Intelligence artificielle Le LabCom Litis, spécialisé dans le traitement des données de santé, inauguré...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

Québec : création d’une chaire de recherche en numérique de la santé pour mieux soigner les maladies rares

Mieux comprendre les maladies rares afin de mieux les diagnostiquer et les traiter efficacement constitue un défi de taille en raison de la multiplicité...

L’Université Grenoble Alpes et Orange inaugurent leur laboratoire commun dédié à l’IA en santé

Alors que l'OMS vient de remettre son rapport sur l'intelligence artificielle en matière de santé, Orange et l'Université Grenoble Alpes inaugurent leur laboratoire commun...

Un modèle de machine learning pour identifier les épaves dans le cadre de recherches en archéologie sous-marine

Leila Character, doctorante en géographie à l'université du Texas à Austin, a développé un modèle d'IA capable de reconnaitre les épaves dans les fonds...

SystemX lance le troisième projet de son programme de recherche sur l’IA sur l’exploitation des données multi-sources

SystemX, l'Institut de recherche technologique (IRT) dédié à l’ingénierie numérique des systèmes du futur, lance le projet "Sémantiques Métier pour l’exploitation de Données multisources"...

Le LabCom Litis, spécialisé dans le traitement des données de santé, inauguré à Rennes

Ce jeudi 26 septembre marque à Rennes, l’inauguration du LabCom Litis. Il s’agit d’un laboratoire commun public privé, constitué du LTSI rennais et d’Enovacom, filiale d’Orange Business Services ayant pour objectif de faire progresser la médecine par la structuration et l’étude du Big Data en santé.

Optimiser et intégrer des sources très diverses de données de santé afin de mettre au jour des enseignements précieux en matière de médecine et de santé publique, de manière sécurisée et respectueuse des droits du patient : c’est l’ambition de LITIS. Financé par l’ANR, ce LabCom inauguré le 26 septembre associe l’Université de Rennes 1, l’Inserm et le CHU de Rennes à la société Enovacom.

L’évènement s’est déroulé ce matin sur le campus santé de Rennes en présence d’acteurs incontournables de la région tels que David Alis, Président de l’Université de Rennes 1, et Véronique Touzet, Directrice générale du Centre Hospitalier de l’Université de Rennes (CHU).

Le Labcom LITIS vise à développer des synergies et renforcer le partenariat entre le laboratoire de recherche LTSI et la société ENOVACOM, dans l’objectif de traiter les questions de l’interopérabilité, de l’intégration, de l’analyse et l’interprétation du Big Data en santé.

diapo8-1920pxLe dépôt de données hospitalières eHop

Le dépôt de données hospitalières eHop a été créé à Rennes en 2015. Opérationnel sur le CHU de la métropole rennaise, il est en cours de déploiement au sein du réseau hospitalier HUGO du Grand Ouest. La base au coeur d’eHOP regroupe l’ensemble des données numérisées des dossiers des patients passés par l’hôpital, recueillies via le dossier patient informatisé. Interrogée selon des procédures très strictes par les professionnels de santé, elle permet aujourd’hui d’étudier la faisabilité d’une étude clinique en un temps record et fournit de l’aide à la décision pour les médecins.

eHop est le fruit de recherches qui ont la particularité, outre leur caractère collaboratif national et international, de passer outre les murs de l’hôpital (CHU de Rennes), de l’Université (de Rennes 1), du laboratoire de recherche (LTSI) et de l’entreprise (ENOVACOM).

eHop regroupe 1,3 milliards de données structurées correspondant aux soins prodigués à 5 millions de patients, d’où l’attention portée à la sécurisation, à la conservation et à la protection de la base. Début 2020, une plateforme interrégionale pour le traitement des données de santé devrait voir le jour, son pilotage étant assuré à Rennes.

Emergence du LITIS

C’est en continuité de ces efforts de recherche décloisonnés que naît en 2017 le laboratoire commun LITIS (pour Laboratoire d’interopérabilité, de traitement et d’intégration des données massives en Santé), labellisé et financé par l’ANR avec l’accompagnement de la SATT Ouest Valorisation. Il associe l’Université de Rennes 1, le LTSI dont l’Université est co-tutelle avec l’Inserm, le CHU de Rennes et la société ENOVACOM, autrement dit les partenaires qui étaient déjà à l’oeuvre sur eHOP.

L’objectif d’ensemble reste le même : constuire les plateformes big data santé, orientées vers la médecine dite “4P” (personnalisée, prédictive, participative, préventive).

Trois cas d’usage sont considérés :

  • classifier les patients atteints d’un type précis d’insuffisance cardiaque. L’ambition est de trouver, depuis l’imagerie, des biomarqueurs d’intérêt permettant de déterminer le risque de décompensation pour le patient et dégager des profils basés sur la génétique, prenant en compte la co-morbidité ;
  • développer des entrepôts de données de signaux dans les systèmes de réanimation, en particulier dans les services de néonatalogie, de l’hospitalisation des bébés prématurés jusqu’à leur suivi à long terme. Là, l’objectif final est de prédire le risque d’infection des nouveaux-nés ;
  • travailler sur l’analyse de radios par l’intelligence artificielle, pour repérer des signatures, des marqueurs pouvant être prédictifs. Tout le flux d’alimentation et de transformation de la donnée est à mettre en place.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Pierre-yves Gerlat

Partager l'article

Reconnaissance faciale : La Cour suprême de l’État de New York statue en faveur d’Amnesty International et du projet STOP

Les systèmes de reconnaissance faciale questionnent sur les enjeux de protection des données et les risques d’atteintes aux libertés individuelles, de nombreuses ONG à...

Des chercheurs de l’Université de Stanford et de NVIDIA publient l’étude « EG3D : GAN 3D efficaces et sensibles à la géométrie »

Transformer les images 2D en scènes 3D est le sujet de nombreuses recherches, Nvidia Research a récemment présenté Instant NeRf, un modèle d'IA capable...

La plateforme miniature de chirurgie assistée par robot MIRA devrait rejoindre l’ISS en 2024

En collaboration avec Virtual Incision, une société de robotique, des ingénieurs de l'Université du Nebraska ont développé MIRA, un petit robot chirurgien télécommandé qui...

France 2030 : le gouvernement dévoile les 66 premiers lauréats de l’appel à manifestations « Compétences et métiers d’avenir »

Le plan France 2030 vise à soutenir l’émergence de talents et accélérer l’adaptation des formations aux besoins de compétences des nouvelles filières et des...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci