Intelligence artificielle La start-up GenOmnis reçoit une licence d’exploitation exclusive pour ses logiciels d'intelligence...

Pour approfondir le sujet

Sur le même thème :

La société montpelliéraine ITK lève 10 millions d’euros pour une agriculture connectée

ITK, société montpelliéraine spécialisée dans l'IA appliquée à l'agriculture, a annoncé cette semaine une levée de fonds de 10 millions d’euros auprès d’EDF Pulse Holding,...

Chine : une province utiliserait l’intelligence artificielle pour cibler les journalistes et les étudiants étrangers

Selon un article de la BBC News, la province chinoise du Henan serait en train de développer un système de surveillance doté de reconnaissance...

Un neurone artificiel pourrait servir au développement de la mémoire électronique de demain

Des chercheurs du CNRS et du Laboratoire de physique de l’ENS-PSL ont développé un prototype de neurone ionique ayant les mêmes propriétés de transmission...

Avec sa Cookie Factory, l’UNESCO propose de « hacker » les algorithmes des cookies

Une nouvelle extension a fait son apparition sur Chrome Web Store : Cookie Factory, à l'initiative de l'UNESCO. L'organisation veut ainsi sensibiliser de manière...

La start-up GenOmnis reçoit une licence d’exploitation exclusive pour ses logiciels d’intelligence Artificielle appliquée à la génétique médicale

Intelligence artificielle, bio-informatique et génétique médicale sont au coeur des systèmes développés par la start-up marseillaise GenOmnis pour prédire la pathogénicité des mutations. 

La SATT Sud-Est a annoncé la concession d’une licence d’exploitation exclusive à la start-up bio-informatique GenOmnis, basée à Marseille et dédiée à la génétique humaine. La licence porte sur 2 logiciels détenus en copropriété entre Aix-Marseille Université, l’Inserm et l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille.

Christophe BEROUD, PU-PH Aix-Marseille Université AP-HM, Professeur de Génétique Humaine, et membre fondateur de GenOmnis, déclare « depuis la révolution de la génétique médicale, le défi n’est plus de séquencer le génome mais d’identifier les mutations pathogènes parmi des millions de variations ; autant chercher une aiguille dans une botte de foin si l’on ne possède pas les bons outils. »

La génétique médicale a radicalement changé avec l’émergence du séquençage de nouvelle génération. Il est maintenant possible de séquencer des génomes individuels en quelques heures. Le défi n’est plus de générer les données mais d’identifier efficacement les mutations pathogènes dans un océan de données non annotées. L’innovation – une solution bio-informatique de prédiction de la pathogénicité des mutations – est issue des résultats de recherche de l’équipe de Génétique et Bio-informatique du Centre de Génétique Médicale de Marseille (UMR 1251 Aix-Marseille Université Inserm) et de l’AP-HM.

Elle associe le pouvoir de la bio-informatique à la génomique médicale, et capitalise sur les logiciels « UMD-Predictor » et « Human Splicing Finder » qui permettent de prédire le caractère pathogène des mutations exoniques et introniques dans le cadre du séquençage à haut débit. Les algorithmes développés utilisent une approche combinatoire originale permettant une analyse très rapide, très sensible et spécifique qui surpasse les autres prédicteurs sur le marché.

C’est la SATT Sud-Est qui a assuré l’enregistrement des logiciels auprès de l’Agence pour la Protection des Programmes, et qui a négocié et concédé la licence à GenOmnis. La start-up est accompagnée et financée par l’Incubateur Interuniversitaire Impulse. GenOmnis se positionne sur un marché conséquent et en croissance ; principalement les services génomiques et la bio-informatique liée à la génomique, les tests génétiques et la génétique moléculaire en cancérologie. Ses clients sont les hôpitaux et cliniques, les laboratoires de diagnostic et les acteurs de l’industrie pharmaceutique.

« C’est grâce à un partenariat efficace avec les chercheurs experts d’Aix-Marseille Université et de l’Inserm que la société GenOmnis fournit les systèmes les plus efficaces pour prédire la pathogénicité des mutations de n’importe quel gène humain, et des services en génomique aux professionnels » complète Pierre BEROUD, Président de GenOmnis.

« Résolument ancrée sur les enjeux sociétaux et les medtech de demain, GenOmnis développe des technologies deep tech complexes et fortement différenciantes. La SATT Sud-Est se félicite de les accompagner jusqu’à leur commercialisation via le transfert de technologies issues de la recherche publique du territoire » conclut Laurent BALY, Président de la SATT Sud-Est.


1ère Marketplace de l'IA et de la transformation numérique vous recommande :
 
Thomas Calvi

Partager l'article

La société montpelliéraine ITK lève 10 millions d’euros pour une agriculture connectée

ITK, société montpelliéraine spécialisée dans l'IA appliquée à l'agriculture, a annoncé cette semaine une levée de fonds de 10 millions d’euros auprès d’EDF Pulse Holding,...

Chine : une province utiliserait l’intelligence artificielle pour cibler les journalistes et les étudiants étrangers

Selon un article de la BBC News, la province chinoise du Henan serait en train de développer un système de surveillance doté de reconnaissance...

Un neurone artificiel pourrait servir au développement de la mémoire électronique de demain

Des chercheurs du CNRS et du Laboratoire de physique de l’ENS-PSL ont développé un prototype de neurone ionique ayant les mêmes propriétés de transmission...

Avec sa Cookie Factory, l’UNESCO propose de « hacker » les algorithmes des cookies

Une nouvelle extension a fait son apparition sur Chrome Web Store : Cookie Factory, à l'initiative de l'UNESCO. L'organisation veut ainsi sensibiliser de manière...
Recevoir une notification en cas d'actualité importante    OK Non merci