Actualité Le projet Astrid SPIN-IA - Intelligence artificielle avec des nanocomposants spintroniques radiofréquence

Pour approfondir le sujet

Le forum du CNRS « Que reste-t-il à découvrir ? » se tiendra ce week-end à Paris

Les 25 et 26 novembre prochains à la Cité internationale universitaire de Paris, se tiendra la cinquième édition du forum du CNRS « Que...

Un modèle deep learning d’Alibaba fait ses preuves dans le Global Machine Understanding Test

Alibaba Group a annoncé ce jour que l'Alibaba DAMO Academy Language Technology Lab, avait obtenu un excellent résultat dans le test de compréhension en...

Atos et Google Cloud présentent leur laboratoire d’intelligence artificielle nord-américain

Atos et Google Cloud inaugurent aujourd’hui le laboratoire d’intelligence artificielle de Google Cloud au siège texan d’Atos. Ce nouveau centre de recherche s'inscrit dans...

Pluribus, l’IA développée par l’Université Carnegie Mellon et Facebook devient la 1re à battre l’homme au Hold’em no-limit à six joueurs

Pluribus, un bot IA développé par des chercheurs de l'Université Carnegie Mellon et de Facebook, est parvenu à battre des joueurs professionnels de haut niveau...

Le projet Astrid SPIN-IA – Intelligence artificielle avec des nanocomposants spintroniques radiofréquence

Focus sur le projet Astrid SPIN-IA, mené conjointement par l’IMS – Laboratoire d’intégration du matériau au système, TRT Thalès Research & Technology, l’Unité mixte de physique CNRS/Thalès et l’UPSud-C2N Université Paris-Sud – Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Ce projet interdisciplinaire vise à développer les fondations d’une puce hybride spintronique/CMOS pour accélérer l’intelligence artificielle. Il est coordonné par Paolo Bortolotti (Thalès Research & Technology), a débuté en décembre 2018, pour deux ans, et reçu une aide de l’ANR à hauteur de 299 985 euros.

SPIN-IA est un projet interdisciplinaire dont l’objectif est de développer les fondations d’une puce hybride spintronique/CMOS pour accélérer l’intelligence artificielle. Récemment, l’UMPHy et le C2N, avec la participation de Thales, ont obtenu des résultats pionniers montrant que les jonctions tunnel magnétiques pouvaient réaliser des tâches de reconnaissance de motifs avec des performances remarquables.

Un petit réseau de quatre jonctions peut ainsi apprendre à identifier des voyelles prononcées par différents locuteurs avec des taux de reconnaissance supérieurs à 85%.

Dans ces démonstrations de laboratoire, les jonctions tunnel magnétiques, qui imitent les neurones, communiquent entre elles par les ondes radiofréquences qu’elles émettent. Cette forme de communication « sans fil », permet d’envisager de réaliser de grands réseaux de neurones fortement connectés, d’autant plus que les jonctions tunnel magnétiques sont de taille nanométrique et peuvent aujourd’hui être fabriquées par milliards sur des circuits CMOS.

Dans le projet Astrid SPIN-IA nous souhaitons passer de la preuve de concept en laboratoire au prototype, démontrer que ces systèmes peuvent réaliser des tâches plus complexes telles que la reconnaissance d’images, et développer les circuits RF-CMOS qui permettront d’interfacer les couches de jonctions-neurones en réseaux profonds. Pour ceci, nous avons réuni un consortium qui permettra de réaliser toutes les avancées scientifiques et techniques nécessaires : physique des réseaux de jonctions magnétiques couplées (UMPhy et C2N), conception du système et algorithmes adaptés (C2N, Thales et UMPhy) et conception des circuits RF dédiés (IMS et Thales).

A l’issu des deux ans du projet, les démonstrations de SPIN-IA permettront de lancer la réalisation d’une puce co-intégrant densément jonctions tunnel et transistors pour une intelligence artificielle matérielle embarquable, rapide, compacte, consommant peu d’électricité et capable de traiter en temps réel des données importantes pour les applications civiles et militaires.

Thomas Calvi

Partager l'article

Le corpus d’articles arXiv est désormais disponible sur Kaggle

Le corpus d'articles arXiv permet depuis plus de 30 ans à la communauté de chercheurs et au public d'avoir accès aux articles scientifiques dans...

Scikit-learn, SOFA, Coq, Pharo : Inria lance son Academy de formation continue dédiée aux logiciels libres

Inria a présenté fin juillet son nouveau dispositif de formation continue. Centré sur les logiciels libres cette structure permettra l’accès aux grands noms des...

Partenariat Life & Soft et CEA en bio-informatique, génomique, intelligence artificielle et technologies d’imagerie de pointe

Ce 4 août, Life & Soft et le CEA ont présenté officiellement leur accord de collaboration. Signé en avril 2020 pour une durée de...

Machine learning : L’Université d’Oxford et Atos installeront le plus grand super calculateur du Royaume-Uni

Atos et l'Université d'Oxford ont signé un contrat de quatre ans et d'une valeur de 5 millions de livres sterling pour un nouveau supercalculateur de...