CONTEST 2023 : comment le gouvernement britannique utilise l’IA pour lutter contre le terrorisme

L’objectif de CONTEST, la stratégie antiterroriste du Royaume-Uni, est de réduire le risque terroriste pour le Royaume-Uni, ses citoyens et ses intérêts à l’étranger, afin que les gens puissent vaquer à leurs occupations librement et en toute confiance. Lancée en 2003 en réponse aux attentats du 11 septembre 2001 à New York, elle a depuis connu différentes versions. La dernière, CONTEST 2023, lancée le mois dernier par Suella Braverman, la Ministre de l’Intérieur britannique, devrait aider le pays à faire face à une menace qui évolue et augmente.

Depuis 2018, date de la dernière mise à jour de CONTEST, neuf attentats terroristes sont survenus au Royaume-Uni, tuant six personnes et en blessant 20 autres. Vingt-quatre ressortissants britanniques ont trouvé la mort lors d’attentats à l’étranger.

Depuis mars 2017, les agences et les forces de l’ordre britanniques ont déjoué 39 complots terroristes à un stade avancé au Royaume-Uni, ciblant des personnalités publiques, des communautés, des sites emblématiques de Londres ou des évènements spécifiques.

L’approche stratégique de CONTEST repose sur quatre axes de travail “P” :

• Prévenir : empêcher les gens de devenir des terroristes ou de soutenir le terrorisme.

• Poursuivre : empêcher les attaques terroristes.

• Protéger : renforcer la protection contre une attaque terroriste.

• Préparer : atténuer l’impact d’une attaque terroriste.

Un risque d’attaque important

Le gouvernement britannique évalue le risque d’attaque comme important. Il identifie le terrorisme islamiste comme la principale menace terroriste intérieure (environ 2/3 des attentats en 2018), avant le terrorisme d’extrême droite (ERWT), qui représente environ 22 % des attaques depuis 2018, dont les discours “sont exploités par des acteurs hostiles tels que la Russie”. Le terrorisme lié à l’Irlande du Nord, quant à lui, reste une menace qualifiée elle aussi d’importante. Le mouvement Incel (célibat involontaire) est sous surveillance.

Les terroristes islamistes, s’ils sont inspirés par Daech et/ou Al-Qaïda, ne sont pas nécessairement affiliés à ceux-ci. D’ailleurs, selon le gouvernement, la menace terroriste au Royaume-Uni, aujourd’hui, est dominée par des individus ou de petits groupes agissant en dehors de réseaux terroristes organisés. C’est une tendance les rend moins prévisibles et plus difficiles à identifier, à enquêter et à perturber.

Suella Braverman déclare :

“La menace continue d’évoluer et augmente, ce qui signifie que nous devons également évoluer pour assurer la sécurité du peuple britannique”.

Internet, un facteur de la radicalisation

Internet continue de simplifier l’accès des individus à des discours de haine, des théories du complot ou des contenus radicalisants. Pour le gouvernement britannique :

“Les barrières à l’entrée qui existaient dans le passé avec les activités des groupes terroristes en personne ont été éliminées pour être remplacées par un environnement en ligne conçu pour faciliter l’accès et sans restriction géographique. Cela a amélioré l’accessibilité pour tous aux espaces peuplés de radicalisateurs et de contenus terroristes, y compris des groupes tels que les mineurs ou les personnes souffrant de problèmes de santé mentale ou de neurodiversité”.

Les vidéos d’attaque diffusées en ligne sont pour lui particulièrement puissantes et nuisibles.

L’IA, à la fois une menace et une aide pour la lutte contre le terrorisme

Selon Suella Braverman, le gouvernement veut s’adapter aux évolutions technologiques, comme l’IA qui peuvent être utilisées par les terroristes pour créer et diffuser des contenus radicaux, planifier et commettre des attaques. Les activités terroristes devenant plus sophistiquées, il va ainsi investir dans les données, l’analyse et les capacités technologiques, en s’appuyant sur des partenariats existants et sur de nouveaux, afin d’assurer une détection précoce des menaces terroristes pour le Royaume-Uni et ses intérêts à l’étranger.

Cela lui permettra, entre autres, de lutter contre le cryptage de bout en bout et les outils d’anonymisation que les terroristes utilisent pour communiquer sans risque de détection ou d’identification.

Dans le document d’orientation de la stratégie Contest 2023, il écrit :

“L’accélération de la disponibilité des nouvelles technologies et plateformes en ligne offre à la fois des possibilités et des risques pour nos efforts de lutte contre le terrorisme. Les terroristes exploitent la technologie pour cacher leurs réseaux, diffuser leur propagande et permettre leurs attaques. La technologie est un catalyseur essentiel de nos efforts de lutte contre le terrorisme, où l’utilisation prudente et proportionnée de techniques de pointe peut rendre notre réponse plus efficiente et efficace”.

Il conclut :

“Grâce à cette stratégie actualisée, nous mettrons davantage l’accent sur l’utilisation de tous les leviers de l’État pour identifier les terroristes et intervenir contre eux, nous établirons des partenariats essentiels avec le secteur privé et les alliés internationaux pour assurer la sécurité du public et nous exploiterons les possibilités offertes par les nouvelles technologies”.

Sources de l’article : Document d’orientation de la Stratégie antiterroriste Contest 2023 

Partager l'article
Offre exclusive : 1 an d'abonnement au magazine ActuIA + Le guide pratique d'adoption de l'IA en entreprise pour seulement 27,60€ Boutique ActuIA Pour tout abonnement à ActuIA, recevez en cadeau le Guide Pratique d'Adoption de l'IA en Entreprise, d'une valeur de 23€ !
intelligence artificielle
À PROPOS DE NOUS
Le portail francophone consacré à l'intelligence artificielle et à la datascience, à destination des chercheurs, étudiants, professionnels et passionnés.