Le Québec accorde 3M$ pour la création du Pôle d’expertise régionale en intelligence artificielle piloté par l’Institut intelligence et données

Le Québec accorde 3M$ pour la création du Pôle d’expertise régionale en intelligence artificielle pi
Actu IA
IID Pole IA Quebec

Le Québec veut renforcer son attractivité en matière d’intelligence artificielle. Ce 29 janvier, l’Université Laval et le ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec ont annoncé la création de l’Institut intelligence et données (IID). De son côté, le gouvernement québécois a annoncé qu’il financerait la mise en place du Pôle d’expertise régionale en intelligence artificielle à hauteur de 3 094 265 $ sur trois ans. Ce Pôle, piloté par l’IID, viendra appuyer les forces de la région de Québec actives dans le domaine et stimuler encore davantage le développement économique de l’Est-du-Québec.

Cette initiative vise à fédérer et à soutenir l’expertise et l’innovation en intelligence artificielle et en science des données, déjà bien ancrées, à l’Université Laval. L’IID devient ainsi le point pivot du Pôle d’expertise régional en intelligence artificielle annoncé par le gouvernement du Québec.

« Notre appui à la création du Pôle d’expertise régionale en intelligence artificielle dans la Capitale-Nationale envoie un signal fort quant au soutien panquébécois du gouvernement à l’écosystème en intelligence artificielle du Québec. Ce pôle agira comme correspondant local au centre d’expertise du complexe O Mile-Ex, à Montréal. Une collaboration étroite avec les acteurs de ce centre est de mise pour coordonner nos efforts et mettre en commun les ressources utiles au développement et à la valorisation des activités économiques en intelligence artificielle au Québec. » a expliqué Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation et ministre responsable de la région de Lanaudière.

Jonatan Julien, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, ministre responsable de la région de la Côte-Nord et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale suppléant, a également indiqué :

« L’Université Laval possède déjà une grande expertise en intelligence artificielle, et il convient de la consolider et de mobiliser les acteurs régionaux afin de présenter une offre de services aux entreprises de la Capitale-Nationale. C’est un secteur d’avenir dans lequel il faut s’investir collectivement et que notre gouvernement est fier d’appuyer dans la région de Québec. La création du Pôle d’expertise régionale en intelligence artificielle est une initiative importante pour la mise en commun des connaissances et des savoir-faire en la matière et pour la collaboration des intervenants des milieux de la recherche et de l’entrepreneuriat. »

Ce projet d’importance pour la région vise principalement deux objectifs :

  • la formation d’une main-d’œuvre qualifiée en intelligence artificielle par l’appui à la maîtrise en informatique – intelligence artificielle, et la création d’une offre de formation continue spécialisée sur le sujet;
  • l’accompagnement des entreprises et des organismes de la région souhaitant intégrer l’intelligence artificielle dans leurs pratiques et leurs outils.

Cette initiative s’inscrit dans la Stratégie pour l’essor de l’écosystème québécois en intelligence artificielle du Comité d’orientation de la grappe en intelligence artificielle.

L’interdisciplinarité et la collaboration au rendez-vous

L’interdisciplinarité et la collaboration seront au centre des travaux de l’Institut dont les actions s’inscriront dans quatre domaines fédérateurs exploitant les forces et les expertises développées à l’Université Laval en intelligence artificielle et en valorisation des données :

  • L’environnement physique, qui étudie les usages et les interactions entre l’environnement physique et les données, à l’échelle d’un individu, d’un bâtiment, d’une ville ou d’un territoire;
  • La santé et l’étude du vivant, qui analysent les données provenant du vivant, de la molécule aux populations humaines ou animales, pour accroître la compréhension de notre monde;
  • Les méthodes d’intelligence artificielle et de traitement de données, qui portent sur le développement et l’analyse d’algorithmes et de méthodologies novatrices, tant en recherche fondamentale qu’en recherche appliquée;
  • L’éthique, la confidentialité et l’acceptabilité sociale, qui intègrent une dimension éthique aux développements et à la recherche en intelligence artificielle, en réponse aux réalités liées à la sécurité, à la confidentialité et à l’acceptabilité sociale.

L’expertise de l’Université Laval en matière d’intelligence artificielle et de valorisation des données est vaste. Dans ses murs, de nombreux professeurs s’y consacrent. Ses infrastructures, comme le Centre de valorisation des données, y sont adaptées. Ses programmes d’enseignement comme la maîtrise professionnelle en informatique – intelligence artificielle ou la maîtrise sur mesure en intelligence urbaine sont en adéquation avec les enjeux contemporains.

À ce propos Sophie D’Amours, rectrice de l’Université Laval, a précisé :

« La recherche de l’Institut intelligence et données aura des répercussions dans toutes les sphères de la vie humaine. Elle visera à créer des savoirs et des solutions à partir des données, à connecter les objets entre eux et avec les humains, et à rendre nos technologies plus intelligentes et efficientes, tout cela au profit des individus et des communautés. L’appui annoncé aujourd’hui confirme le leadership de l’Université Laval dans ce domaine et nous permettra de consolider notre apport aux grands défis de société, tels que les transitions numérique, démographique et énergétique. »

Un Institut actif dès le premier jour

L’Institut intelligence et données fédère dès aujourd’hui quatre centres de recherche :

  • le Centre de recherche en données et intelligence géospatiales (CRDIG);
  • le Centre de recherche en données massives (CRDM);
  • le Centre interuniversitaire de recherche sur les réseaux d’entreprise, la logistique et le transport(CIRRELT);
  • le Centre de recherche en robotique, vision et intelligence machine (CeRVIM).

Christian Gagné, directeur scientifique de l’Institut intelligence et données a par ailleurs précisé :

« L’Institut intelligence et données vient fédérer, dans un esprit multidisciplinaire, les expertises en intelligence artificielle et en valorisation des données présentes à l’Université Laval. En tant que pôle d’expertise régionale, il propulsera la capacité d’innovation de la région de Québec et y deviendra un acteur incontournable pour le développement de ces domaines. C’est un rôle important qui nous est confié. L’Institut a tout en main pour devenir un intervenant majeur à l’échelle provinciale, nationale et internationale. »

Des stages en intelligence artificielle

Mitacs s’associe à l’Institut intelligence et données par une entente de financement totalisant 6,4 M$ sur 5 ans, incluant un investissement de 1,72 M$ du ministère de l’Économie et de l’Innovation pour la réalisation de 430 unités de stage. Cet investissement permettra aux étudiantes et étudiants en formation à l’Université Laval d’effectuer des expériences pratiques en entreprise dans le domaine de l’intelligence artificielle. En plus de soutenir l’Institut dans son rôle de leader dans l’écosystème de l’intelligence artificielle du Québec, cette entente facilitera l’accès des entreprises à un bassin de talents hautement qualifiés, ainsi qu’aux connaissances de pointe essentielles pour relever les défis d’un domaine en constante évolution et pour assurer leur compétitivité tant sur le plan national qu’international. Il apparaît certain que l’ensemble des collaborations de recherche entre l’IID et le secteur privé issues de cette entente auront des retombées économiques importantes dans la région de Québec.