“La France va rater beaucoup des futures vagues technologiques” avec le RGPD selon Gary Shapiro, organisateur du CES de Las Vegas

“La France va rater beaucoup des futures vagues technologiques” avec le RGPD selon Gary Shapiro, o
Actu IA

L’un des événements majeurs à niveau mondial pour les start-ups reste sans aucun doute le Consumer electronics show (CES) de Las Vegas. Depuis plusieurs années, la France représente l’une des plus grosses délégations faisant le déplacement. À l’occasion du CES Unveil qui s’est tenu sur le Salon de l’auto, Gary Shapiro, l’organisateur du CES Las Vegas a évoqué sa vision de l’impact du règlement européen sur la protection des données (RGPD) sur l’innovation française.

Au cours de sa déclaration, Gary Shapiro a mis l’accent sur l’importance de la data. “La donnée est la nouvelle richesse, on a besoin de la donnée partout maintenant” expliquait-il. Pour le CEO du CES Las Vegas, “la France a beaucoup d’entrepreneurs, mais elle va rater beaucoup des futures vagues technologiques”. Selon lui, l’adoption du RGPD en mai dernier va avoir des conséquences certaines sur les investissements, et plus généralement sur l’innovation, pour les start-ups françaises.

“L’Union européenne avec le RGPD est extraordinairement concentrée sur la défense de la vie privée des individus. […] On ne devrait pas avoir le droit de garder toutes ses données privées. S’il y a une voiture devant vous qui rentre dans une autre voiture, est-ce que c’est une donnée privée? Et si vous êtes passé dans un nid de poule, est-ce que c’est une donnée privée?”

Pour Gary Shapiro, ce protectionnisme et ce qu’il appelle “la fièvre régulatrice” européenne en matière de données privées est un frein à l’innovation et au financement. “L’Europe va perdre du terrain sur la Chine et sans doute aussi sur les États-Unis. […] Aux États-Unis, la vie privée est importante aussi, mais il y un équilibre entre la défense de la vie privée et l’innovation”.

La prochaine édition du CES Las Vegas se tiendra du 8 au 11 janvier 2019 et devrait compter sur la présence de nombreuses start-ups françaises qui représenteront la deuxième délégation la plus importante, derrière les États-Unis. L’an dernier, près de 340 entreprises françaises y avaient assisté.