Prochain numéro du magazine ActuIA le 15 octobre
Actualité Brevets européens : un record pour la technologie, la 5G et l'intelligence...

Pour approfondir le sujet

  • Plus d'actualités sur
  • CEA

reciTAL, spécialiste du TAL, lève 3,5 M€ auprès de Breega

Paris, le 10 septembre 2020 - reciTAL, start-up IA spécialisée dans les solutions de Document Intelligence, effectue une première levée de fonds de 3,5 M€...

IA et Expérience client : Axys Consultants présente son offre Smart Customer Care Insight

Les centres de relation clients gèrent plusieurs millions d'appels par an et le téléphone reste le 1er moyen de contacter une entreprise (Enquête :...

Le magazine de l’IA nomme un comité scientifique

L'édition du 2ème numéro du magazine ActuIA qui paraîtra le 15 octobre a été l'occasion de constituer son comité scientifique. Composé de 9 femmes...

La vague VI du Concours Innovation – i-Nov ouvert aux PME et aux start-ups est lancée avec 8 thématiques

Financé par le Programme d’Investissements d’Avenir (PIA), l’appel à projets « Concours d’innovation - i-Nov » a pour vocation de sélectionner des projets d’innovation...

Brevets européens : un record pour la technologie, la 5G et l’intelligence artificielle

Les demandes de brevets atteignent un record selon l’Office européen des brevets (OEB). L’OEB a indiqué la semaine dernière avoir reçu plus de 181 000 demandes de brevets en 2019 et assister à un record en ce qui concernant la technologie avec la 5G et l’IA boostant les demandes du secteur numérique. 

L’Office européen des brevets a publié ses statistiques sur les demandes de brevets européens. Pour la première fois depuis plus de dix ans, les technologies numériques arrivent en tête des demandes déposées. Selon son baromètre Patent Index 2019, la forte progression de la communication numérique (+19,6 %) et de l’informatique (+10,2 %) ont permis d’atteindre un nouveau record : en 2019, l’OEB a reçu au total plus de 181 000 demandes, soit 4 % de plus qu’en 2018.

“L’essor fulgurant des technologies numériques est la tendance la plus frappante de notre baromètre 2019”, a déclaré António Campinos, Président de l’OEB.

“La révolution numérique que connaît l’économie se reflète aujourd’hui pleinement dans les demandes de brevets qui parviennent à l’OEB. Grâce à notre expertise bien établie et mondialement reconnue dans l’examen des demandes qui concernent le numérique, l’OEB est un partenaire de choix pour soutenir les inventeurs et encourager l’innovation en Europe et dans le monde entier.

Pour les entreprises et les scientifiques qui cherchent à protéger leurs inventions en Europe, il est primordial qu’ils bénéficient de conditions équitables par rapport à leurs concurrents venant d’Asie et des États-Unis et qu’ils soient en mesure d’être en position de force sur le marché mondial des technologies”.

GrowthOfApplications_frLa 5G et l’IA, moteurs de la croissance

Parmi les secteurs technologiques les plus actifs, la communication numérique et l’informatique ont connu la plus forte croissance. Une croissance due à leur rôle clé dans la révolution numérique commune à tous les secteurs et industries. Les demandes de brevets dans le domaine de la communication numérique ont augmenté de 19,6 % en 2019, dépassant ainsi les technologies médicales (+0,9 %) en tête des progressions depuis 2006. La communication numérique, qui se situe au croisement des télécommunications et de l’informatique, inclut des technologies qui sont indispensables à la mise en place de la 5G.

TopTechnicalFields_fr

Avec une augmentation de 64,6 %, ce sont les entreprises chinoises qui ont le plus largement contribué à la croissance des demandes de brevets dans ce secteur, suivies par les entreprises américaines (+14,6 %) et sud-coréennes (+36,1 %, bien qu’à partir d’une base plus réduite). En comparaison, les demandes originaires d’Europe ont connu une croissance modérée (+3,1 %). Concernant la part des demandes dans la communication numérique, la Chine, les États-Unis et l’Europe se disputent le leadership puisque chacun représente environ un quart de toutes les demandes de brevets déposées à l’OEB dans ce domaine. Les trois plus grands demandeurs pour 2019 sont Huawei, Ericsson et Qualcomm.

