exécutif du Surveillance Technology Oversight Project a déclaré à Reuters :

« Nous allons voir une technologie avec de bonnes intentions se retourner contre nous et blesser les personnes mêmes qu’elle est censée protéger. Une fois que vous avez introduit ces systèmes et leurs bases de données associées dans une zone de guerre, vous n’avez plus aucun contrôle sur la façon dont ils seront utilisés. »

Pour lui, l’utilisation de Clearview AI pour identifier les morts est la seule valable. De son côté, Hoan Ton-That a précisé que Clearview ne devrait jamais être utilisé comme seule source d’identification et qu’il ne voudrait pas que la technologie soit utilisée en violation des Conventions de Genève, qui ont créé des normes juridiques pour le traitement humanitaire pendant la guerre. Il a ajouté que, comme d’autres utilisateurs, ceux en Ukraine ont reçu une formation et doivent saisir un numéro de dossier et la raison d’une recherche avant les requêtes.

 
Thomas Calvi

Partager l'article

I-Stem, Généthon et Kantify découvrent une thérapie prometteuse contre les maladies génétiques

Les équipes d’I-Stem et de Généthon, laboratoires de l’Association Française contre les Myopathies (AFM-Téléthon), ont collaboré avec la start-up belge Kantify, spécialisée dans le...

La finale de « Ma thèse en 180 secondes » aura lieu à Lyon le 31 mai prochain

« Ma thèse en 180 secondes » concours qui s'inspire de « Three minute Thesis », conçu à l'Université du Queensland, en Australie, est...

CentraleSupélec et SystemX lancent l’Alliance CircularIT pour mettre le numérique au service de l’économie circulaire

Le 10 mai dernier, CentraleSupélec et l’IRT SystemX ont annoncé la création d'« Alliance CircularIT » afin de « mettre la puissance du numérique...

Le Val de Marne mise sur l’intelligence artificielle pour améliorer son réseau d’assainissement

En novembre 2020, l’agence de l’eau Seine-Normandie lançait l'appel à projets innovation pour la gestion de l’eau, « Transition numérique et économie circulaire »...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci