Intelligence artificielle Eagle Eye, un modèle de machine learning pour lutter contre les féminicides

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Le programme Confiance.ai dévoile de premiers résultats significatifs avec 6 cas d’usage pratiques

Lancé en janvier 2021, le programme Confiance.ai est un pilier technologique du Grand Défi « sécuriser, certifier et fiabiliser les systèmes fondés sur l'intelligence...

La participation citoyenne et l’intelligence artificielle au coeur d’un outil pour anticiper la présence de méduses

Une équipe de chercheurs de l'université de Huelva et de l'université de Malaga, en Espagne, a développé un modèle d'intelligence artificielle qui anticipe l'arrivée...

Le projet CETI : comprendre la langue des cachalots grâce à des outils d’intelligence artificielle

Comprendre la langue utilisée par les animaux est un des enjeux de certains scientifiques : c'est notamment le cas de Denise Herzing qui étudie,...

Le défi de Safety Line et d’Inria : un outil numérique afin d’économiser du carburant pour les avions

Dans le cadre d'un partenariat entre la start-up Safety Line et Inria, des chercheurs de l'institut national de recherche en informatique et en automatique...

Eagle Eye, un modèle de machine learning pour lutter contre les féminicides

Une initiative présentée à Saint-Domingue a été lancée pour tenter de prévenir les féminicides en République dominicaine. Cette plateforme baptisée Eagle Eye utilise l’intelligence artificielle pour analyser des données et générer des scénarios prédictifs pour éviter ce type de tragédies. L’outil développé par Plan International et la société Asesoría Integral a la Medida a Empresas (AIME), avec la participation du Procureur de la République local, espère faire baisser le taux de féminicides dans le pays, le cinquième plus élevé d’Amérique latine.

Un outil d’intelligence artificielle pour lutter contre les féminicides

La République dominicaine est le cinquième pays avec le taux de féminicides le plus élevé d’Amérique latine (1,9 pour 100 000 habitants selon les données de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes). En 2020, ce sont 60 femmes qui sont mortes dans le pays, des mains de leurs partenaires ou anciens partenaires.

Pour lutter contre ces drames, le Plan International travaillant en République dominicaine s’est associé à l’entreprise technologique AIME afin de développer une solution d’IA. Virginia Saiz, directrice de Plan International en République dominicaine, s’est exprimée autour de l’utilisation de l’IA pour la conception de ce genre de solutions :

“Jusqu’à présent, l’intelligence artificielle était principalement utilisée par le secteur privé. Les problèmes sociaux sont extrêmement complexes et doivent également reposer sur l’intelligence artificielle. Ce type de plateforme nous donne plus d’informations, une capacité de prédiction et de fournir des solutions plus efficaces.”

Un modèle générant des situations prédictives grâce au machine learning

Le bureau du procureur général a fourni l’ensemble des données nécessaires au développement d’Eagle Eye et de son algorithme de machine learning. Grâce à ces données, le système est capable de simuler des modèles qui pourraient servir à l’élaboration de politiques publiques permettant la baisse du taux de féminicides. Pour cela, le système a été entrainé avec de nombreuses données différentes pour tenter d’augmenter la précision.

Gregorio Tapia, Responsable Marketing, Innovation et Communication de Plan International en République dominicaine explique :

“L’utilisation de l’intelligence artificielle pour répondre à un problème social aussi complexe peut placer les décideurs publics dans un mode proactif et générer de nouvelles façons de comprendre et de faire face à ce problème”

Le programme a été testé une première fois et a obtenu des résultats concluants en matière de prédiction de situations de féminicides en prenant en compte des variables comme le lieu, les matchs de baseball, les dates de versement des salaires, les jours de vacances ainsi que d’autres facteurs économiques ayant selon les chercheurs influés sur de précédents cas. Rainier Mallol, cofondateur et président d’AIME a indiqué que l’outil avait pu identifier les mois et communes où se déroulait le plus de féminicides. Il a également précisé que la qualité des données transmises par les autorités devrait être améliorée pour gagner en exactitude. Selon lui, l’un des problèmes majeurs concernant les données à sa disposition jusqu’à présent est qu’il n’y a pas que peu d’informations sur les victimes.

Durant la suite de sa phase de test, Eagle Eye générera des prédictions jusqu’en 2023. De ces scénarios, des solutions devraient être mises en place pour aider au suivi des plaintes pour agressions et servir de soutien pour éviter d’autres possibles féminicides. Plan International a invité le gouvernement de République dominicaine et le secteur privé à s’inspirer de cet outil pour trouver de nouvelles solutions innovantes dans l’optique de résoudre d’autres problèmes.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Zacharie Tazrout

Partager l'article

IA et Robotique : le Forum NAIA.R se tiendra du 9 au 11 décembre 2021 à Bordeaux

NAIA.R revient pour une deuxième édition de 3 jours, organisée du 9 au 11 décembre 2021, au Hangar 14 à Bordeaux. L'intelligence artificielle et la...

Axionable obtient la première certification « Intelligence artificielle » du LNE suite à son audit

Axionable, spécialiste en services et solutions d’IA à finalité durable, a annoncé l'obtention de la toute première certification "Intelligence artificielle" délivrée par le Laboratoire...

Entretien avec Emmanuel Renaux, co-responsable pédagogique de la formation Chef de Projet IA – IMT Nord Europe

L'IMT Nord Europe propose pour 2022 une deuxième session de sa formation Chef de Projet IA. La création de cette certification vise à accompagner...

Julie Grollier, lauréate du Prix de la « Femme scientifique de l’année » du 20e Prix Irène Joliot-Curie

La cérémonie de remise des prix Irène Joliot-Curie, récompensant des femmes scientifiques, a mis cette année en avant cinq chercheuses au lieu de trois....
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci