Intelligence artificielle Projet STOP : comment l'analyse de publications sur Twitter peut prévenir les...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

L’intelligence artificielle au service de la lutte contre l’exploitation sexuelle sur internet

Les travaux autour de la conception d'outils d'IA pour limiter les cas de harcèlements ou de trafics en ligne tendent à se multiplier à...

Grâce au ML, des chercheurs ont découvert qu’un fort taux de glycémie favorise les formes graves du Covid

L'École Polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) est à l'origine, dans le cadre du Blue Brain Project, d'une initiative qui vise à combattre le Covid-19....

Grâce au deep learning, une application pourrait aider à diagnostiquer le VIH plus facilement

Une équipe de recherche composée d'experts de l'Africa Health Research Institute (AHRI) et de l'University College de Londres (UCL) a exploité l'intelligence artificielle pour...

Intelligence collective massive : les coulisses du partenariat entre Bluenove et Inria

Depuis 2014, bluenove accompagne des entreprises et institutions privées ou publiques dans la transformation de leur organisation par le biais de grandes consultations internes...

Projet STOP : comment l’analyse de publications sur Twitter peut prévenir les risques de suicide

La France, avec environ 9 000 décès par suicide par an, présente un des taux de suicide les plus élevés d’Europe. En Espagne, les statistiques disponibles font état de près de 3 000 individus se suicidant chaque année. La pandémie de Covid-19, l’augmentation du sentiment de solitude et de mal-être, font malheureusement craindre une hausse de ces chiffres. Le projet STOP (en anglais : Suicide prevenTion in sOcial Platforms), dirigé par des chercheurs de l’Université Pompeu Fabra (UPF) à Barcelone, a pour objectif de rechercher et d’analyser des schémas de comportements menant au suicide. 

Twitter : une immense base de données à analyser

Grâce à la collaboration du centre de vision par ordinateur de l’université autonome de Barcelone (UAB) et de l’hôpital Parc Taulí de Sabadell, ces analyses sont réalisées sur Twitter et utilisent des procédés d’intelligence artificielle. Les algorithmes conçus par les chercheurs détectent ces schémas de comportement suicidaire avec une précision de 85%.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a calculé que chaque suicide a un impact émotionnel sur au moins six personnes autour de la victime. Le projet STOP est dirigé par Ana Freire, chercheuse au département des technologies de l’information et de la communication de l’UPF, s’est mobilisé sur ce sujet et a publié récemment de premiers résultats.

Selon les chercheurs environ 8 000 tweets sont publiés sur Twitter par seconde. Ils contiennent des informations très précieuses dans des domaines divers et variés, mais également pour analyser les problèmes de santé mentale qui pourraient mener au suicide. Le constat est double : le fait que le suicide soit sujet tabou et qu’il existe une difficulté à accéder aux consultations psychologiques fait qu’ils ne peuvent que très rarement bénéficier d’un réel diagnostic sans évoquer un possible traitement adéquat. L’analyse des publications sur les réseaux sociaux d’un individu peut donc être clé pour détecter des problèmes comme la dépression ou des troubles de comportement alimentaire qui peuvent générer, dans certains cas, des idées suicidaires.

Des algorithmes définissant les sujets à “haut risque”

Pour réaliser ces analyses poussées de publications sur Twitter, les chercheurs ont entrainé des algorithmes afin qu’ils puissent distinguer des schémas différents. Ces schémas décrivent si le risque de suicide est élevé ou faible. Les données sont labellisées par des experts en santé mentale et les chercheurs précisent qu’elles sont totalement anonymes afin de respecter la protection des données et la vie privée des utilisateurs.

La réalisation de cette étude a permis de mettre en évidence différentes caractéristiques liées d’une part à un “schéma à haut risque de suicide” et d’autre part à un “schéma sans risque”. Une de ces caractéristiques met en avant la forte tendance à parler du premier groupe contrairement au second et à utiliser des termes liés aux sentiments. Ces agissements sont tout associés à l’anxiété qu’un individu peut ressentir.

Des caractéristiques bien précises, dégagées grâce à l’IA

Afin de développer ces schémas, les chercheurs font en sorte que les algorithmes explorent les images publiées, analysent les interactions entre utilisateurs, vérifient les heures de connexion et de publication des internautes. Jordi González, chercheur au centre de vision par ordinateur de l’UAB a annoncé qu’il “pouvait y avoir une certaine corrélation entre le contenu des images partagées sur les réseaux sociaux et la santé mentale de l’utilisateur qui les partage”.

Ricardo Baeza-Yates, chercheur pour l’UPF, a mis en avant l’importance de l’IA et des algorithmes utilisés dans le cadre du projet STOP. Ils permettent selon lui de “trouver dans les réseaux sociaux de nouveaux facteurs issus de l’utilisation des médias numériques qui peuvent aider à un diagnostic efficace et contribuer à faire du suicide un sujet moins tabou dans notre société”.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Zacharie Tazrout

Partager l'article

La France et l’Allemagne débloquent 17,5 millions d’euros pour financer les cinq projets lauréats de leur APP commun

Dans le cadre de la Présidence française du Conseil de l’Union européenne, la Direction générale des Entreprises (DGE) organise, avec le soutien du Hub...

La start-up marseillaise Telaqua annonce une levée de fonds de 4 millions d’euros

Telaqua, startup marseillaise spécialisée dans la gestion des systèmes d’irrigation agricoles et viticoles, a annoncé le 11 mai dernier une levée de fonds de...

L’accélérateur de start-ups Future4care inaugure officiellement ses locaux et sa plateforme numérique

Le 10 juin 2021, Sanofi, Capgemini, Generali et Orange annonçaient la création de Future4care qui a pour ambition d’accélérer le développement de solutions européennes...

Hewlett Packard Enterprise annonce la construction de sa première usine dédiée au HPC et à l’IA en Europe

Hewlett Packard Enterprise (HPE) a annoncé, le 18 mai, la construction de sa première usine en Europe destinée à soutenir le développement de supercalculateurs...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci