Planète A, incubateur du Crédit du Nord, prêt à recevoir les start-ups à impact début 2022

Il n’y a pas de plan B car il n’y a pas de planète B” déclarait en 2014 Ban Ki-moon, alors Secrétaire aux Nations-Unies. C’est avec cette idée de sauver le monde ou, du moins, de le conserver dans le meilleur état possible que le Crédit du Nord a lancé “Planète A”, incubateur de start-ups dites à “impact”. Ce nouvel incubateur les accueillera au sein de l’agence Lille Rihour ainsi qu’à celle de Nantes Saint-Herblain et les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 19 novembre.

Planète A se veut plus accompagnateur qu’accélérateur, il a pour vocation d’épauler l’écosystème de ces start-ups, de les accompagner dans leur développement en leur offrant un lieu d’échange, de travail, de rencontres avec des mentors ainsi qu’un site internet spécifique. Le Crédit du Nord espère installer Planète A dans d’autres agences régionales rapidement.

Des start-ups à impact

En juin 2021, Bpifrance Le Hub et France Digitale avaient recensé 727 start-ups à impact. Pour Bpifrance ce sont “des entreprises qui possèdent plusieurs objectifs sociaux et environnementaux”. Plus de 17800 personnes y travaillent et elles ont réussi à lever 4,4 milliards d’euros. Les investisseurs sont de plus en plus attirés par les entreprises qui associent performances environnementales, sociales et financières selon le rapport de GP Bullhound, banque d’affaires londonienne.

Guillaume Bonneton, Partner chez GP Bullhound a déclaré :

“On voit à quel point l’impact et les investissements ESG sont devenus importants pour les fonds d’investissement de plus en plus disposés à anticiper les risques et les opportunités liés au développement durable”.

Une start-up à impact doit répondre aux 17 objectifs de développement durable 2015 – 2020 (ODD) adoptés lors de l’Assemblée générale de l’ONU en septembre 2015 et qui sont entrés en vigueur au 1er janvier 2016. Il y a trois catégories d’objectifs (environnement, social, économie & développement) dans lesquelles il faut remplir les critères suivants :

  • développer un modèle d’activité spécifiquement pensé afin de répondre à un enjeu
    social, sociétal et/ou environnemental,
  • avoir systématiquement la notion d’impact comme l’un de ses principaux moteurs d’activité,
  • mettre en place des actions concrètes.

Lancement de “Planète A” au Crédit du Nord

Avec ses 776 agences régionales, le Crédit du Nord s’est donné comme objectif d’aider l’entrepreneuriat. Planète A est orienté autour de projets de la “Tech for Good” (la technologie pour le bien) ou l’impact sociétal positif au cœur de la tech. Des domaines  stratégiques peuvent y être traités (éducation, santé, sécurité, protection des données personnelles, etc.) qui apporteront un bénéfice à l’ensemble de la population.

Jean Dumont, directeur régional de Crédit du Nord rappelle :

“L’ambition du Crédit du Nord c’est d’être la banque de référence de ceux qui entreprennent dans nos territoires. Quoi de plus enthousiasmant que de participer ainsi au développement de la région qui a vu naître le Crédit du Nord et à laquelle il reste tout particulièrement attaché. Avec PLANÈTE A, nous créons un lieu au sein duquel
un écosystème de startups rencontre des mentors pour croiser expertises et approches, en rebond deleurs problématiques entrepreneuriales. »

“Planète A” concrètement

Dédié aux startups à impact, l’accompagnement proposé par Planète A se fonde sur trois grands piliers :

  • un lieu de rencontre dans lequel les start-ups pourront travailler, échanger et partager au sein d’un écosystème actif,
  • des mentors, internes et externes, qui accompagneront les porteurs de projet tout au long de leurs étapes de développement,
  • un site internet composé d’une « ressourcerie », regroupant un grand nombre d’articles, de vidéos, de formations internes et externes, afin d’accompagner au mieux l’entrepreneur dans ses recherches.

Charles Barreau, mentor, a déclaré :

“Ingénieur, créatif et gérant de 3 sociétés depuis 10 ans, je suis convaincu que l’environnement et l’inclusion doivent être le socle de notre développement économique dans une vision d’un mieux environnemental et sociétal pour que les jeunes générations puissent s’épanouir. La rentabilité d’une activité ne doit pas être seulement économique, mais doit être sociale et écologique”

Les candidatures sont ouvertes depuis le 25 octobre dernier et ceci, jusqu’au 19 novembre. La sélection sera faite en 2 temps. En prime abord, la pertinence de l’impact potentiel sera jugé au niveau régional ou local. Ensuite, les entrepreneurs sélectionnés défendront leur projet devant un jury.

Pour Benoit Vandermarcq, président du directoire de la Banque Tarneaud :

“Notre rôle de banquier est d’accompagner les projets de ceux qui entreprennent au cœur de notre région, de les faire grandir : nous partageons avec ces entrepreneurs la même vision du monde et nous souhaitons faire grandir leurs idées. Et c’est bien ce que nous faisons en somme, depuis l’origine, et encore une fois aujourd’hui avec
cet incubateur.”

Pour Virginie Lacroix, Responsable Innovation pour le groupe Crédit du Nord:

“Nous demeurons aux côtés de ceux qui entreprennent pour faire bouger les lignes et nous souhaitons à travers cette initiative accompagner la transition de notre pays. Nous avons toujours fait de l’innovation un outil au service de nos engagements sociétaux, au service de nos clients entrepreneurs pour accompagner le développement de leur projet, mais également au service de nos collaborateurs. L’innovation demeure au cœur de notre stratégie.”