Daniel Le Berre, concepteur de la bibliothèque open source Sat4J, est lauréat de la médaille de l’innovation 2018 du CNRS

Daniel Le Berre, concepteur de la bibliothèque open source Sat4J, est lauréat de la médaille de l’inn
Actu IA
daniel_le_berre_8459_470px

Daniel Le Berre, à l’origine du logiciel livre Sat4j, recevra aujourd’hui la médaille de l’innovation 2018 du CNRS. Cette récompense est remise depuis 2011 à des chercheurs dont les travaux exceptionnels ont conduit à des innovations marquantes sur le plan technologique, économique, thérapeutique et sociétal. Valérie Castellani et Thierry Chartier font également partie des lauréats 2018.

Daniel Le Berre

Père fondateur du logiciel libre Sat4j, un ensemble d’outils de raisonnement pour le langage Java utilisé par des millions de personnes à travers le monde, Daniel Le Berre est enseignant-chercheur de l’université d’Artois, au Centre de recherche en informatique de Lens. Il s’intéresse en particulier à la conception et à l’évaluation d’algorithmes pour l’inférence et la prise de décision dans le domaine de l’intelligence artificielle. Conçu dès le départ comme un logiciel libre pouvant être facilement réutilisable dans d’autres logiciels, Sat4j intègre en 2005 le consortium ObjectWeb (maintenant OW2), qui promeut le développement d’intergiciels libres, puis en 2008, il intègre la plateforme ouverte Eclipse, atelier logiciel destiné à la production de logiciels libres.

Thierry Chartier

Pionnier du développement des procédés additifs pour l’élaboration de pièces céramiques, Thierry Chartier est chercheur CNRS en matériaux et procédés céramiques à l’Institut de recherche sur les céramiques (CNRS/Université de Limoges). Ses travaux ont permis de développer des procédés d’élaboration qui font actuellement l’objet d’un véritable engouement international. Ils ont notamment mené à la création de deux start-up : 3DCeram, qui exploite le procédé de stéréolithographie, et Ceradrop, qui développe de nouvelles techniques d’impression par jet d’encre pour l’électronique. Il crée également en 2005, en collaboration avec Air Liquide, un laboratoire commun dont la vocation est de développer des matériaux et des systèmes céramiques en vue de produire de nouvelles sources d’énergie. En 2013, ses travaux permettent de réaliser au CHU de Limoges pour la première fois dans le monde, un implant crânien en hydroxyapatite à partir du fichier scanner du patient.

Valérie Castellani

Chercheuse CNRS en biologie du développement à l’Institut NeuroMyoGène (CNRS/Inserm/Université Claude Bernard Lyon 1), elle étudie les mécanismes cellulaires et moléculaires qui sous-tendent la génération des neurones dans l’embryon, leur migration et la mise en place de leurs connexions nerveuses. Ces recherches ont permis de développer diverses approches expérimentales qu’elle transfère à la problématique des cancers pédiatriques. Valérie Castellani a développé une innovation brevetée permettant la reproduction fidèle, dans un embryon d’oiseau, de l’évolution de cellules tumorales prélevées chez des patients, marquant un véritable progrès pour la médecine personnalisée. Cette technique est désormais exploitée par la start-up Oncofactory, co-créée par Valérie Castellani et Céline Delloye-Bourgeois, chercheuse CNRS de l’Institut Neuromyogène.