Actualité Le Québec mise sur l'intelligence artificielle pour freiner l'exode des cerveaux

Pour approfondir le sujet

Thales va plus loin dans l’intelligence artificielle et ouvre un deuxième hub mondial

Le groupe français Thales annonce ce mardi ouvrir un hub mondial à Montreal. Après Microsoft, Google, Facebook et plus récemment Facebook, c'est donc un...

Open source : Alink, la plateforme machine learning algorithmique d’Alibaba Cloud disponible sur Github

Alibaba Cloud a annoncé en ce début de mois de décembre que Alink, sa plateforme machine learning algorithmique serait désormais disponible sur GitHub. En...

Le gouvernement québécois dévoile ses 5 orientations stratégiques pour l’intelligence artificielle

Le Québec fait souvent l'actualité grâce à des mesures et à un écosystème des plus dynamiques en matière d'intelligence artificielle. Ce jeudi 21 juin...

NetBooster et Artefact souhaitent créer la première agence internationale de conseil en stratégie digitale basée sur la data et l’intelligence artificielle

Leader indépendant des agences digitales, NetBooster, a annoncé se rapprocher de l'agence Artefact, spécialisée en innovation data. Les deux entités souhaiteraient en effet former...

Le Québec mise sur l’intelligence artificielle pour freiner l’exode des cerveaux

Le domaine de l’intelligence artificielle est en plein développement et plusieurs pays, dont le Canada, n’hésitent pas à y investir fortement. Ce lundi 15 mai, c’est le Québec qui a annoncé vouloir freiner l’exode de ses chercheurs via un fonds dédié. Dominique Anglade, ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation a en effet affirmé depuis l’Université de Montréal:

« Nous voulons attirer les talents, retenir les professeurs et aider les entrepreneurs en début de commercialisation ».

Un investissement de 100 millions de dollars

Pour ce faire, le gouvernement investira 100 millions de dollars, sur cinq ans, pour le développement d’un pôle économique et scientifique québecois sur l’intelligence artificielle. Il s’agira de créer un écosystème favorable permettant une connexion entre professeurs, chercheurs et entrepreneurs. Parallèlement la formation, la recherche ainsi que l’innovation seront valorisées.

Pierre Boivin, président et chef de la direction de Claridge, société d’investissement privé, ayant pris part à l’annonce s’en est félicité:

« Cet engagement suscitera des investissements afin de maintenir et d’accroître la position du Québec et de Montréal sur l’échiquier mondial de l’intelligence artificielle, car la concurrence est féroce et les enjeux sont colossaux ».

Montréal face à Toronto et à la Silicon Valley

Le Canada dispose de plusieurs centres réputés en ce qui concerne l’intelligence artificielle, dont bien évidemment Toronto. Uber a par exemple récemment choisi d’y installer son nouveau laboratoire. Le Québec et Montréal veulent donc se positionner nationalement et internationalement dans ce secteur extrêmement compétitif mais prometteur.

Le domaine attire de plus en plus. La preuve avec les Universités de Montréal et McGill qui comptent plus de 150 chercheurs et doctorants. Il s’agit de la plus grande concentration académique au monde selon la ministre Dominique Anglade.

La zone séduit également les entreprises. Microsoft a notamment annoncé un investissement de 6 millions de dollars à l’Université de Montréal et d’un million à l’Université McGill. Google a également communiqué un investissement de 4,5 millions de dollars à Montréal, dans la recherche en intelligence artificielle.

Le gouvernement lancera également un comité d’experts en la matière. Ce dernier aura pour objectif d’organiser la création du pôle et, par la suite, de l’Institut de l’intelligence artificielle.

Johanna Diaz

Partager l'article

Luc Julia, spécialiste français de l’intelligence artificielle, devient le directeur scientifique de Renault

Luc Julia, expert en intelligence artificielle et dans le domaine des interfaces Homme-machine vient d'être nommé par le directeur général de Renault, Luca de...

Comment la mairie de Barcelone souhaite favoriser une utilisation éthique de l’intelligence artificielle

La mairie de Barcelone souhaite mettre en œuvre vingt mesures pour garantir que les algorithmes d'intelligence artificielle utilisés par la ville et ceux qui...

Atos et DreamQuark lancent une plateforme numérique destinée aux assureurs et aux banques

Après son acquisition de trois sociétés annoncée cette semaine afin de développer son portefeuille technologique dans plusieurs domaines, Atos a dévoilé une plateforme digitale...

Les archives nationales américaines utiliseront l’intelligence artificielle pour gérer leurs documents numériques

L'Administration des archives des Etats-Unis (ou National Archives and Records Administration - NARA) qui détient tous les documents gouvernementaux du pays, gère des millions...