Les Hauts-de-France définissent l’intelligence artificielle comme un enjeu central pour l’avenir de la région

Les Hauts-de-France définissent l’intelligence artificielle comme un enjeu central pour l’avenir de l
Actu IA
Couv

Les résultats des candidatures à l’accueil d’un Institut interdisciplinaire d’intelligence artificielle (3IA) rendus publics ce mardi 6 novembre ont vu la présélection de 4 projets. Le projet humAIn porté par l’Université de Lille, le CNRS, Inria et l’Université d’Artois n’a pas été retenu. Cependant, la région reste mobilisée autour de l’IA, enjeu central pour l’avenir.

Cette décision résulte d’un processus extrêmement compétitif, pour lequel le potentiel exceptionnel du territoire régional dans la thématique IA ne doit pas être remis en cause. Forts de ce constat, les partenaires du projet ont la volonté de continuer à travailler en synergie, et de créer humAIn en tant que fédération à l’échelle régionale.

La collaboration autour du projet scientifique porté par la fédération humAIn a pour but de structurer la recherche régionale en IA et de travailler collectivement autour de l’explicabilité et de l’acceptabilité des systèmes d’intelligence artificielle. Les acteurs régionaux ont donc défini un programme de travail pour une nouvelle génération de systèmes d’IA centrés sur ces questions majeures.

La fédération régionale humAIn souhaite également proposer des parcours d’excellence en formation initiale et continue, dans une région qui bénéficie d’un large public universitaire. L’objectif est de doubler le nombre d’étudiants formés en IA en formation initiale et de permettre la réalisation de formations innovantes pour les entreprises, dans un contexte où l’adaptabilité à l’emploi est une préoccupation majeure pour celles-ci.

InriaTech, la plate-forme technologique d’Inria, sera au service de la fédération humAIn pour faciliter l’interface avec les entreprises, grâce au soutien de la région et des fonds européens. Une collaboration forte sera menée avec les incubateurs régionaux, dont Euratechnologies et Eurasanté, afin de faire émerger des start-up et favoriser le transfert des technologies.

Soutenue par de nombreux acteurs (collectivités territoriales, entreprises, structures fédératives, incubateurs…), l’ambition de cette fédération régionale est d’influer significativement sur les filières économiques du territoire, en intégrant le transfert de technologies et le licensing dans ses missions principales. L’IA est un enjeu central pour l’avenir de la région, aussi bien au niveau social que pour l’emploi.