Intelligence artificielle Le CEA et le Berkley Lab lancent le télescope Desi avec pour...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Défense : Airbus et Earthcube s’associent pour développer une solution de surveillance de sites stratégiques

Le géant de l'aéronautique Airbus et la société française spécialisée dans l'analyse de données géospatiales Earthcube ont annoncé ce jeudi leur partenariat pour développer...

Comment l’intelligence artificielle peut lutter contre la falsification d’images satellites ?

Alors que nous sommes nombreux à admirer les clichés bien réels de Thomas Pesquet depuis l'espace, une étude menée par des chercheurs de plusieurs...

Retour sur le premier anniversaire de la Charte Internationale pour une intelligence artificielle inclusive

La Charte Internationale pour une intelligence artificielle inclusive a fêté son premier anniversaire. Pour l'occasion, et pour célébrer les 100 premiers signataires, un événement...

Des chercheurs du MIT ont utilisé le deep learning pour générer des hologrammes 3D instantanément

En 2018, plusieurs études démontraient comment le deep learning permettrait de développer des applications pratiques aux hologrammes. Dans le cadre d'une recherche soutenue en...

Le CEA et le Berkley Lab lancent le télescope Desi avec pour objectif de dresser une carte 3D de l’Univers

Dans le cadre d’un projet mené par le Berkley Lab et dans lequel le CEA est partenaire, une carte en 3D de l’Univers va être dressée. Ces recherches permettront d’en savoir plus sur l’accélération de l’expansion de l’Univers dont l’énergie noire est la principale cause. Grâce au télescope Desi, doté de 5 000 yeux, les chercheurs pourront, depuis l’Arizona, recueillir et analyser pendant cinq ans les spectres de millions de galaxies afin de mesurer leur distance par rapport à la terre et comprendre le mystère de l’énergie noire.

Le choix drastique de 35 millions de galaxies

Avant que le télescope Desi ne puisse commencer ses observations, il a fallu le préparer dans le cadre de la validation du relevé, c’est la survey validation. Christophe Yèche, pilote de la survey validation, explique son utilité :

“Elle a consisté à sélectionner les 35 millions de galaxies dont Desi devra capter la lumière pour générer des spectres et à s’assurer que les objectifs scientifiques pourront être atteints.”

Pour choisir 35 millions de galaxies pertinentes, les chercheurs ont préalablement réalisé une carte en 2D de l’Univers. Ce sont plus de deux milliards de galaxies qui ont été cartographiées et répertoriées. Grâce à l’intelligence artificielle, ils ont pu identifier quatre types d’objets dont la lumière fut émise à différentes époques de l’Univers aujourd’hui âgé de 13,7 milliards d’années (Mds) :

  • Les quasars jusqu’à 12 milliards d’années.
  • Les jeunes galaxies bleues, existant depuis 10 milliards d’années
  • Les galaxies rouges formées il y a 8 milliards d’années
  • Les galaxies brillantes depuis moins de 4 milliards d’années.

Après cette phase d’identification, il a fallu positionner 5 000 fibres optiques dans chacune des alvéoles que comporte le plan de Desi : ce sont ses yeux. Une fibre a dans sa ligne de mire une dizaine de galaxies alors qu’elle ne doit en cibler qu’une seule à la fois. Pour faire face à cela, dans chaque alvéole, des microactionneurs sont pilotés grâce à un algorithme qui les place correctement au micron près.

Une observation dure vingt minutes, ce qui correspond au temps de pose nécessaire dû au faible rayonnement des galaxies. Après cette première phrase, en deux minutes, les spectres sont générés, le télescope est orienté vers une autre région du ciel et les 5 000 fibres sont repositionnées. Auparavant, cela prenait environ une heure.

Observation, traitement et analyse des spectres grâce au deep learning

Pendant quatre mois, les chercheurs sur site et à distance se sont relayés afin de surveiller les observations les nuits où la météo était favorable. Présentation de 300 000 galaxies ont été analysées et leurs spectres ont été générés. Grâce à ce processus, l’équipe de recherche a pu garantir les performances de l’instrument et a déduit que la stratégie de sélection des objets célestes était très prometteuse.

Chacun des spectres a été inspecté visuellement et doit être validé par deux chercheurs. Comme indiqué dans un communiqué, étant qu’il “y en aura des millions à effectuer, l’équipe du CEA a validé sur 30 000 spectres récoltés lors de la survey validation, des algorithmes d’apprentissage profond dont elle possède une grande expertise pour les besoins de la physique des particules”.

Le projet a été officiellement lancé et les 600 collaborateurs de la mission se relaieront pendant 5 ans pour bien vérifier que Desi observe les 35 millions de galaxies choisies, dont certaines seront ciblées plusieurs fois lors de différentes nuits afin de générer des spectres précis.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Zacharie Tazrout

Partager l'article

Le groupe Manutan investit dans la Robotic Process Automatisation pour dynamiser son département Finances

Manutan, fournisseur européen de produits et services aux entreprises et aux collectivités et spécialiste du e-commerce BtoB, investit dans la Robotic Process Automatisation (RPA)...

Spice AI veut faciliter l’intégration de l’intelligence artificielle dans les applications

Spice AI, startup basée à Seattle, a pour objectif de faciliter le travail des développeurs lors du développement d'applications intelligentes. Bien que l'IA ait...

Podcast : L’université Paris Dauphine-PSL dévoile le premier épisode de « EX MACHINA, l’ère des algorithmes »

"IA : qui sont les humains derrière la machine ?", c'est le titre du tout premier podcast d'EX MACHINE, lancé par l'université Paris Dauphine-PSL....

Les startups Manitty, PaIRe et Beyond Aero récompensées lors de la 11e édition du prix Jean-Louis Gerondeau – Safran

Manitty, PaIRe et Beyond Aero sont les startups lauréates du prix Jean-Louis Gerondeau - Safran 2021. Leurs innovations dans les domaines de l’aéronautique, des...