Le deuxième domaine qui a connu la plus forte croissance en 2019 est l’informatique (+10,2 %). Cette progression s’explique par une augmentation des demandes de brevets concernant l’intelligence artificielle, en particulier dans les secteurs de l’apprentissage automatique et de la reconnaissance de formes, du traitement et de la génération de métadonnées d’images, et de l’extraction de données.

Les entreprises américaines (+13,6 % par rapport à 2018) ont représenté près de 40 % des demandes de brevets en matière d’informatique. Elles sont suivies par les entreprises originaires des États membres de l’OEB (+9,3 %) qui concentrent presque 30 % de l’ensemble des demandes. Les demandes originaires de Chine (+18,7 %), quant à elles, en représentent un peu plus de 10 %. Les principaux demandeurs dans ce domaine pour 2019 sont Alphabet (Google), Microsoft, Samsung, Huawei, Intel et Siemens. Une part significative de la croissance est également issue de demandeurs plus petits et de nouveaux acteurs.

Les entreprises européennes en tête dans les transports

Les autres domaines ayant connu une forte croissance en 2019 sont les transports (+6,6 % par rapport à 2018) qui comprennent le secteur automobile ; les machines, appareils et énergies électriques (+5,5 %) où l’on retrouve une grande partie des technologies vertes ; et les produits pharmaceutiques (+4,4 %). Les entreprises européennes détiennent la plus grande part des demandes de brevets dans les transports, les techniques de mesure (qui incluent des capteurs), la chimie fine organique, et les « autres machines spécialisées » – un domaine couvrant une large gamme de technologies telles que les machines-outils pour l’industrie ou encore l’impression 3D.

Une croissance en provenance de toutes les régions, l’essor de la Chine

Les tendances technologiques se reflètent également dans les données par pays. Les cinq premiers pays d’origine des demandes en 2019 sont les États-Unis qui rassemblent 25 % de l’ensemble des demandes, suivis par l’Allemagne (15 %), le Japon (12 %), la Chine (7 %) et la France (6 %). La hausse des demandes de brevets à l’OEB en 2019 est principalement due à la forte augmentation du volume des demandes de la Chine (+29,3 % par rapport à 2018), des États-Unis (+5,5 %) et de la Corée du Sud (+14,1 %).

Top_50_countries_EPO_2019

Au cours de la dernière décennie, les demandes de brevets de la Chine à l’OEB ont presque été multipliées par 6 (12 247 demandes en 2019 contre 2 061 en 2010). Une tendance à la hausse qui se retrouve dans presque toutes les grandes régions industrielles en 2019 puisque seul le Japon enregistre une légère baisse (-2,3 %) après deux années de croissance.

Les demandes de brevets originaires des 38 pays membres de l’OEB ont quant à elles connu une croissance plus modeste en 2019 (+1,1%), en hausse pour la troisième année consécutive. Toutefois, en termes relatifs, la part des demandes de brevets originaires d’Europe a continué à baisser, passant de 51 % en 2009 à 45 % en 2019 car un nombre croissant d’acteurs non européens, notamment asiatiques, cherchent désormais à protéger leurs inventions sur le marché européen.

D’autres pays ont enregistré une croissance non négligeable de leurs demandes de brevets : le Canada (+14,5 %), Israël (+6,8 %) et – à des niveaux moindres – l’Arabie saoudite (+38,3 %) et le Brésil (18,8 %).

Tendances européennes : l’Allemagne toujours stable, tandis que la Suède, le Royaume-Uni et l’Espagne connaissent une forte croissance

Les demandes de brevets originaires des pays membres de l’OEB augmentent de manière constante, la plupart des entreprises ayant déposé plus de demandes de brevets qu’en 2018. La Suède est la grande championne (+8,0 %), stimulée par l’augmentation des demandes dans les secteurs de la communication numérique et de l’informatique. Les demandes originaires du Royaume-Uni (+6,9 %) et de la Suisse (+3,6 %) affichent à nouveau une croissance significative, et celles de l’Italie progressent de 1,2 %.

Après deux années de croissance consécutives, le nombre de demandes de brevets originaires d’Allemagne – pays d’Europe déposant le plus de demandes – est resté stable (+0,5 %), tandis que la France (-2,9 %) et les Pays-Bas (-2,6 %) ont enregistré une baisse en 2019. La diminution des demandes originaires de France s’explique par une baisse des demandes dans des secteurs tels que la communication numérique et l’automobile, alors qu’au Pays-Bas ce sont notamment les technologies médicales et les biotechnologies qui enregistrent une baisse.

Parmi les pays européens aux volumes de demandes intermédiaires, l’Espagne connaît une forte croissance (+6,0 %). La Belgique (+3,2 %), l’Autriche (+2,6 %) et le Danemark (+0,8 %) sont à des niveaux similaires à ceux de 2018, tandis que les demandes de brevets originaires de Finlande ont cette année encore diminué (-1,4 %).

En ce qui concerne les pays aux volumes plus faibles, certains enregistrent également une forte augmentation de leurs demandes de brevets. C’est le cas de l’Irlande (+6,3 %) et de la Norvège (+3,6 %). Les demandes du Portugal (+23,1 %) et de la Grèce (+15,8 %) augmentent pour la troisième année consécutive, bien qu’à partir d’une base plus réduite.

Huawei, premier demandeur de brevets européens

Le classement des entreprises reflète également la rapidité avec laquelle les technologies numériques gagnent en importance. Huawei arrive en tête des demandeurs de brevets à l’OEB pour l’année 2019, avec 3 524 demandes. Samsung remonte à la deuxième place et LG prend la troisième position. Les deux entreprises sud-coréennes sont suivies par l’américaine United Technologies et par le premier demandeur de 2018, Siemens, à la cinquième place.

Top_50_applicants_EPO_2019Sony est le demandeur japonais le mieux classé (progressant de la 11e à la 9e place), tandis qu’Ericsson (passant à la 7e place), Philips et Robert Bosch permettent aux entreprises européennes de représenter la majorité des demandeurs du classement. En effet, le top 10 comprend quatre entreprises européennes, deux sud-coréennes, deux américaines, une chinoise et une japonaise.

Une demande sur cinq auprès de l’OEB est déposée par une PME

La répartition des demandes provenant des pays européens démontre que 72 % d’entre elles ont été déposées par de grandes entreprises, 19 % par des PME et des particuliers, et 10 % par des universités et organismes publics de recherche. Cela vient ainsi confirmer qu’une proportion non négligeable des demandeurs auprès de l’OEB sont de petites entités.

Pour des statistiques détaillées, nous vous invitons à consulter le baromètre Patent Index 2019 à partir du lien suivant : www.epo.org/patent-index2019

Pierre-yves Gerlat

Partager l'article

reciTAL, spécialiste du TAL, lève 3,5 M€ auprès de Breega

Paris, le 10 septembre 2020 - reciTAL, start-up IA spécialisée dans les solutions de Document Intelligence, effectue une première levée de fonds de 3,5 M€...

IA et Expérience client : Axys Consultants présente son offre Smart Customer Care Insight

Les centres de relation clients gèrent plusieurs millions d'appels par an et le téléphone reste le 1er moyen de contacter une entreprise (Enquête :...

Le magazine de l’IA nomme un comité scientifique

L'édition du 2ème numéro du magazine ActuIA qui paraîtra le 15 octobre a été l'occasion de constituer son comité scientifique. Composé de 9 femmes...

La vague VI du Concours Innovation – i-Nov ouvert aux PME et aux start-ups est lancée avec 8 thématiques

Financé par le Programme d’Investissements d’Avenir (PIA), l’appel à projets « Concours d’innovation - i-Nov » a pour vocation de sélectionner des projets d’innovation...