La MIT Sloan Management Review et le Boston Consulting Group publient une étude sur l’investissement des entreprises en intelligence artificielle

La MIT Sloan Management Review et le Boston Consulting Group publient une étude sur l’investissement de
Actu IA
Couv2

Ce lundi 17 septembre, la MIT Sloan Management Review et le Boston Consulting Group ont dévoilé leur nouveau rapport d’étude sur l’intelligence artificielle en entreprise. Intitulé « Artificial Intelligence in Business Gets Real », il met notamment en avant l’écart croissant entre les sociétés pionnières et les autres, plus attentistes.

Les entreprises se tournent vers l’intelligence artificielle pour créer de la valeur commerciale et, comme le montre le rapport d’étude réalisé cette année par le Boston Consulting Group et la MIT Sloan Management Review, les entreprises pionnières creusent l’écart. En se tournant de plus en plus vers l’IA et en se concentrant sur les applications génératrices de revenus plutôt que sur les économies de réduction de coûts, elles se positionnent pour tirer parti des avantages de l’IA à plus grande échelle.

Les dirigeants d’entreprises, partout dans le monde, se tournent de plus en plus vers l’intelligence artificielle pour créer de nouvelles sources de valeur commerciale. Le rapport prend pour exemple les premiers adoptants d’IA, ayant investi dans des initiatives d’IA et obtenu des résultats impressionnants. Ce petit groupe d’entreprises semble en effet doubler ses investissements dans l’IA, renforcer ses compétences et s’efforce de faire évoluer l’IA. Les opportunités et les défis auxquels font face ces pionniers d’AI sont au cœur de ce nouveau rapport d’étude sur l’intelligence artificielle et les entreprises.

Poursuivant l’approche analytique de l’an dernier, le rapport propose une enquête mondiale menée auprès de 3.076 dirigeants d’entreprise et 36 entretiens approfondis avec des dirigeants d’entreprise. Les entreprises interrogées ont été classées en quatre groupes en fonction des réponses des personnes interrogées aux questions concernant leurs niveaux d’adoption par IA et leur compréhension de l’IA.

  • Les “Pioneers” sont des entreprises qui ont une compréhension approfondie des concepts et des outils d’IA et ont des niveaux significatifs d’adoption de l’IA.
  • Les “Investigators” comprennent l’IA mais ont une adoption limitée.
  • Les “Experimenters” ont adopté l’IA mais avec une compréhension limitée.
  • Les “Passives” ont une adoption et une compréhension limitées de l’IA.

Ce rapport met en évidence quatre grandes tendances dans l’enquête et les données d’interview :

  1. Les “Pioneers” approfondissent leurs investissements dans l’IA. Est-ce que l’IA à vraiment un grand impact dans leurs affaires ? D’un côté, le pourcentage de “Pioneers” parmi les répondants à l’enquête est quasiment le même que l’an dernier, soit un peu moins du cinquième des sondés. Pourtant, le niveau d’engagement dans l’IA au sein du groupe “Pioneer” est frappant : 88% des “Pioneers” ont investi davantage dans l’IA que l’année précédente, contre seulement 62% des “Experimenters” et des “Investigators”. Les “Pioneers” continuent donc à aller de l’avant.
  2. Les “Pioneers” sont impatients de faire évoluer l’IA dans leur entreprise. En règle générale, une organisation qui a connu un succès précoce avec l’IA l’a fait parce que certains gestionnaires compétents ont détecté un problème qui pouvait être résolu plus efficacement grâce à l’IA, par exemple, avec le traitement du langage naturel. En traitant ces cibles isolément, ils ont trouvé des solutions efficaces. Ce nouveau rapport met en évidence une ambition croissante dans les entreprises de faire évoluer l’IA pour un avantage plus important au niveau de l’entreprise. Comme l’explique Ibrahim Gokcen, responsable numérique de la compagnie maritime danoise Maersk, « l’IA à grande échelle est la prochaine étape de la transformation numérique ». Mais comment dépasser les solutions ponctuelles isolées ? De nombreuses entreprises ont découvert, souvent à leur grande surprise, qu’il est facile d’appliquer l’IA et d’obtenir des résultats rapides. Ce qui n’est pas si facile, c’est de créer un système d’applications d’IA ainsi que des pipelines de données associés qui interagissent et qui sont fiables. Les “Pioneers” constatent massivement la nécessité d’une véritable stratégie IA : 85% des personnes interrogées estiment qu’elles ont un besoin urgent d’une stratégie IA et 90% déclarent avoir déjà une stratégie en place.
  3. Les “Pioneers” donnent la priorité aux applications génératrices de revenus par rapport aux applications économiques. Qu’est-ce qui est le plus important avec les applications d’IA : de nouveaux revenus ou des économies de coûts ? Lors de la première vague d’adoption par les entreprises, de nombreuses entreprises se sont efforcées de rendre les processus opérationnels plus efficaces. Des économies de coûts faciles à documenter constituent un moyen classique d’obtenir des investissements supplémentaires. Mais toutes les organisations, à l’exception des plus attentistes, estiment que l’IA sera plus rentable au niveau de la création de nouveaux revenus. Les entreprises les plus sophistiquées soutiennent cet argument : 72% des “Pioneers” déclarent que l’IA permettra principalement des augmentations de revenus dans les cinq prochaines années, alors que seulement 28% des “Pioneers” prévoient principalement des réduction de coûts. Pour le groupe des “Investigators”, les pourcentages sont de 59% et de 41%. Les initiatives à venir en matière d’IA devraient donc s’axer davantage sur la création de revenus et non sur les économies de coûts.
  4. L’intelligence artificielle suscite à la fois de la peur et de l’espoir parmi les employés. Comment l’IA affectera-t-elle les travailleurs ? Le débat populaire tourne autour du spectre des machines intelligentes qui surpasseront les humains, volant le travail de milliers ou même de millions de travailleurs. D’autres recherches ont révélé que les individus étaient également divisés sur la question de savoir si l’IA allait produire des pertes d’emplois ou créer plus d’emplois globaux. Ce rapport d’étude fait écho à cette ambivalence : 47% des personnes interrogées ont déclaré que leur main-d’œuvre serait réduite grâce à l’IA au cours des cinq prochaines années. Pourtant, un fossé s’ouvre lorsque nous considérons les positions des répondants au sein de leurs organisations. Les employés de bureau par exemple sont très préoccupés par l’imminence des licenciements, peut-être parce que ces travailleurs sont moins en mesure d’influencer le cours des événements et se sentent donc particulièrement exposés. Les directeurs généraux sont parmi ceux qui sont le moins convaincus que l’adoption d’IA entraînera une perte d’emploi plus importante. Seuls 38% des PDG interrogés s’attendent à des réductions d’effectifs dues à l’IA. Les impacts de l’IA dans le monde du travail ne seront pas uniformes. Les gestionnaires doivent répondre aux préoccupations de leurs employés grâce à la reconversion, à la formation, à des changements au niveau du management et à la communication.

En outre, la MIT Sloan Management Review et le BCG ont mené une enquête parallèle auprès de 300 dirigeants chinois. Les résultats de cette enquête montrent un contraste entre les entreprises chinoises pionnières et les sociétés implantées dans d’autres régions. Les pionniers chinois en IA investissent de manière plus agressive et se concentrent davantage sur la transformation du modèle d’entreprise. Cependant, ils peuvent être freinés par des analyses de cas peu claires et des difficultés relatives aux capacités techniques. Parmi les autres différences frappantes, les entreprises chinoises mettent davantage l’accent sur l’utilisation d’IA pour réduire leurs coûts que pour augmenter leurs revenus, et ont des attentes plus élevées concernant les pertes d’emplois dues à l’IA. Que l’approche de la Chine soit un succès ou non, la détermination des entreprises chinoises alerte clairement les gouvernements et les entreprises du monde entier.

En résumé, ce deuxième rapport de recherche annuel MIT Sloan Management Review-BCG met en lumière des avantages mesurables découlant des initiatives actuelles d’AI, des investissements accrus et des efforts déterminés pour développer l’IA en l’entreprise.