La France consacrera 1,5 milliard d’euros pour l’intelligence artificielle

Retrouvez le discours d’Emmanuel Macron à l’occasion du colloque sur « l’intelligence artificielle au service de l’humanité » au Collège de France. 

(AFP) Emmanuel Macron va annoncer jeudi après-midi que l’Etat consacrerait près de 1,5 milliard d’euros de crédits publics sur l’ensemble du quinquennat pour développer l’intelligence artificielle (IA), selon des extraits de son discours dévoilés par l’Elysée.

“L’ensemble du plan Intelligence Artificielle représentera sur le quinquennat un effort spécifique et inédit de près de 1,5 milliard d’euros de crédits publics”, devait déclarer le président de la République dans un discours prononcé lors d’un colloque au Collège de France à Paris.

Des Français occupent des places importantes dans les géants du secteur, comme Facebook, Google, Samsung, Deepmind…

Dans son discours, Emmanuel Macron insistera sur la volonté de la France “de constituer un hub de recherche au meilleur niveau mondial en IA grâce à la mise en place d’un programme national”.

Plusieurs géants internationaux ont annoncé mercredi soir l’implantation en France de grands centres de recherche en IA, comme le Sud-Coréen Samsung qui va installer à Paris son troisième centre le plus important au monde.

Sur le 1,5 milliard du plan IA, près de 400 millions d’euros seront dévolus à des “appels à projet et de défis d’innovation de rupture”.

L’IA sera le premier champ d’application du Fonds pour l’innovation et l’industrie de 10 milliards d’euros mis en place en début d’année, devrait préciser M. Macron. Le plan IA sera aussi financé par le Fonds de transformation de l’action publique et par redéploiement budgétaire.

Le plan IA s’inspire du rapport commandé en septembre au mathématicien et député (LREM) Cédric Villani, qui a piloté plus de 300 auditions auprès d’experts du monde entier.

Ce dernier a dit espérer que le plan IA entraîne “le réveil de la France et de l’Europe” dans ce domaine. “La France ne pourra tenir son rang sans le soutien de l’Europe”, a-t-il ajouté.