Intelligence artificielle Nouvelle-Aquitaine : SATT Aquitaine Science Transfert lance chrysa-link, son incubateur deep-tech

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Pixyl lève 2,2 millions d’euros afin de commercialiser sa solution de détection de pathologies neurologiques

Fondée en 2015, Pixyl est une entreprise française spécialisée dans l'imagerie médicale. La start-up a annoncé une levée de fonds de 2,2 millions d'euros auprès du...

Appel à candidatures pour la septième édition du programme d’accélération de HPE France

Hewlett Packard Enterprise (HPE) a officiellement lancé en ce mois d'avril la septième édition de son programme d'accélération de start-up. L'appel à candidatures est...

DessIA lève 5,5 millions d’euros pour développer son intelligence artificielle dans le secteur de l’ingénierie

Cette semaine, la start-up DessIA a annoncé avoir levé près de 5,5 millions d'euros auprès des fonds d'investissement Supernova Invest, btov Partners, Go Capital...

Le réseau d’innovation 1Kubator lève 9 millions d’euros pour accélérer son développement et sa présence en France

1Kubator, réseau d'innovation en France, annonce la levée de neuf millions d'euros en parallèle de son entrée dans le capital de Groupama. Avec ce...

Nouvelle-Aquitaine : SATT Aquitaine Science Transfert lance chrysa-link, son incubateur deep-tech

La SATT Aquitaine Science Transfert a officiellement lancé chrysa-link, son incubateur deep tech. En activité depuis l’an dernier, il est opéré par Bpifrance et financé par l’Etat à travers le Secrétariat général pour l’investissement et par le Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine, à hauteur de 1,5 million d’euros pour une période initiale de deux ans.

Les fonds destinés à l’incubateur visent à financer des projets d’innovation de rupture qui mèneront à la création de futures start-up dites deep tech (c’est à dire porteuses d’innovations disruptives, à fort impact sociétal, environnemental et économique).

De l’idée de création à la première levée de fonds : la boîte à outils ’lean-start-up’

Caractérisés par des cycles longs de Recherche et Développement, des investissements élevés et une Propriété Intellectuelle difficile à contrefaire, les projets deep-tech que la SATT Aquitaine Science Transfert aide à faire émerger vont être accompagnés sur des périodes allant de 18 à 21 mois, selon une méthode dite de ‘lean start-up’, permettant des allers-retours entre théorie et pratique lors de l’apprentissage entrepreneurial.

Au-delà du financement d’incubation de 20 000 euros subvenant aux premiers frais rencontrés par les porteurs de projet (loyer, études de marché, conseils juridiques, comptables, communication et autres formations), l’accompagnement des créateurs d’entreprise sera articulé autour du ‘pack start-up action boost’ composé de cinq ‘boosters’ : constitution de l’équipe, positionnement du produit ou service sur le marché, pré-industrialisation et réglementation, Propriété Intellectuelle et financement de l’activité. Certaines actions menées par le porteur au tout début du projet sont prises en charge comme une pré-étude de marché.

Sur un mode interactif, chaque atelier ‘booster’ comprend une session collective de deux journées, des sessions de travail personnel en situation réelle, du coaching individualisé par les équipes de la SATT et des lunchs collaboratifs thématiques autour d’experts et d’entrepreneurs (lancés depuis septembre 2019 au rythme de 1 par mois).

Lors de ce parcours entrepreneurial initiatique, les porteurs sont invités à pitcher deux fois à mi-parcours et en fin de formation devant un panel issu de l’écosystème régional de la création d’entreprises (Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, Agence de Développement et d’Innovation de Nouvelle Aquitaine, Bordeaux French Tech, technopoles…).

Une transition sera ensuite assurée vers une technopole locale choisie par le porteur, pour déboucher sur la création de l’entreprise.

La SATT : le positionnement le plus amont dans la chaîne de l’innovation

Les projets pourront également bénéficier de la capacité de la SATT Aquitaine Science Transfert d’investir dans leur maturation, afin d’aboutir à une première preuve de concept. A titre d’exemple, la SATT avait investi 1,2 million d’euros dès 2017 dans le projet Braincaps de Maxime Feyeux et Kevin Alessandri, devenu depuis la start-up Treefrog Therapeutics (levée de fonds de 7 millions d’euros en 2019).

À ce titre, dans la chaîne de l’innovation, la SATT est la première à assumer un investissement financier, autant en amont ; souvent de longs mois, voire quelques années dans le cas des projets liés à la santé, seront nécessaires, avant que la start-up n’effectue sa première levée de fonds et mette son produit ou son service sur le marché.

D’ores et déjà, l’incubateur chrysa-link accompagne 16 projets.

« Au sein de la SATT Aquitaine, nous bénéficions d’un environnement expérimenté dans la maturation de projets très innovants ainsi que de l’accès à un réseau de plus de 4 000 contacts business et d’experts, ce qui est clé dans la mission de coaching d’entrepreneurs. Et bien sûr nos connexions proches avec les acteurs du développement économique régional, notamment de French Tech Seed Aquitaine* et de la French Tech sont notre deuxième atout majeur pour assurer aux start-up une continuité cohérente dans leur accompagnement, depuis l’idée de création jusqu’à la levée de fonds, voire jusqu’à l’accélération de l’entreprise ! » déclare Nicolas de la Fuente, responsable de l’incubateur chrysa-link.

Les premiers résultats de l’incubateur chrysa-link – SATT Aquitaine Science Transfert

Projet chrysa-link SATT startup

* Le consortium French Tech Seed réunit la SATT Aquitaine, les technopoles aquitaines (Unitec, Technowest, Agropole, Hélioparc, Technopole Pays Basque) et l’Agence de Développement et d’Innovation régionale ADI, l’ensemble étant soutenu par l’Etat français, la Région Nouvelle-Aquitaine, les établissements de recherche et Bpifrance.

** Certains projets étaient issus de l’ex incubateur régional d’Aquitaine.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Thomas Calvi

Partager l'article

Reconnaissance faciale : La Cour suprême de l’État de New York statue en faveur d’Amnesty International et du projet STOP

Les systèmes de reconnaissance faciale questionnent sur les enjeux de protection des données et les risques d’atteintes aux libertés individuelles, de nombreuses ONG à...

Des chercheurs de l’Université de Stanford et de NVIDIA publient l’étude « EG3D : GAN 3D efficaces et sensibles à la géométrie »

Transformer les images 2D en scènes 3D est le sujet de nombreuses recherches, Nvidia Research a récemment présenté Instant NeRf, un modèle d'IA capable...

La plateforme miniature de chirurgie assistée par robot MIRA devrait rejoindre l’ISS en 2024

En collaboration avec Virtual Incision, une société de robotique, des ingénieurs de l'Université du Nebraska ont développé MIRA, un petit robot chirurgien télécommandé qui...

France 2030 : le gouvernement dévoile les 66 premiers lauréats de l’appel à manifestations « Compétences et métiers d’avenir »

Le plan France 2030 vise à soutenir l’émergence de talents et accélérer l’adaptation des formations aux besoins de compétences des nouvelles filières et des...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci