Les Prix Inria 2018 récompensent notamment Pierre-Yves Oudeyer, pionnier de la « curiosité artificielle »

Les Prix Inria 2018 récompensent notamment Pierre-Yves Oudeyer, pionnier de la « curiosité artificielle »
Actu IA
Pierre-Yves Oudeyer

L’année 2018 marque la 8e édition de la remise des Prix Inria. À cette occasion, Inria, l’Académie des sciences et Dassault Systèmes mettent à l’honneur des chercheurs ayant apporté une contribution majeure dans le domaine des sciences du numérique. Les travaux des lauréats 2018 des Prix Inria illustrent l’impact du numérique et l’interdisciplinarité avec cette année des projets dans les domaines de la sécurité des logiciels, de l’éducation et de la santé. Deux prix récompensent également des personnels d’Inria pour leur implication dans le rayonnement de l’Institut, avec des projets transversaux.

Découvrez ci-dessous les lauréats 2018 :

Le Grand Prix Inria – Académie des sciences est attribué à Xavier Leroy

Professeur au Collège de France sur la chaire permanente Sciences du logiciel, auparavant directeur de recherche de classe exceptionnelle chez Inria, Xavier Leroy est aussi responsable de l’équipe-projet Inria GALLIUM. Xavier Leroy est un des plus grands spécialistes mondiaux des langages de programmation et de la vérification de programmes. Il est notamment reconnu pour ses apports théoriques sur le typage et la sémantique des langages de programmation et le rôle qu’ils peuvent avoir dans la sécurité informatique, et pour deux projets extrêmement ambitieux :

  • le langage de programmation OCaml, l’un des deux langages fonctionnels typés les plus utilisés aujourd’hui
  • le compilateur CompCert, dont la correction est entièrement démontrée mathématiquement en Coq avec extraction automatique du code, ce qui garantit l’absence de bugs de compilation. C’est un rouage essentiel dans la chaîne de sécurisation de logiciels critiques.

Il a reçu de nombreuses récompenses dont le prix Montpetit de l’Académie des Sciences en 2007, le « Verified Software Milestone Award » de Microsoft Research en 2012, le titre de Fellow de l’ACM en 2015, le prestigieux prix Milner décerné par la Royal Society, l’Académie des Sciences et la Leopoldina en 2016, et enfin le prix Van Wijngaarden attribué tous les 5 ans par le CWI.

Le Prix Inria – Académie des sciences du jeune chercheur est décerné à Pierre-Yves Oudeyer

Directeur de recherche chez Inria et responsable de l’équipe-projet FLOWERS (commune entre Inria et l’Ensta ParisTech), il est l’un des pionniers de l’approche de l’intelligence artificielle par apprentissage autonome intrinsèquement motivé, autrement appelée la « curiosité artificielle ».

Pierre-Yves Oudeyer s’est intéressé très tôt à l’intelligence artificielle dans la perspective d’utiliser les ordinateurs comme des outils pour nous aider à décrypter les mécanismes du cerveau. Il s’est interrogé sur ce qui a poussé nos ancêtres à explorer les possibilités offertes par les organes de la parole et s’est penché sur ce que les sciences cognitives appellent la motivation intrinsèque. Au fil du temps le domaine de recherche de Pierre-Yves Oudeyer s’est considérablement élargi.

Une partie de l’équipe FLOWERS développe ces modèles pour proposer de nouvelles théories de l’apprentissage humain, en particulier sur la manière dont les enfants développent progressivement des savoir-faire sensorimoteurs ou linguistiques. Une autre partie de l’équipe s’inscrit désormais dans le domaine émergent de la robotique développementale avec de nouvelles approches pour l’apprentissage automatique, et des machines capables d’apprendre de manière plus autonome des répertoires de tâches variées.

Il y a deux ans FLOWERS a atteint la seconde place aux Demonstration Award de la conférence NIPS (Neural Information Processing Systems) avec son robot Poppy Torso.

Depuis quelques années l’équipe de Pierre-Yves Oudeyer s’investit dans un autre domaine d’activité qui vise à conjuguer intelligence artificielle et motivation intrinsèque pour mettre au point des technologies éducatives au service de l’apprentissage humain. Ces recherches intéressent tout particulièrement le monde de l’éducation et un projet avec un consortium d’entreprises pour des expérimentations à grande échelle est en cours de constitution.

Pierre-Yves Oudeyer a joué un rôle très important dans l’avancement des recherches sur la « curiosité artificielle », notamment en Europe et en Amérique du Nord où ses idées sont largement mises en pratique. C’est une discipline qui mobilise de nombreux scientifiques dans le monde, à la croisée de l’intelligence artificielle, des neurosciences et de la psychologie. Il a reçu plusieurs prix pour ses travaux, notamment le Prix Le Monde de la Recherche Universitaire, le prix ASTI 2005, et a été lauréat d’une ERC Starting Grant en 2009. Il est également l’auteur du livre Aux sources de la parole: auto-organisation et évolution, publié chez Odile Jacob.

Le Prix de l’innovation Inria – Académie des sciences – Dassault Systèmes est remis à Stéphane Cotin

Directeur de recherche Inria et responsable de l’équipe-projet MIMESIS, il mène une activité de recherche de haut niveau international sur la simulation médicale numérique, dans les domaines de l’apprentissage du geste chirurgical mais également de l’assistance peropératoire via des techniques de réalité augmentée.

En février 2013, il crée avec plusieurs collègues chercheurs InSimo, une start-up utilisant SOFA, framework logiciel open source de simulation interactive dont il est à l’initiative. InSimo est créateur d’applications de simulation chirurgicale sur organes virtuels à comportement haute-fidélité. Ces modèles biomécaniques interactifs d’organes simulés en réalité virtuelle, opérables avec retour de force, servent à l’apprentissage du geste chirurgical et à l’enseignement du planning préopératoire.

En plus de son activité entrepreneuriale, Stéphane Cotin est particulièrement investi dans l’innovation clinique. Aujourd’hui l’équipe MIMESIS, via le logiciel SOFA et ses collaborations avec divers partenaires cliniques, contribue aux travaux d’équipes de recherche en France comme à l’international, et vise à répondre aux attentes des industriels et des professionnels de santé dans le domaine de l’innovation.

Deux Prix d’appui à la recherche sont décernés cette année

  • Pour l’exposition Du Shape aux inventeurs du numérique, conçue, créée et mise en place grâce à l’implication de deux collaborateurs et d’une collaboratrice du siège d’Inria. Inaugurée en novembre 2017 dans le cadre du cinquantième anniversaire de l’institut, cette exposition propose une rétrospective de presque 70 ans permettant de mieux connaître l’histoire d’un lieu historique qui a joué un rôle majeur lors de l’installation des troupes alliées en 1952 et de l’installation d‘IRIA puis Inria depuis 1967 jusqu’à aujourd’hui. Des fondateurs du site de Rocquencourt qui ont apporté un mode de vie nouveau, aux chercheurs et chercheuses qui ont été au cœur de la révolution informatique, plusieurs courants d’innovation se sont succédé. Sur la base du bilan réalisé après un an d’exploitation, l’équipe propose une démarche qui vise à professionnaliser cette exposition et à la compléter. Ce musée pourrait être une vitrine physique, un service et processus d’archivage dans le cycle de vie des projets, un lieu de formations, de rencontre, de débats, d’interconnexions, d’idées, de réflexion et de création.
  • Pour la mise en œuvre de l’outil SonarQube@Inria par cinq collaborateurs issus de trois centres de recherche Inria Bordeaux – Sud-Ouest, Lille – Nord Europe et Rennes – Bretagne Atlantique. SonarQube@Inria offre une vue détaillée de l’évolution dans le temps de la qualité de nos logiciels. Ce service montre la qualité de certains projets, ce qui pourrait aider à leur promotion ou à convaincre des partenaires en vue d’un transfert. Il montre sur d’autres projets des marges de progression qui peuvent aider les développeurs à définir des priorités d’actions. Le service SonarQube@Inria est le résultat d’une démarche collective. Moins de deux ans se sont écoulés entre l’exposé inspirateur, les différentes expérimentations et l’ouverture d’un service opérationnel à tout l’institut.