Adobe utilise l’intelligence artificielle pour détecter les images manipulées

Adobe utilise l’intelligence artificielle pour détecter les images manipulées
Actu IA

À l’heure des images retouchées, des fakenews et autres infox, il devient compliqué de pouvoir savoir si une image, et même une vidéo, est authentique ou si elle a été manipulée. Photoshop est l’un des outils les plus réputés en la matière et Adobe, créateur du logiciel il y a 28 ans, a annoncé le développement d’un algorithme IA pour détecter les retouches.

Sur son blog, Adobe explique :

« Aujourd’hui, les gens éditent des images pour atteindre de nouveaux sommets d’expression artistique, pour préserver notre histoire et même pour trouver des enfants disparus. D’un autre côté, certaines personnes utilisent ces puissants outils pour manipuler des photos à des fins trompeuses. Comme toute technologie, c’est une extension de l’intention humaine, et ça peut être utilisé pour le meilleur et pour le pire de notre imagination ».

Conscient de l’impact de Photoshop, la société a donc travaillé sur un algorithme capable de reconnaitre les images retouchées.

« C’est pourquoi, en plus de créer de nouvelles capacités et fonctionnalités pour la création de médias numériques, Adobe explore les limites de ce qui est possible en utilisant de nouvelles technologies, telles que l’intelligence artificielle, pour augmenter la confiance et l’authenticité des médias numériques. »

Pouvoir être certain qu’une image est bien réelle c’est ce sur quoi travaille Vlad Morariu, senior research scientist chez Adobe. Il explique dans l’article publié par la société le 22 juin dernier que des moyens existaient déjà pour savoir si un document a été manipulé. Cependant, ils ne sont pas adaptés à toutes les situations et peuvent demander une expertise importante pour être utilisés correctement. Le chercheur s’est donc centré sur l’intelligence artificielle et le machine learning pour développer une solution innovante.

« En utilisant des dizaines de milliers d’exemples d’images manipulées connues, nous avons formé avec succès un réseau neuronal d’apprentissage profond pour reconnaître la manipulation d’images […] ».

Vlad Morariu détaille les différentes techniques utilisées pour l’algorithme dans la vidéo et explique qu’il demande encore à être perfectionné car il n’est pas encore capable d’apporter une « vérité absolue » à un cliché. Cependant, ces techniques « offrent plus de possibilités et plus d’options pour gérer l’impact de la manipulation numérique, et ils peuvent potentiellement répondre aux questions d’authenticité plus efficacement ».